Blade Runner 2049 : Denis Villeneuve a cru que l'échec du film allait tuer sa carrière

Raphaël Iggui | 14 octobre 2021 - MAJ : 14/10/2021 12:18
Raphaël Iggui | 14 octobre 2021 - MAJ : 14/10/2021 12:18

Denis Villeneuve est revenu sur le pari risqué que représentait Blade Runner 2049 en tant que suite d'une œuvre culte et surtout pour sa propre carrière.

Si le box-office mondial semble sourire à Dune depuis un peu moins d'un mois, avec ses 117 millions de dollars récoltés à l'international avant sa sortie américaine et chinoise le 22 octobre prochain, le pari n'est toujours pas remporté pour Denis Villeneuve pour assurer la mise en chantier de la suite. Une habitude pour le québécois kamikaze qui enchaîne son troisième projet d'oeuvre SF en moins de cinq ans. 

Après Premier contact, Blade Runner 2049sorti en octobre 2017, avait beau avoir Harisson Ford en chair et en cheveux blancs ainsi que d'excellentes critiques pour lui, le retour des Replicant aura essuyé un refus doux, mais ferme de la part du public, récoltant 259 millions de dollars pour un budget de plus de 150 millions. Un score qui s'inscrit ironiquement dans la droite lignée du Blade Runner de 1982, qui récoltait un peu plus de 40 millions de dollars pour 30 de budget.

 

Photo Ryan Gosling, Harrison Ford "Je suis pas encore sénile, on est en juin donc tu n’auras pas d'étrennes de Noël maintenant"

 

Un échec qui avait persuadé Denis Villeneuve que sa carrière était finie, le réalisateur étant apparemment conscient de l'impact que cet échec au box-office pouvait avoir sur sa carrière, d'après son intervention sur le podcast audio Happy Sad Confused

« Le miracle de Blade Runner 2049, c'est que je suis encore en train de faire des films, et que nous sommes encore en train d'en discuter. Je savais que je flirtais avec le désastre dès que j'ai commencé à réaliser ce film. Artistiquement, je me suis énormément mis en danger [...] Comme me l'avait dit une fois Christopher Nolan, tu marches en territoire sacré. Et c'est vrai, c'était comme un sacrilège, ce que j'étais en train de faire. Et on ne fait pas ce genre de choses, vous savez ?

 

Harrison Ford Ryan Gosling"Ici, vous retrouvez tous les mastodontes S.F morts : sur votre gauche, John Carter..."

 

[...] Juste le fait que je sois encore là en train de faire des films, pour moi, c'est, je ne sais pas, comme si le film avait marché, mais je sais qu'au moins je n'ai pas été banni du cercle des réalisateurs. Ça aurait pu... c'était un jeu dangereux à jouer. »

Et lorsqu'on l'interroge sur la possibilité d'un autre Blade Runner réalisé par lui-même, le réalisateur répond avec un certain enthousiasme marqué du sceau de la prudence : 

« Très franchement, c'était déjà un privilège de le faire une fois, et je dirais que j'ai profondément adoré le fait de m'enfoncer dans la bulle Blade Runner. J'ai eu l'impression, en le faisant, que j'apprenais des choses et j'ai le sentiment que si je devais le refaire aujourd'hui, je maîtriserais bien mieux les outils à ma disposition et je serai plus à même de donner vie à quelque chose de plus abouti.

 

Photo Ryan Gosling, Ana de ArmasI.A telephone maison

 

Je ne dis pas que je ne reviendrais jamais à l'univers de Blade Runner, c'est vraiment un univers que j'aime profondément. Mais en même temps, je me dois d'être prudent parce que c'est l'univers de Ridley Scott. Pas le mien, j'y ai été invité une fois. Aller frapper à la porte et dire : "Est-ce que je peux revenir ?" Je ne sais pas si j'ai le droit de faire ça. Être invité une fois, c'était déjà la chance d'une vie. Mais effectivement, j'aimerais beaucoup rejouer avec cet univers. C'est tellement inspirant. »

Vu comment Villeneuve s'est chargé de ressusciter Dune à l'écran, on serait curieux de lui confier une autre franchise que Papy Scott commence à souiller : Alien. Mais le monde n'est sans doute pas prêt pour ce débat, et la rédac non plus d'ailleurs. En attendant, Dune est toujours en salles, et Denis Villeneuve semble s'être trouvé dans le désert d'Arrakis.

Tout savoir sur Blade Runner 2049

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Kyle Reese
16/10/2021 à 14:50

Merci Geoffrey Crété pour votre réponse. Je sais que c’est sûrement compliqué à votre petite échelle d’équipe je comprend.

Geoffrey Crété - Rédaction
15/10/2021 à 16:28

@Kyle Reese

On a déjà eu l'occasion d'en parler pour répondre à cette question / remarque : face à la difficulté à gérer et modérer les commentaires, et la horde de débats très gênants voire carrément affreux, on est obligés d'aménager un filet de sécurité. Trouver l'équilibre est tout sauf simple, et régulièrement on nous reproche de trop / pas assez modérer.
Sachant que nous ne sommes pas connectés 24h/24 et tout simplement dispo pour gérer ça à côté du reste, on a donc des garde-fous, afin d'éviter des commentaires, attaques et injures susceptibles d'être plus qu'injurieux voire tout simplement punis par la loi. Un tel espace public, ouvert sans profil ni connexion, a ses limites, et malheureusement ça peut avoir un impact sur des personnes qui commentent normalement. On fait au mieux :)

Kyle Reese
15/10/2021 à 16:07

Désolé pour mon post morcelé j'ai dû lutter pour contrer le système anti-spam du site qui est vraiment bien retord et ai dû procéder par étape et découpe pour avancer. :( :( :(

@la rédaction.

Faut vraiment que vous fassiez quelque chose avec ce système qui me semble à la ramasse. Aucune injure, mot obscène voir même problématiques dans le texte que j'ai écris à l'origine. Ca devient parfois infernale de pouvoir poster un texte un peu long. Ou alors c'est fait exprès pour éviter les pavés ??? lol. (mais ça m'étonnerai). Vous devriez faire qq choses même si ce n'est pas vous qui en êtes responsable, que votre codeur utilise une autre technique par exemple svp. Car devient c'est hyper hyper frustrant avec une perte de temps conséquente.
Là on joue à devinez quel mot ne passe pas ... et ça ne passe pas vraiment !

Kyle Reese
15/10/2021 à 15:59

Le fan service de Ford ? L’enquête l'aurait obligatoirement mené à lui pour arriver à cette superbe fin.

En fond on comprend aussi la peur et le danger que ces génies talentueux mais dérangés, représentent dans leur besoin d'approcher la création divine. En faisant cela ils mettent l’humanité toute entière en danger. Si les réplicants, plus forts, plus intelligents peuvent se reproduire, leur espèces pourraient prendre le dessus sur la notre. Il y a surement encore beaucoup de chose à faire sur ce thème, dans ce cadre.

Et je ne parle pas de la beauté picturale des images et ses plans qui durent, notamment à Las-Vegas. Quand on est dans l'histoire, l’immersion est totale avec cette musique aux nappes de basses de synthés puissantes. Je comprend que certain trouvent ça ennuyeux, pas moi, c'est hypnotique , ça touche à la grâce. D'ailleurs je ne compare pas les 2 films, aucun intérêt. Ils sont très singuliers l'un et l'autre. J'espère qu'on aura une suite à cette histoire par Villeneuve ou un autre grand cinéaste pour voir comment tout cela peut évoluer, guerre ou cohabitation entre humains et "artificiels".

Kyle Reese
15/10/2021 à 15:47

La scène d'amour avec la prostituée qui se fond dans l'image de l'hologramme est une des plus belles idées que j'ai pu voir dans un film de SF depuis bien longtemps. Poétique, touchante, mélancolique.
Le film de Villeneuve est plus vide de vie et pour le coup encore plus froid mais pourquoi pas, 'c'est un autre point de vue sur ce L.A noir du futur avec des endroits nouveaux et des technos crédibles. Ex: la ferme de protéines du début etc. La ville est plus en horizontalité qu'en verticalité, et pourquoi pas c'est L.A après tout (ce qu'elle est à la base horizontal sur presqu'un millier de km), et on a déjà donné dans BR82.

Kyle Reese
15/10/2021 à 15:46

Personne n'avait idée sauf Tyrell qui avait sans doute tout planifié depuis le début. Son arrivée n'est pas gratuite, au contraire elle sert le scénario pour faire accepter à Deckard de collaborer en retrouvant son amour perdu.

La caractérisation de K est aussi bien que celle de Deckard, on peut parfaitement les comparer et les 2 tiennent parfaitement bien la route. La différence est que K sait se qu'il est.
Histoire d'amour débile avec son hologramme ? Pour moi elle est très touchante cette histoire et résonne parfaitement avec la virtualisation des relations d'aujourd'hui et ses dangers. On pourrait très bien tomber amoureux d'une A.I dans les prochaine années, rien qu'avec une voix, voir "Her" pour s'en convaincre.

Kyle Reese
15/10/2021 à 15:33

@Pi

Je comprend ton point vue et ton ressentis. Mais ce n'est pas le mien. Histoire naze ? Pourquoi ? K, un nouveau réplicant Blade Runner qui se cherche, que personne n'apprécie de part sa nature qui doit faire le sale boulot. Un être / machine qui subit, aux ordres, que l'on contrôle régulièrement au cas ou de l’empathie pourrait apparaitre chez lui mais qui semble avoir une conscience et peut être une histoire, une origine spéciale, une âme ? Le méchant est-il vraiment méchant ? Cruel oui, pas empathique, il se prend pour dieu et dieu donne mais reprend la vie. Un génie sans doute un peu sociopathe, dingue comme tous ceux de son espèce qui se frotte à la création divine. Une sorte de Tyrell 2.0 . L'idée de la reproduction possible des réplicants est superbe, je ne l'ai pas vue venir.

Kyle Reese
15/10/2021 à 15:23

@lepetitchef

Oui, BR2049 n'est pas vraiment charnel en effet ... (sauf pour une scène en particulier) et alors. Du temps à passé et c'est une vision de la ville et de cette époque différente. Heureusement que Villeneuve n'a pas essayé de copier le style de Scott. Il a fait différent, plus froid certes, c'est son style. Pour ce qui est du livre, Scott s'est déjà énormément éloigné du roman qui est très particulier. Déjà pas de mouton électrique alors que c'est un élément important du livre, pas de TV allumé 24h/24h ni de religion pour communier avec le nouveau Christ. Il n'a gardé que la trame policière et la quête de soi de Deckard. Exit aussi sa femme. Bref, pourquoi reprocher ça a Villeneuve et pas Scott ?
Quand au cliffhanger de la fin ? Mouais, K s'en sort ou pas ? ok, Deckard va voir sa fille et après on ne sait pas. Mais dans BR déjà, Dekcard et Rachel s'enfuient ... ou ça, vont-il être poursuivit ou pas, va-t-elle mourir ou pas ? Là je parle de la version director's cut qui laisse tout ça en suspens, un cliff-hanger aussi ou plutôt une fin ouverte comme je les aime.
Et pourquoi blanc correcteur ? BR2049 apportent des réponses plausibles et belles, il ne révise pas BR, ne remet rien en causes, juste le fait que la rencontre de Deckard et Rachel n'était pas si fortuite que cela et que Tyrell était un génie encore plus machiavélique qu'on ne le pensait. On peut si on veut se demander d'ailleurs comment il a pu se faire tuer aussi facilement par l'une de ses créations alors qu'il est au sommet du monde et du pouvoir.
C'est son égo qui l'a tué en définitive.

Pi
15/10/2021 à 13:40

@Kyle Reese
J'aime le style de Villeneuve, j'aime particulièrement Sicario et Arrival même si ce dernier fait n'importe quoi avec le voyage dans le temps. Je n'ai pas encore vu Dune. Je ne suis pas sûr d'en avoir envie.

Le problème, pour moi, de BR2049 ce n'est pas le style de Villeneuve qui se prête bien à ce genre d'exercice, le polar noir cyberpunk avec très peu d'action. En tous cas pas de l'action à la sauce actuelle.

Initialement Blade runner est un échec commercial. En faire une franchise pour cette raison n'a jamais été envisagée. Le film est devenu culte pendant toutes les années qui ont suivi mais ça n'en fait toujours pas une réussite commerciale pour autant, juste un truc pour cinéphiles obsessionnels comme moi.

L'échec commercial de la suite s'explique en partie pour cette raison. Mais également pour la forme du film en lui-même qui ne sait pas s'il doit reprendre les codes du blockbuster ou raconter une histoire à l'ancienne. C'est un film qui a un rythme qui oscille sans arrêt entre ces deux modes. J'ai donc trouvé ce film particulièrement ennuyeux pour cette raison.

Ensuite l'histoire. Je l'ai trouvé complètement naze.

Il n'y a pas vraiment de méchant dans Blade runner, tout le monde est gris. L'industriel mégalomane qui se prend pour dieu, les flics qui commettent des crimes mais qui appellent ça des retraits, des humanoïdes conçu industriellement pour servir d'esclave appelés Réplicants qui tuent tout ce qui bouge, un anti-héros qui ne sait pas qui il est ni où il va et qui agresse sexuellement Rachel, une Réplicante, au moment où elle se trouve dans une détresse psychologique immense sur un des love themes les plus beaux du cinéma. Malgrè mon amour pour ce film, cette scène me dérange de plus en plus à chaque nouvelle vision, car c'est une agression qu'on tente de faire passer pour de l'affection.

Là, dans le film de Villeneuve, on nous colle un méchant digne d'un Marvel qui tue gratuitement une de ses créations et dont les monologues sont aussi chiants que ceux des méchants d'un James Bond. On a un casting qui dans l'ensemble joue des personnages peu ou mal caractérisés. On a une histoire d'amour débile entre un hologramme et un Réplicant-policier qui tourne au gnangnan. On a une apparition d'une Rachel modélisée en 3D totalement gratuite. Je rappelle que l'actrice n'a pas eu son mot à dire sur l'utilisation de son image. On a un Harrison Ford qui ne sert à rien à part faire du fan service et faire un lien artificiel avec le premier film.

Enfin, l'histoite en elle-même, complètement neuneu à base de Réplicants capables de se reproduire tout seul...

Ce film est le plus faible de Villeneuve. J'espère que personne ne voudra lui donner une suite pour nous montrer le soulèvement des Réplicants.

LePetitChef
15/10/2021 à 11:33

Il ne méritait pas d'être mis au placard, mais il y avait quand même une montagne de problèmes dans ce film, que très peu de spectateurs et critiques ont pris la peine de relever.
Surtout, une incompréhension totale des oeuvres originales. Villeneuve est passé à côté de l'aspect charnel du Blade Runner de Ridley Scott, et a totalement survolé le livre de K. Dick sans exploiter les dizaines de pistes scénaristiques et philosophiques amorcées par ce dernier.
Certes BR49 reste une oeuvre visuellement aboutie, mais c'est bien le seul aspect du film qui tienne la route. Cet exercice formel est certes réussi mais il m'est impossible de passer outre un scénario blockbusteresque sans intérêt, des non-performances d'acteurs, un rythme volontairement épuisant, et un surtout un cliffhanger en guise de fin... Que je ne pourrai jamais lui pardonner car Blade Runner (le film) était une oeuvre contenue, aboutie, qui ne méritait pas qu'on repasse dessus au blanc correcteur pour y rajouter la fan-fiction de Villeneuve...

Plus
votre commentaire