Loups-garous, Megan Fox et beaucoup de drogue : quels films à rattraper en septembre ?

Mathieu Jaborska | 13 septembre 2021
Mathieu Jaborska | 13 septembre 2021

Si les services de SVoD cartonnent en ce moment, beaucoup de très bons films sortent directement chez nous sans passer par la case salles ou plateforme de streaming. Chaque mois, plusieurs productions inédites sortent en DVD, Blu-ray ou en VOD. Ecran Large a sélectionné le meilleur des programmes disponibles depuis août, dans une liste non exhaustive.

 

photo, Megan Fox"Bonjour, c'est votre livraison quotidienne de Blu-rays"

 

Crisis

Ça raconte quoi ? L’arrestation à la frontière canadienne d’un passeur en possession d’une cargaison d’un puissant anti-douleur opioïde déclenche une série d’évènements incontrôlables. Désormais compromise, l’opération sous couverture d’un agent du FBI se complique encore avec la vendetta d’une ancienne addicte.

Pourquoi il faut le regarder ? Contrairement à ce que martèle une croyance populaire, certaines sorties direct-to-video peuvent se vanter de leur distribution. La preuve avec ce Crisis, paru dans l'indifférence totale malgré la présence de Gary OldmanArmie Hammer et Evangeline Lilly dans les rôles principaux, mais également celle de Michelle RodriguezLuke EvansLily Rose DeppKid Cudi et Martin Donovan, parfois à la limite de la figuration. Un casting 19 étoiles pour une exploration, à travers plusieurs destins entremêlés, des différentes facettes du trafic d'opiacés. Et un long-métrage taillé pour la saison des cérémonies, conçu pour collectionner les récompenses.

Pourtant, il n'a pas remporté le succès d'estime escompté. La faute, probablement, à son triste académisme qui suinte tant dans chaque photogramme et chaque mouvement de caméra qu'il finit par complètement annihiler sa thèse. La réalisation de Nicholas Jarecki prend soin de croquer la performance de son illustre collection de vedettes, mais en oublie de traiter son sujet autrement qu'à travers une démonstration sans âme. L'archétype de l'objet scolaire, donc. À voir si le catalogue de grands comédiens suffit à vous convaincre.

C'est disponible où ? En Blu-ray et DVD chez Metropolitan, en VOD sur Cinéma(s) à la demande, Google Play, Apple TV, Orange, Microsoft, YouTube et Amazon.

 

photo, Michelle Rodriguez, Armie HammerNous devant le film

 

The Corrupted

Ça raconte quoi ? Liam est un ex-détenu qui souhaite regagner la confiance de sa famille. Bientôt, il va se voir à nouveau embarqué dans le monde du crime.

Pourquoi il faut le regarder ? Sorti en 2019 sous les latitudes britanniques, The Corrupted ressemble à un joli brouillon de Gangs Of London. Comme la série de Gareth Evans, le film a l'ambition de sonder le microcosme criminogène de Londres, et les liens entre crime organisé, sphère politique, juridique, etc. La comparaison s'arrête là puisque The Corrupted ne jouit pas des mêmes ambitions, Gangs of London envisageant sa violence comme un langage cinématographique à part entière. 

Néanmoins, le long-métrage bénéficie d'un joli casting : point de Joe Cole, mais un Sam Claflin (Hunger Games, The Nightingale) tout de crâne rasé en détenu retombant malgré lui dans ses vieux travers. Son frère, Joe Clafin joue littéralement son frère, Noel Clarke (Doctor Who) incarne un flic retord et Timothy Spall va, comme à son habitude, briller dans le rôle de ponte du crime organisé. Laissez-vous corrompre le temps d'une soirée

C'est disponible où ? En VOD sur Orange et Canal VOD

 

Photo, Timothy SpallPeter Pettigrow-Corleone

 

Wander

Ça raconte quoi ? Arthur Bretnik est un détective privé mentalement instable depuis la perte de son enfant. Il est engagé afin d'enquêter sur une mort suspecte dans la petite ville de Wander. Il est convaincu que l’affaire est liée à la mort de sa fille, qu'il croit d'ailleurs faire partie d'une bien plus vaste conspiration.

Pourquoi il faut le regarder ? Complotisme, deuil et folie contagieuse, Wander propose un cocktail séduisant, propice à de jolies expérimentations visuelles et scénaristiques comme à de belles performances d'acteur. Ça peut aussi être le festival du grand n'importe quoi, avec des retournements de situation complètement abracadabrantesques et du cabotinage en veux-tu en voilà qui ferait passer Jack Nicholson pour un moine bouddhiste

D'après le large panel de critiques qu'on peut trouver des deux côtés de l'Atlantique, Wander se situerait dans un entre-deux précaire de ces deux extrêmes. Beaucoup pointent le rythme trop irrégulier et l'errance du film entre plusieurs tons et plusieurs pistes scénaristiques qui perdent le spectateur plus qu'ils ne le captivent. En tout cas, on peut toujours le regarder juste pour son casting, qu'il s'agisse du trop rare Aaron Eckhart, de la dégaine improbable de Tommy Lee Jones ou encore Heather Graham et Katheryn Winnick qu'on désespère de voir un jour exploser dans des rôles à leur juste mesure. 

C'est disponible où ? En DVD et Blu-Ray chez Universal et en VOD sur Rakuten TV, Orange, YouTube, Google Play, Canal VOD, Microsoft et Amazon. 

 

Photo, Aaron Eckhart, Tommy Lee JonesSympa, le cosplay d'Hunter S.Thompson

 

Loups-garous

Ça raconte quoi ? Qui est le loup-garou ? Vous aussi menez l’enquête et découvrez lequel des suspects hauts en couleur se transforme la nuit venue en lycanthrope. Une adaptation inventive du célèbre jeu, dans une comédie horrifique où se mêlent mystère, humour... et loups-garous !

Pourquoi il faut le regarder ? Ce drôle de pitch officiel rappelle forcément le célèbre jeu de société Les Loups-garous de Thiercelieux, édité par lui-même. C'est normal : s'il n'est pas directement adapté de la création de Philippe des Pallières et d'Hervé Marly, le film sorti chez Metropolitan décline officiellement sur grand écran (enfin, façon de parler) le jeu vidéo Ubisoft Werevolves Within, lui-même inspiré des jeux du style Mafia, auxquels Thiercelieux doit tout. Il est donc question d'une petite communauté composée d'individus hauts en couleur, persuadés que l'un d'entre eux est un loup-garou.

Le réalisateur Josh Ruben, lui, cherche plutôt ses inspirations chez Edgar Wright, quand sa scénariste Mishna Wolff (oui) ne parodie pas carrément The Thing. Moins virtuose, un peu handicapé par un budget qu'on devine faible, il parvient cependant à composer quelques plans amusants alors qu'il se lâche sur le bodycount. Une séquence en particulier réunit ces deux aspects. Interprété par quelques acteurs sincèrement rigolos, multipliant les clichés avec malice, trop confiant envers son concept et parfois un peu lourd, Loups-garous s'avère être globalement une plutôt bonne surprise.

C'est disponible où ? En Blu-ray et DVD chez Metropolitan, en VOD sur Cinéma(s) à la demande, YouTube, Microsoft et Orange.

 

photo"La petite fille se réveille..."

 

Till Death

Ça raconte quoi ? Dans une maison isolée dans la neige, une jeune femme se réveille menottée au corps sans vie de son mari. Incapable de se libérer, sans téléphone pour appeler du secours, elle découvre que des tueurs à gages sont en route pour venir l’éliminer.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce que ça fait toujours plaisir de voir Megan Fox dans un survival fauché, surtout quand c'est aux côtés du second couteau Callan Mulvey, comme à son habitude impeccable en tueur impitoyable. À partir d'un pitch rappelant forcément le Jessie de Stephen King, Jason Carvey et son scénariste SK Dale façonnent un huis-clos qui oublie bien vite ses prémisses intimes pour plonger dans le divertissement bourrin.

Notre critique ne trompe personne : rien de nouveau sous le soleil du survival enneigé. Reste qu'un dimanche soir, une pinte de bière chaude dans la main droite, une part de pizza froide dans la main gauche (le mets favori d'un des membres de la rédaction), il peut amuser, notamment lors d'un dernier acte qui ferait passer Bear Grylls pour Patrick Chirac et votre prof de physique pour un sombre charlatan.

C'est disponible où ? En Blu-ray et DVD chez Metropolitan, en VOD sur Cinéma(s) à la demande, Apple TV, Google Play, YouTube, Microsoft, Orange et Amazon.

Notre critique de Till Death

 

photo, Megan FoxAaaah, l'amour

 

Come Play

Ça raconte quoi ? Oliver est un jeune garçon solitaire qui se sent différent des autres et cherche du réconfort dans son téléphone portable et sa tablette. Mais une mystérieuse créature va utiliser les technologies contre lui afin de s'introduire dans notre monde. Les parents d'Oliver vont devoir se battre pour sauver leur fils du monstre qui se trouve derrière l'écran.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce que c'est adapté d'un court-métrage que vous avez peut-être déjà vu, puisqu'il a sillonné les internets et les festivals spécialisés. Larry est donc devenu Come Play, comme Lights Out était devenu Dans le noir. L'exercice était périlleux, le court ne reposant que sur un jump scare. Mais pour beaucoup, le pari est réussi. Come Play, très inspiré par Babadook, a en effet le mérite de s'attaquer à un sujet précis par le biais de l'horreur : celui des écrans.

Son monstre a donc beau se soustraire aux codes un peu lourdingues de l'épouvante populaire contemporaine, il possède indéniablement une identité qui lui est propre. Libre à chacun ensuite d'épiloguer sur le discours du long-métrage, à la page de la méfiance générale envers les nouvelles technologies et les écrans en tous genres, particulièrement quand des enfants sont impliqués. Venez jouer par vous-mêmes.

C'est disponible où ? En Blu-ray et DVD chez Universal, en VOD sur Canal VOD, Rakuten TV, Amazon, Apple TV, Orange et Microsoft.

Notre critique de Come Play

 

photo, Azhy RobertsonLes dangers des perches à selfie

 

Mais aussi....

Run Hide Fight, Tribal, Pulse, Dark Web : Cicada 330, Unearth, Russian Raid, Tireur d'élite, Eclipse, Run...

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
trac
14/09/2021 à 21:46

@ecranlarge le film à regarder c'est " Scare Me " de josh Ruben qui est pour ma part une pépite et bien supérieur a " loup garou "

votre commentaire