Till Death : critique du Jessie de Megan Fox

Mathieu Jaborska | 20 août 2021 - MAJ : 20/08/2021 14:44
Mathieu Jaborska | 20 août 2021 - MAJ : 20/08/2021 14:44

Autrefois habituée aux seconds rôles dans de grosses productions hollywoodiennes, Megan Fox est désormais abonnée aux premiers rôles de séries B. Après avoir chassé du lion en CGI dans l'inégal Rogue (notre critique), elle reste dans le survival avec Till Death, dont le pitch fait furieusement penser au Jessie de Stephen King, adapté il y a quelques années par un Mike Flanagan en pleine ascension. Pas sur que la comparaison lui fasse honneur.

On s'attache

Dans Till Death, Megan Fox est Emma, une bourgeoise infidèle mariée à un salopard fini, Mark (Eoin Macken). Pour leur anniversaire de mariage, ce dernier l'emmène dans un restaurant chic, lui achète un superbe (non) collier en métal, puis l'enferme dans un romantique (non plus) chalet enneigé. Après une nuit de papouilles et de malaise, Emma se réveille attachée à Mark, qui se fait sauter la cervelle, pour le plus grand plaisir du spectateur. Elle va devoir se libérer, et bien plus encore.

Clairement inspiré de Jessie, le pitch pensé par Jason Carvey s'éloigne pourtant très vite du terrible roman de King. Si chez l'idole des libraires américains, le décès est accidentel, ici, c'est un piège. La pauvre Emma n'est que victime d'une revanche post-mortem tordue, concoctée par un mari qu'on ne croirait pas si sadique. Pas question pour elle de subir une introspection forcée et terrifiante, de se défaire de ses propres démons, mais plutôt de faire des pieds et des mains pour échapper aux prédictions d'un sociopathe haineux avec qui elle a passé 11 ans de sa triste vie.

 

photo, Megan FoxChristophe Maé avait raison

 

Tout, de la laborieuse ouverture à l'élément perturbateur, en passant par une scène de restaurant explicite, semble annoncer une quête d'émancipation du couple toxique. Et même sans ce premier acte en tête, attacher Megan Fox à un époux si possessif qu'il colle son propre cadavre fumant à ses basques en dit long sur la note d'intention. Sauf que non. Une fois que l'irrésistible ganache de Callan Mulvey (en passe de devenir le nouveau roi des seconds seconds couteaux d'Hollywood) apparait, l'ensemble vire au survival classique, vide de sens, en quête de suspens, et de rien d'autre.

 

photo, Megan FoxRed Fox

 

Dead snow

Et pourquoi pas ? La situation initiale et les quelques rebondissements vite anticipés promettent un bain de sang chorégraphié ou un jeu de chat et la souris éprouvant pour nos nerfs. Sauf que non. Non plus. On savait l'actrice impliquée,  bien que peu crédible en survivante, mais c'est surtout le reste du long-métrage qui se tire plusieurs balles dans le pied.

À commencer par l'organisation de ses twists. Scolaire, le film disperse dans les 15 premières minutes des dizaines de préparations au paiement et autres fusils de Tchekhov avec la discrétion d'un Kaiju ninja. Si bien qu'on devine très vite la tournure des évènements, bien aidés par une direction artistique pâlotte et une mise en scène tristement fonctionnelle, suivant bêtement l'actrice dans des décors terriblement vides.

 

photo, Megan Fox"Encore un témoin de Jéhovah !"

 

Même lorsque le tout se corse, que les crânes explosent et que Fox fronce violement les sourcils, la sauce prend rarement, la faute à une gestion de l'espace assez sommaire pour un semi home-invasion et à un manque d'ambition visuelle flagrant. Ni très gore, ni très palpitant (excepté peut-être lors de la séquence dans la cave, assez bien pensée), ni très surprenant (certains personnages ont un destin tout tracé), Till Death n'est jamais assez pompeux pour endormir complètement, jamais assez fun pour tenir éveillé, y compris pendant son improbable climax, qui traumatisera n'importe qui pourvu de quelques notions de médecine. Il nous plonge donc dans une létargie assez désagréable, avant de provoquer une amnésie irréversible.

Peu pertinent, peu exaltant, il semble conçu pour incarner l'expression "ennui poli", si fréquemment utilisée par l'auteur de ces lignes, habitué aux séries B anonymes. Parce que pour trois survivals de pacotille, il y a toujours une petite montée d'adrénaline qui se planque quelque part, et elle n'en devient donc que plus belle. Alors, on continue à chercher.

Till Death est disponible en Blu-ray, DVD et VOD.

 

Affiche officielle

Résumé

Till Death oublie vite ses thématiques intéressantes pour recycler les codes les plus surranés du survival et du home invasion... jusqu'à la mort.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.5)

Votre note ?

commentaires
Akitrash
23/08/2021 à 08:33

Quelle renarde cette Megan!

ZakmacK
20/08/2021 à 21:37

Une critique qui donne envie de revoir Jessie !!

Blason
20/08/2021 à 16:56

Meilleur film que ce dit la critique.

Tracteur agricole
20/08/2021 à 13:53

Pas vraiment nul mais pas bien non plus , du déjà vu en somme ... Après juste pour la beauté de Megan Fox je suis près à être indulgent et lui foutre 3*

Tom’s
20/08/2021 à 12:33

Dommage de voir sa carrière décliné de la sorte, elle qui était promis à un bel avenir, sans doute dû à 2choses, la déclaration avant Mee too comme quoi Mickael Bay est un dictateur sur un plateau le comparant à Hitler ce qui a l’oreille de Spielberg producteur Des Transformers est insupportable, et aussi cet abus de chirurgie /botox et sa coiffure op pour un Shooting elle est devenue sa caricature, elle aurais du s’arrêter après la 1ere entre le 1er et second transfo, à l’issu elle est canon, dans Jennifer Body, et d’autres films et puis ça devient too much, donc l’envi de la faire tourner passe, si elle continu sur cette voie, elle pourrait ne jamais en sortir devenir la reine du Dtv!!


20/08/2021 à 11:49

Son meilleur role c'est dans mon oncle charlie woawwwwwwwww
saison 1 epi 12
trop trop canon

votre commentaire