Fast & Furious : pour Vin Diesel, le meilleur moment de l'histoire du cinéma est dans la saga

Mathieu Jaborska | 14 mars 2020
Mathieu Jaborska | 14 mars 2020

On essaye souvent d'être drôles dans nos introductions d'article, mais là, il va être difficile de battre le titre. Vin Diesel est notre maître à tous.

Petit rappel : suite à la pandémie de coronavirus, le prochain opus de la franchise Fast & Furious est repoussé d'un an, report aussi spectaculaire que logique, tant la planète cinéma s'arrête de tourner depuis quelques jours. C'est une mauvaise nouvelle pour les fans de voitures à ailerons, mais une bonne nouvelle pour les vrais fans de Vin Diesel : l'acteur, contraint d'assurer la promotion de la chose, va nous régaler de ses réflexions passionnées pendant au moins 11 mois.

 

photoFast & Furious 9, Allégorie

 

Déjà il y a quelques jours, il prétendait pouvoir passer à travers la crise avec ses films, avant qu'ils soient tous les deux repoussés. Mais ce n'est rien à côté de l'hyperbole royale qu'il vient de lâcher au micro de NME pendant la promotion de Bloodshot. Il est revenu sur la mort de son ami Paul Walker, fauché, comme il le rappelle quotidiennement, dans la fleur de l'âge. Il était question de la fameuse fin du 7e opus, hommage au comédien décédé ayant marqué les cinéphiles qui suivaient la franchise depuis ses débuts.

 

« C'était un moment très dur. Mais il y avait un peu de réconfort dans le fait que nous soyons capables de nous protéger de caprices naturels de producteurs ou de quiconque qui dirait : "Eh bien, désormais, nous devons venger le personnage", et l'utiliser dans l'intrigue, et on a réussi à faire quelque chose de si beau et si classe. Ça pourrait être le meilleur moment de l'histoire du cinéma. Pas juste de ma carrière, mais de l'histoire du cinéma. Les hommes à travers le monde, tout le monde a pu pleurer, mais les hommes partout sur la planète, pour la première fois de l'histoire, ont pu pleurer ensemble. »

 

Photo Paul WalkerLa séquence en question

 

Bien sûr, il n'y a que de vrais bonshommes qui ont pleuré sur cette séquence, qui sert par ailleurs encore d'argument marketing cinq ans après les faits. Certes, il était bien senti de ne pas placer le décès de Paul Walker au centre de l'intrigue, mais peut-être que vendre le long-métrage de James Wan sur la promesse d'un hommage vibrant n'était pas non plus le geste le plus approprié. Cela en valait cependant la peine, puisque la fin de Fast & Furious 7 a ainsi pu devenir le plus grand moment de l'histoire du cinéma, en toute modestie.

Le prochain classique du 7e art devrait donc débarquer dans un an.

 

Affiche

Tout savoir sur Fast & Furious 7

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

rocky
16/03/2020 à 12:40

"Scream King 14/03/2020 à 12:23
Dans les 80's et 90's, on avait Van Damme. Dans les années 10's et 20's on a Vin Diesel... Tiens, je remarque que leur nom de famille ont les mêmes initiales... un hasard...?"

Les initiales du nom de Jean-Claude Van Damne sont VD.
Les initiales du nom (pseudo, en fait) de Vin Diesel sont : D... tout court.

Bref, tu essayes de te moquer d'eux mais c'est toi qui passes pour un abruti. Bien joué.

Vin
14/03/2020 à 15:54

Je comprends où il veut en venir, mais le pb, comme JCVD il a du mal à utiliser les bons mots, la bonne formule pour expliquer sa réflexion et du coup ça donne l'idée qu'il en fait des caisses. Certes, depuis Fast 7 il ne cesse d'évoquer Paul Walker, c'est dérangeant car ça fait très marketing. En revanche, ce qu'il dit sur la fin de F7, il a raison, la disparation de l'acteur a vraiment marqué l'industrie et les spectateurs - que l'on veuille ou non - et curieusement plus que la disparition d'acteurs iconiques. Peut être est-ce du à son age, de plus Paul Walker était loin d'être un mauvais acteur, j'aurais été curieux de le voir diriger par des réals de renom, et ça aussi ça contribue au fait que sa disparition à un peu plus marqué les esprits. Ça peut aussi s'expliquer aussi par le fait que la franchise FF nous suit depuis 2000, on aime ou on aime la détester et se moquer d'elle et elle les acteurs, la prod en ont bien conscience, on le sent que depuis F7 et F8 les films s'assument enfin pleinement pour ce qu'ils sont.

corleone
14/03/2020 à 15:21

J'ai beau me foutre de la gueule du mec de temps en temps mais ce serait malhonnête de dire que cette scène n'est pas marquante. Peut être pas la plus marquante, mais l'un des meilleurs moments du cinéma contemporain quand même. Un hommage sobre, émouvant, mythique voire mystique. RIP Paul Walker.

Rick-Ornichon
14/03/2020 à 15:19

@Olivier637
Oh bah ça alors, moi j'ai appelé mon fils BB8 dites donc !
Non mais c'est sûr qu'avec des idées pareilles, on ne peut que donner raison à Vincent Gasoil hein...

Olivier637
14/03/2020 à 14:59

Désolé mais je suis d’accord avec lui. Mon fils a 2 ans et je l’ai appelé Paul a cause de cette séquence.

Luigi
14/03/2020 à 12:59

52ans ,et il se la joue encore Bad boy de 20ans ! Arrête le rap mec et met toi du Springsteen,Peter Gabriel...

Scream King
14/03/2020 à 12:23

Dans les 80's et 90's, on avait Van Damme. Dans les années 10's et 20's on a Vin Diesel... Tiens, je remarque que leur nom de famille ont les mêmes initiales... un hasard...?

Marvelleux
14/03/2020 à 11:00

Est-il sérieux dans les propos qu'il vient de tenir?

Garm
14/03/2020 à 10:01

Tout est bon pour vendre sa came, même de capitaliser sur le décès d’un acteur. Bravo Vin

Andarioch1
14/03/2020 à 09:53

Si ce gars là avait un cerveau proportionné à son égo, il soignerait le corona virus avant Chuck Norris^^

votre commentaire