Joker : une fin plus tragique et glauque aurait été envisagée pour le mythique méchant

La Rédaction | 3 janvier 2020 - MAJ : 03/01/2020 18:18
La Rédaction | 3 janvier 2020 - MAJ : 03/01/2020 18:18

Comptant parmi les plus gros succès de 2019, Joker continue de passionner public et critique. Mais sa fin aurait pu être très différente.

Geek devant l’éternel, producteur, scénariste, comédien, réalisateur, Kevin Smith compte parmi les emblèmes de la pop culture des années 90, grand ambassadeur des super héros à travers les âges, sur papier glacé ou sur pellicule. Il constitue logiquement un des grands commentateurs de cette mode et de ses emblèmes, ainsi qu’un de ses chroniqueurs les mieux informés.

Du coup, quand il évoque une possible fin alternative du Joker de Todd Phillips, tout le monde ouvre grandes ces esgourdes. Et si Smith ne révèle pas clairement comment il a eu connaissance des éléments qu’il avance, son podcast Fatman Beyond pourrait bien intéresser les fans du film, déjà chauffés à blanc par les dernières révélations sur le sort du personnage interprété par Zazie Beetz.

ATTENTION SPOILERS !

 

photo Joaquin Phoenix

 

« À l’origine, l’épilogue dans l’hôpital était différent. Le Joker est dans l’hôpital et il rit, il glousse, puis dit : "Je pensais à quelque chose de rigolo". Et alors, on aurait dû avoir un flashback qui nous ramène à la mort des Wayne, il était en train de tuer Thomas et Martha et Bruce hurlait, criait. Alors que le Joker va pour s’en aller, il se retourne, hausse les épaules, et flingue le gamin. Générique. »

Une conclusion qui tranche avec celle que nous connaissons, au cours de laquelle un des émeutiers suivant le mouvement de foule inspiré par le Joker abat les parents de Bruce Wayne, initiant le trauma originel de Batman. Or, d’après Kevin Smith, il fut envisagé que ce soit le Joker qui soit directement à la manœuvre et pire encore, qu’il exécute froidement le jeune Wayne.

« C’est quoi ce bordel mec ? Il n’y a pas de Batman dans cet univers ?! » s’est exclamé Kevin Smith.

 

photo, Dante Pereira-Olson, Bruce WayneSouriez, vous êtes filmé !

 

Mais derrière cette transgression aux airs de révolution, et si tant est que ces éléments soient véridiques, deux remarques s’imposent. La première concerne le statut de la séquence de l’hôpital. Pour certains spectateurs, le statut de cette scène au cours de laquelle Joaquin Phoenix échange avec une soignante est trouble et pourrait indiquer que tout ce qui a précédé relève du pur fantasme narcissique du patient. Une idée qui ne contredirait pas cette vision du Joker, tuant ceux qu’il a désignés comme les responsables de sa vindicte.

Parallèlement le meurtre de Bruce Wayne et donc le futur Batman, aurait pu tout à fait s’inscrire dans la logique de film unique, de « one shot » revendiquée par le réalisateur Todd Phillips, confirmant qu’il s’agissait là d’une réinterprétation, rendant impossible une suite ou une "franchisation" du métrage. Enfin, cette audace aurait pu coller avec l’idée centrale du film, à savoir que dans une société dont toutes les structures éclatent au profit de l’individualisme et du chacun pour soi, ce n’est pas un Batman qui triomphe, mais un Joker.

 

photoLe héros que mérite les États-Unis ?

Tout savoir sur Joker

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Chris ok
05/01/2020 à 18:12

Salut j'sais pas qui t'es pour me proposer une gomette mais fais gaffe avec tes niah niah niah mais tout le monde est le Joker machin parle moi en vrai t'as la tête dans la pelouse.

Flo
04/01/2020 à 10:43

Ça, ça aurait été vraiment extrême…
Mais bon, faut continuer à vendre du Batman… le temps que plein de monde s’écrie « Ils ont tué Batman !!! », il aurait fallu expliquer ce qu’est un Elseworld etc etc…

Numberz
04/01/2020 à 06:59

Au maître des miroirs

Disons que si on prend ce film comme une origin story, que l'on ne connaît pas le comics avec l'idée que le joker peut être multiple, Chris OK se pose une question légitime je pense, même si ton raisonnement est bon.

Parcontre on pourrait presque voir dans ce film un V pour vendetta. L'anarchie, l'idée effectivement que joker, c'est vous, c'est nous, c'est eux, mon père, mon frère...... Même si la façon de faire du joker est bien moins morale

OK chris
04/01/2020 à 02:38

Chris OK t'as toujours pas compris que le Joker c'est tout le monde en fait... Un personnage né pour le coup avec A. Fleck et qui plus tard sera repris par d'autre personne qui se feront toujours appelé Joker... Le jour où t'aura compris ça, t'auras une gomette gamin.

Chris ok
03/01/2020 à 21:00

Ouais ok de toute façon si on en croit ce film le temps que le gosse devienne Batman le Joker serait mort de vieillesse.

Numberz
03/01/2020 à 19:40

Cela aurait été osé, effectivement. Et rien n'interdisait, si un deuxième film devait se faire, que Flekc avait la encore imaginé ce meurtre. Comme une frustration de ne pas l'avoir fait.

votre commentaire