Joker : on sait enfin très précisément ce qui est arrivé au personnage de Zazie Beetz

Déborah Lechner | 30 décembre 2019
Déborah Lechner | 30 décembre 2019

La Warner a dévoilé le script officiel du Joker de Todd Phillips qui raconte plus en détails ce qui est advenu de Sophie Dumond. 

Attention : spoilers !

 

photo, Joaquin PhoenixÉviter les spoils, ça fait toujours plaisir 

 

Les Oscars 2020 approchent à grand pas et le gagnant du Lion d'or à la Mostra de Venise a toutes ses raisons de lorgner sur une ou deux statuettes. La Warner a donc récemment mis en ligne le script officiel de Joker de Todd Phillips. Dans le film, Arthur Fleck (Joaquin Phoenix) développe une relation amoureuse avec sa voisine Sophie Dumond (Zazie Beetz), une jeune maman qui semble également être la seule personne de Gotham à se soucier de lui.

C'est donc avec fracas qu'il se rend finalement compte en pénétrant chez sa dulcinée que leur idylle n'était que le fruit de son imagination. Après cette prise de conscience, Sophie ne réapparaît plus à l'écran et n'est plus mentionnée une seule fois, de quoi laisser planer le doute sur le sort que le Clown maniaque lui a réservé.

 

photo, Joaquin Phoenix, Zazie BeetzZazie Beetz et Joaquin Phoenix dans les rôles de Sophie et Arthur 

 

Si le réalisateur avait déjà mis fin aux théories de fans en révélant que le personnage de Sophie Dumond (Zazie Beetz) avait bien été épargné par Arthur Fleck (Joaquin Phoenix), le document de 104 pages dévoile précisemment ce qui est advenu de la jeune femme après la vendetta meurtrière de son voisin.

D'après le script, après qu'Arthur ait tué Randall, il lui vole son argent et le glisse dans une enveloppe à l'intention de "Sofi" à qui il demande par la même occasion de regarder la prochaine émission de Murray Franklin (Robert De Niro), là encore avec une orthographe approximative. Il dépose le tout sur le pas de sa porte avec sa baguette magique à fleur en cadeau.

 

photo, Joaquin PhoenixLe calme avant la tempête 

 

Plus tard, Sophie regarde comme voulu le show du présentateur vedette et assiste horrifiée à son meurtre en direct. Au final, cette scène a été coupée au montage car Todd Phillips voulait que le point de vue de la narration reste celui d'Arhtur et ne se détourne jamais de lui. Avec les différentes rumeurs à propos d'un Joker 2, il ne serait donc pas improbable de retrouver le personnage de Zazie Beetz qui compte tant pour Arthur Fleck. 

En attendant, pour relire la critique de Jokerc'est de ce côté. On a également imaginé à quoi pourrait bien ressembler la suite du film si elle venait à se faire.

 

Affiche fr

Tout savoir sur Joker

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

@Jaroddd28
01/01/2020 à 21:11

L'article même est un spoiler (c'est écrit tout en haut) donc...

Jarodddd28
01/01/2020 à 12:15

Et Gringo avant de pondre un commentaire remplis de spoilers, préviens que ton message et rempli de spoils.

Gringo
01/01/2020 à 11:05

@La Classe Américaine oui effectivement les derniers star Wars ramènent des spectateurs parce qu'il y a écrit Star Wars, c'est un très bon exemple. Bon ça a au moins le mérite de faire connaître la saga à une nouvelle génération.

Joker a des bonnes intentions, sortir du produit marqueté film Marvel de super hero (oui les puristes je sais c'est l'univers DC). Mais pour quelqu'un qui justement ne regarde pas de film de super héro en général, il n'y a pas d'effet wahou là-dessus.

Joachin Phoenix a un jeu excellent c'est sûr, le gros point fort du film. La photo du film est de toute beauté. Mais le rythme est vraiment linéaire (pendant plus d'une heure), il n'y a pas de personnage secondaire marquant (de Niro, mais bon quà la fin du film). Celui de Zazie Beetz doit avoir 3 répliques max.
Y a des facilités scénaristiques énormes tout le long du film:
- Wayne parle de clown et hop la ville est à feu et à sang.
- D'ailleurs papa Wayne va se faire un ciné en famille de nuit hein, pénard, pile le jour prévu à l'avance où "kill the rich" retourne toute la ville.
- Les manifestants qui affichent leurs revendications dans la rue, et écrivent "kill the rich" sur leurs pancartes, et c'est le nom du mouvement social. Oui on le revendique en plein jour dans une marche. C'est pas logique enfin. Qu'il y ait des tags sur les murs avec "kill the rich", ou bien des attaques de la classe aisée dans toute la ville, mais pas un mouvement social qui demande de tuer des gens. Ou alors on voudrait savoir comment ils on sont venus là. Ce qui à l'air très intéressant, mais on ne le filme pas. On préfère filmer Arthur 24h/24. Alors que le personnage n'est pas si intéressant que ça. C'est un clown, pas très malin, qui se venge en succombant à ses pulsions.
- la mère d'Arthur a élevé son enfant alors qu'elle est passée par l'asile (on a qu'à dire que ça faisait plus mélo...)
- la situation d'Arthur pourrait changer s'il trouvait un autre boulot (c'est les USA, on trouve du travail et on est viré bien plus vite que chez nous). Mais non c'est la fatalité pour M. Arthur (Il a essayé de faire comique mais bon il n'a aucun talent).
- De Niro qui tombe pile sur le sketch d'Arthur aussi vite semble plus quelque chose d'aujourd'hui à l'heure des réseaux sociaux. Ça fait pas très années '80.
- le film n'ajoute pas grand chose par rapport à la bande annonce, et il tourne vraiment en rond. Arthur est brisé au début du film et n'a déjà pas de porte de sorties. Les seuls qui s'entrouvrent semblent d'emblée des voies sans issues (Wayne est détestable il n'y aucun espoir à ce qu'il soit le père d'Arthur. Son job le rabaisse et il cherche une carrière qui ne nous convainc jamais qu'il pourrait atteindre. Sa relation avec sa voisine paraît illusoire dès le départ. Ils disent deux mots et hop ils sortent ensemble).
Le film ne construit pas d'attente réelle qui sera bouleversée et dramatique lorsque viendra l'échec. Arthur rame et est assommé pendant 1h et demi (ça tourne en rond). On étale du patho encore et encore jusqu'à avoir terminé tout le cercle proche d'Arthur (le père, la mère, la copine, le job, le collègue...). Et nous en spectateur on coche les cases de cette liste de courses sans aucune surprise.
Etc etc

Et ce Joker semble pas seulement normal, mais vraiment simplet (ma maman me dit que je dois être un gentil garçon...). Il a tout d'un grand enfant. Alors oui c'est une origin story, ce ne sont que les débuts du Joker. Mais là même dans 20 ans ça ne sera pas un génie du mal. Batman en fait qu'une bouchée le matin avant de passer à truc vraiment sérieux dans sa journée.

Et si c'est un choix scénaristique, faire du Joker un criminel lambda, plutôt qu'un génie du mal. Alors je vois pas de raison qui fasse de lui un personnage mémorable.

Surtout que ce qui fait de lui un personnage au dessus des autres, lui arrive par hasard. La foule le prend en effigie par hasard. Il échappe à la police par hasard (surtout le nain qui n'appelle pas les flics après que son collègue de soit fait tué devant lui en sachant où se dirige Arthur). Et il est invité sur un talk show par hasard. Arthur Fleck "grand vilain par hasard".
Todd Phillips qui veut essayer d'en faire une trilogie (même s'il prétend que c'est un stand-alone) nous remettra le hasard dans les autres épisodes ?
Ou alors Arthur changera de personnalité et ne sera plus un simplet?

Le vrai message politique du film, la lutte des classes, est à peine traitée car on film Arthur. Le film dénonce à peine un système ou quand il le fait c'est traité assez grossièrement à la va vite (les pauvres sont tous violents et les riches tous cupides, très binaire). Ici la lutte des classes se déroule à l'arrière plan, en bruit de fond. Le film aurait vraiment gagné en contenu s'il s'y était attelé plus.

Et en fin de compte c'est pas un problème, il y a pleins d'autres films devant lesquels on peut s'extasier.
Mais là on pardonne tout ça à Joker, voir même on lui donnerait un oscar...

Carambar
31/12/2019 à 11:53

Y'en a marre qu'il faille avoir le script ou les twitter des acteurs pour comprendre ou apprécier les arcs d'histoire, y'a eu pareil pour GoT et The man in the high castle ...

Andrew Van
31/12/2019 à 08:44

En effet on dirait vraiment un film drama/folie sympa et classique ou ils ont rajouté le Joker et la mythologie Batman dans l'après coup (un peu a la truelle faut bien dire).

Mais au final ça change des films adaptés de comics un peu trop formatés et lissés à la Marvel par exemple. Les acteurs sont très bons, l'histoire et sympa et donne une orgine story au Joker, par forcément surprenante mais très bien faite. Bien que c'est assez incompréhensible (mais bon l'effet Joker sans doute), je suis content que ce film ai eu du succès.

Concernant l'histoire de la voisine, c'était prévisible et c'est tant mieux ! car j'ai trouvais cette relation totalement incohérente et peu crédible et ça m'a rassuré quand il ont refait le coup du "c'était dans sa tête" (mais vu les hommages assez bien marqués que fait ce film aux classiques du genre, c"était assez attendu).

Concernant une suite, le film ouvre tellement de porte et reste volontairement flou que c'était assez inévitable.

A voir comment ils vont tenter de raccrocher tout ça sur un futur Batman.

La Classe Américaine
31/12/2019 à 07:45

@Gringo: "Honnêtement qui serait allé voir ce film s'il n'y avait pas écrit Joker dessus?". Qui serait aller voir Star Wars s'il n'y avait pas écrit "Star Wars" dessus? Tu as d'autres arguments en stock de ce niveau ≈?

"Je suis plutôt bon public et pas difficile, mais je comprends pas l'engouement autour d'Arthur Fleck." Peut-être parce que c'est la première fois que l'on voit un Joker que beaucoup de monde peuvent comprendre car il est avant tout une victime. Et pas un grand guignol comme Jared Leto.

"Essayez ça : oubliez le lien (mince) avec l'univers de Batman et prenez le film tel qu'il est, ensuite faîtes un second visionnage, observez le super résultat..." C'est cet que le public a fait et ça s'appelle Taxi Driver.

Vivanou
31/12/2019 à 07:34

J'ai été voir Joker 2 fois pour bien m'impregner de l'atmosphère lourde du film. J'ai beaucoup aimé la performance de Joakin Phoenix. Qui peut mieux interpréter la folie humaine dans ses états aussi noirs jusqu'à tuer froidement en direct à la télé. Joakin Phoenix est un grand acteur qui sait faire passer plein d'émotions et se mettre dans la peau de ses personnages à fond avec ses travers aussi comme tout être humain.

Gringo
31/12/2019 à 06:47

@Robin Des Bois
Depuis quand les incohérences du scénario sont des bons points pour un film. Tu peux en rajouter d'autres à ta liste, le film en est rempli.
Pour moi ça m'a juste sorti du film, la seule explication c'est le manque de travail sur le scénario.

Honnêtement qui serait allé voir ce film s'il n'y avait pas écrit Joker dessus?

Je suis plutôt bon public et pas difficile, mais je comprends pas l'engouement autour d'Arthur Fleck.
Essayez ça : oubliez le lien (mince) avec l'univers de Batman et prenez le film tel qu'il est, ensuite faîtes un second visionnage, observez le super résultat...

Elpecto
31/12/2019 à 02:33

Très bon film j'ai apprécié moi

RobinDesBois
31/12/2019 à 02:30

@Jean-Michel Mindfuck J'espère qu'on aura pas de suite ! Le film a été fait pour se suffire à lui même et être indépendant du DCU. Une suite serait une trahison et de la pure prostitution. J'espère que Todd Philipps et Joachim Phoenix tiendront bon et ne céderont pas à la pression de la Warner. Surtout qu'il me semble que Philipps a proposé à la Warner des projets d'origin story sur d'autres vilains iconiques ça serait beaucoup plus intéressant.

Plus

votre commentaire