Films

Terminator : Dark Fate va peut-être dans le mur à cause de problèmes de droits

Par La Rédaction
3 octobre 2019
MAJ : 5 octobre 2019
30 commentaires
photo

Gale Anne Hurd, co-scénariste et ex-femme de James Cameron, complique la situation et l’avenir de la saga par rapport aux droits liés au premier film.

L’histoire des droits de la saga Terminator est plus amusante et remplie de twists que la plupart des suites, chaque film ayant été mené par différentes personnes. Le premier Terminator a été soutenu par le studio indépendant Hemdale, qui s’est écroulé dans les années 90 et a donc revendu la bête à Carolco, la boîte de Mario Kassar et Andrew G. Vajna, pour Terminator 2 : Le Jugement dernier. C’est ensuite Carolco qui a déposé le bilan, et les deux producteurs ont alors fondé C2 Pictures pour les racheter, après une longue bataille, et lancer Terminator 3 : Le soulèvement des Machines.

The Halcyon Company a repris les droits pour Terminator : Renaissance, mais le succès en demi-teinte du blockbuster les a en partie coulés, si bien que les droits ont encore été remis sur le marché. C’est leur créancier Pacificor qui les a rachetés, pour les revendre à Annapurna Pictures, la société de Megan Ellison, qui a finalement tout laissé à son frère et sa société Skydance, pour Terminator : Genisys. Là encore, la sortie glaciale du film a enterré les projets de suite, et tous les droits sont automatiquement revenus à James Cameron, qui a donc lancé Terminator : Dark Fate avec Skydance.

Mais ce retour à la maison n’est pas si paisible que ça puisque The Hollywood Reporter révèle que Gale Anne Hurd, productrice et co-scénariste du premier film, et accessoirement ex-femme de James Cameron, pourrait, elle aussi, faire valoir ses droits sur la marque.

 

photo, Linda HamiltonQuand la femme revient dans l’équation

 

Surtout connue comme une productrice incontournable (Aliens, le retour, Relic, Le Pic de Dante, Armageddon, Hulk, jusqu’à The Walking Dead), Gale Anne Hurd est co-scénariste de Terminator premier du nom – même si Cameron affirme que c’est abusif, car elle a seulement apporté quelques petits changements. Elle est ainsi créditée sur toutes les suites. Et tout comme James Cameron, elle peut donc récupérer les droits selon le même principe établi par la loi américaine dans les années 70 – les auteurs peuvent réclamer la propriété de leur création après 35 ans.

Si jamais c’était confirmé pour Terminator, Skydance pourrait perdre la possibilité de continuer à s’amuser avec la saga dès fin 2020. De quoi remettre encore une fois en question les plans de suites.

Skydance a réagi avec fermeté dans un communiqué officiel : « Skydance a un accord en place avec Jim Cameron et contrôle les droits de la franchise Terminator pour le futur proche ».

 

Une autre époque

 

Gale Ann Hurd aurait 50% de Terminator, l’autre moitié revenant à James Cameron. La productrice serait alors centrale dans les futures négociations, au même titre que le cinéaste superstar, fortement impliqué dans Dark Fate.

Cameron et elle ont été mariés de 1985 à 1989, années durant lesquelles elle a produit Aliens, le retour et Abyss. Leur histoire avait commencé sur Terminator, et il avait vendu les droits pour seulement 1 dollar à la productrice, en échange de la garantie de pouvoir être le réalisateur.

Nul doute que tout dépendra surtout du succès de Terminator : Dark Fate, avec Arnold Schwarzenegger et Linda Hamilton, qui sort le 23 octobre en France. En cas de carton, et donc de suite directe avec la même équipe, la bataille ne fera que commencer.

 

Affiche française

Rédacteurs :
Tout savoir sur Terminator : Dark Fate
Rejoignez la communauté pngwing.com
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
30 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Number6

Cameron ça dire que ce 6e film, c’est de la mer.e et ne voudra pas être associé à cela 🙂

Davmey

Vu que ce film fera un gros flop plus personne ne voudra acheter ces droits de toute manière. Cette saga n’a aucun avenir, à moins d’en faire carrément un remake.

Pseudo

Donc pour la quatrième fois le « 3eme » film n’aura pas de suite…

Zanta

Si Die Hard, Beetlejuice, Qui veut la peau de Roger Rabbit et Predator échappent aux studios, le cinéma en sortira gagnant.

Leboncoin

« THR explique que de plus en plus de scénaristes invoquent cette loi pour récupérer leurs créations, ce qui donne des sueurs froides aux studios puisque Die Hard, Beetlejuice, Qui veut la peau de Roger Rabbit ? ou encore Predator pourraient revenir aux auteurs, ou leurs héritiers. »

Voilà pourquoi la Fox a fait une bonne affaire en se faisant racheter par Disney avant de peut-être perdre les droits de plusieurs franchises, héhé.