Rambo : Sylvester Stallone aimerait beaucoup voir arriver un prequel

Christophe Foltzer | 19 septembre 2019 - MAJ : 19/09/2019 07:42
Christophe Foltzer | 19 septembre 2019 - MAJ : 19/09/2019 07:42

C'est donc le 25 septembre prochain que nous découvrirons enfin ce que l'on espère être l'ultime aventure de John Rambo. En espérant aussi qu'au-delà du côté boucherie-charcuterie annoncé, le film nous raconte quand même quelque chose.

Parce qu'avant de devenir un égo-trip bourrin calibré pour l'administration Reagan, le personnage de John Rambo était avant tout le symbole d'une Amérique honteuse qui rejetait ses propres enfants, alors même qu'elle les avait envoyé à la mort au Vietnam. Et Sylvester Stallone était juste parfait dans le rôle, ayant encore des trucs à prouver, il incarnait véritablement ce vétéran qui n'avait plus sa place nulle part.

 

photoC'était pas sa guerre, mais il l'aime bien quand même

 

Avec Rambo : Last Blood, dont la sortie est imminente, on s'attend à voir le baroud d'honneur du personnage, avec, enfin la possible accession à une paix intérieure. Encore que, on se méfie quand même pas mal parce que Sly a l'air de tourner un peu en boucle actuellement, voulant user ses franchises les plus populaires jusqu'à la corde.

Et c'est d'ailleurs bien de cela dont il est question aujourd'hui lorsque, interviewé par Screen Rant, il n'a pu cacher son envie de voir un jour arriver un prequel de Rambo, mettant en scène notre héros alors qu'il est encore... au lycée :

 

photoRejeté par tout le monde, traumatisé, forcément, il ne va pas bien

 

"J'ai toujours pensé à Rambo quand il avait 16 ou 17 ans - et j'espère vraiment qu'ils pourront faire le prequel. C'était la meilleure personne que vous pouviez trouver. Il était le capitaine d'une équipe, c'était le gamin le plus populaire de l'école, un super athlète. Il était comme Jim Thorpe (ndlr : figure légendaire du sport américain du début du XXème Siècle). Mais c'est la guerre qui l'a changé. Si vous l'aviez vu avant, il était le type parfait."

Evidemment, le discours est sensé, quoi qu'un peu manichéen, et renoue avec la grande thématique de la saga, à savoir l'horreur de la guerre qui traumatise l'humain et le manque de reconnaissance du gouvernement. Mais, si c'est possible, on aimerait bien se contenter de l'imaginer, cette période. Après tout, on n'est pas obligé de tout savoir sur John Rambo, cette part mystérieuse de bonheur est peut-être aussi ce qui fait son charme et nous permet de nous projeter dans son drame existentiel.

En attendant, on croise tout ce que l'on peut croiser pour que Rambo : Last Blood soit à la hauteur de nos attentes.

 

photo, Sylvester StalloneUne ultime chevauchée qu'on espère légendaire

 

commentaires

Pat
19/09/2019 à 20:13

Voir Rambo au lycée n'a aucun intérêt.

Marc
19/09/2019 à 20:11

Nos héros vieillissent Stallone Schartzy et c'est inévitable, le problème ils ne savent pas s'arrêter
Business Movie. La seul façon de finir l'histoire de Rambo c'est qu'il meurt et si à la fin de Rambo Last Blood ce n'est pas le cas ! on est partie pour un Rambo 7, 8, 32 etc.....

ridley?
19/09/2019 à 14:16

Satalonne s'approche de la senelité de ridley scott (Alien/Blade runnerr) avec son Rocky et Rambo. Mais pour l'instant il fait un sans faute dans c histoire attention a ne pas trop tiré sur la corde pour ne pas nous faire des délire à la Papa Scott

Luigi
19/09/2019 à 11:26

Si le film marche au box office ,Sly n'a aucune raison de s'arrêter là ! Maintenant si c'est un flop ben il passera à autre chose CQFD!

L'Indien zarbi à moitié a poil.
19/09/2019 à 11:09

Et ça continue.
Son égo est tellement développé qu'il est foutu de se créer un rôle dans le prequel.
Ça devient gênant.

Stef
19/09/2019 à 10:22

Ma fille va le voir demain au Canada... j’attend ses retours avec impatience avant d’y aller le 25. J'espère Que quelques cinéma le passeront en VO

Galt
19/09/2019 à 09:22

Rambo = Stallone.
Pas de Stallone, pas de ticket de cinéma.

votre commentaire