Star Wars : J.J. Abrams explique pourquoi il a bien failli ne jamais réaliser l'Episode IX

Christophe Foltzer | 10 avril 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Christophe Foltzer | 10 avril 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Après la sortie quelque peu compliquée des Derniers Jedi, nous avons tous été surpris d'apprendre que J.J. Abrams revenait aux commandes de la saga pour l'ultime épisode de la trilogie. Et ça ne s'est pas joué à grand-chose apparemment.

On ne va pas de nouveau relancer la polémique, mais il faut bien reconnaitre que Les Derniers Jedi nous a pris de court, tant Rian Johnson s'est amusé à plus ou moins pété tout ce que J.J. Abrams avait mis en place avec Le Réveil de la Force.

Aussi, quand le papa d'Alias est revenu pour mettre en scène le dernier épisode de cette trilogie, c'était quelque part la garantie que l'histoire allait retourner dans les clous, que l'épisode VIII ne serait plus qu'un mauvais souvenir.

 

Photo J.J. Abrams, Mark HamillJ.J. Abrams met un doigt dans le culte

 

Si évidemment l'attente est énorme, l'Episode IX sortira sur nos écrans le 18 décembre prochain, ce n'est rien comparé à la pression que le réalisateur doit avoir sur les épaules et on se dit qu'il faut être sacrément solide pour relever un tel challenge par deux fois. Et si cet ultime opus de la trilogie devait à l'origine être réalisé par Colin Trevorrow, J.J. Abrams n'assume pas totalement son statut de sauveur puisqu'il vient d'avouer au micro de Fast Company qu'il avait été à deux doigts de refuser l'offre de Disney :

"Je n'étais pas supposé revenir. Je n'étais pas celui qu'ils voulaient vous savez ? Je travaillais sur d'autres choses et il y avait un projet qui devait être mon prochain film. Et puis Kathleen Kennedy m'a appelé pour me demander de considérer sérieusement sa proposition de revenir. Dès que ça a commencé, tout s'est enchainé très vite. Tout ça a été un saut de la foi un peu fou et il y a vraiment eu un moment où j'étais à deux doigts de dire que, non, je ne ferai pas ce film."

 

Kathleen Kennedy, Star WarsTout sourire avec la terrible Kathleen Kennedy

 

Pour quelles raisons J.J. Abrams doutait-il de son envie de terminer ce qu'il avait commencé ? Qu'est-ce qui pouvait l'empêcher de se replonger dans Star Wars ? Et surtout, qu'est-ce qui l'a convaincu de revenir ? :

« J'avais vraiment l'impression de jouer avec le feu. Pourquoi revenir ? On avait réussi à toute remettre sur pied. Qu'est-ce que je pensais pouvoir faire de plus ? A un moment, j'ai carrément dit "non" mais ma femme Katie [co-présidente de sa société Bad Robot, ndlr] m'a dit que je devais le faire. Ma première pensée a été de me demander si elle n'avait pas rencontré quelqu'un et puis je me suis dit que, généralement, c'est elle qui a raison. Et à mon avis, elle y a vu l'opportunité de conclure une histoire que nous avions commencé, qui avait continué sans nous. Et une fois que j'avais compris ça, je n'avais plus aucune envie de refuser, malgré les délais très courts. »

 

Star WarsTerminer ce qu'il avait commencé

 

Parce que oui, il ne faut pas oublier que lorsque Abrams est arrivé sur le film, la date de sortie était déjà calée et il n'y avait aucun scénario puisqu'il a gentiment écarté celui de Colin Trevorrow. Alors il a préféré écouter son instinct :

"Le scénario m'était totalement inconnu. Je sentais vers quoi tendait l'histoire mais c'était tout. Sans parler de l'épisode VIII, il y avait une histoire que Rian Johnson avait écrit avant que l'on se rencontre et qui se basait sur l'épisode VII. Il emmenait donc les choses dans une autre direction. Bien sûr, il a aussi fallu raccordé avec Les Derniers Jedi, du coup notre film ne suivait plus uniquement ce que nous avions commencé mais aussi une autre direction empruntée par quelqu'un d'autre.

 

Star Wars on setTraversée du désert ? Connais pas

 

Au final, on devait conclure 9 films. Et parmi eux, il y a de grandes idées, de grosses thématiques qui ont été imaginées il y a plusieurs décennies, et beaucoup d'idées que Lawrence Kasdan et moi avions au temps de l'Episode VII. Mais le manque de structure complète et la façon dont les choses avaient été menées ont constitué un énorme challenge."

Bref, tout semble bien qui finit bien puisque le film devrait bientôt commencer sa promotion Panzer. Ne reste plus qu'à espérer que le résultat soit à la hauteur des attentes et qu'Abrams a vraiment eu raison de revenir. La bande-annonce devrait nous en dire plus rapidement puisque des images pourraient arriver dès ce 12 avril selon les rumeurs.

 

Star WarsJ.J. Abrams face à lui-même ?

 

Tout savoir sur Star Wars : L'Ascension de Skywalker

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Les Guerres de l'étoile
11/04/2019 à 13:21

Je repense à tous ceux qui disaient "mais si ils savent où ils vont".
C'est vraiment du grand n'importe quoi le travail sur cette licence. Heureusement qu'il reste les livres, les jeux vidéos pour nous offrir de belles incursions dans cet univers.

Castorsupreme
10/04/2019 à 19:34

Épisodes 1 2 et 3 de pas mal à excellents avec des décors très inventifs et un bon casting ! Bien mieux que l'épisode 6 avec les Ewoks bref bravo lucas
Dernière trilogie moins inventive mais visuellement magnifique et plutôt agréable
Les spin off Rogue one extra Solo sympa et j'aurais aimé une suite

Mr Vide
10/04/2019 à 16:56

@bububblegumcrisis : tout est dit, bravo.
Question créativité pour la prélogie je ne suis cependant pas d'accord, il y a des architectures et des véhicules franchement cools. Justement c'est bien le point fort des épisodes I,II et III ( et ils sont pourtant mauvais ). Les derniers épisodes en comparaison semblent bien fades , peut être était ce pour coller à ce futur ancien...bref un beau gâchis tout de même.

banban
10/04/2019 à 16:23

Et donc la grande question de cette postlogie: est-ce que les grandes lignes de l'histoire sont connues et tracées dès le départ ('comme sur les deux premières trilogies) ou est-ce le Disney navigue bien à vue ?

green-thing
10/04/2019 à 13:42

"m'a appelé pour me demander de considérer sérieusement sa proposition de revenir."
quand un recruteur dit ce genre de chose, c'est en général suivi de manière explicite ou implicite, par un truc du type "où tu sera blacklisté à vie dans toutes les boites", sa femme a du le l’appréhendée lol

bubblegumcrisis
10/04/2019 à 13:38

Résumons :
Lucas crée en 1977 un de s premiers blockbuster du cinéma moderne et un univers étendu, ainsi que le marchandising.

En 1983, Lucas crée le film de science-fiction/space opera le plus aboutit techniquement jamais réalisé. Le nombre de plan truqué est phénoménal pour une époque pré-CGi's.

Malheureusement, déjà Lucas se laisse aller à ce qui deviendra récurrent chez lui au fil du temps : Ne pas respecter l'intelligence de ses spectateurs. Comme il gagne surtout sa vie sur les licences Starwars, il amène des proto-JarJar dans cet épisode, les Ewoks qui feront de superbes peluches Made in China.

Lucas fait aussi du "révisionnisme" avec sa propre oeuvre en commençant, grâce à la Pouissance de la Fonk - nan, je rigole -, la puissance de calcul des ordinateurs à caviarder les films de la trilogie originale de plans ultra-laids entièrement numériques. Ça n'apporte rien et casse l'homogénéité visuelle des films.

En même temps il n'hésite pas à remonter certaines scènes emblématiques qui changent le caractère de certains personnages : Han Solo n'est pas un gentil, c'est un vaurien, il tire le premier et n'a pas besoin de prétexte de légitime défense complètement débile institué par Lucas après coup.

Là commence un désamour entre Lucas et les fans de la 1ere heure, ceux qui ont découvert - comme moi - les films en salle. Non content de charcuter des films plutôt équilibrés d'origines - avec quelques défauts mais très regardables même au regard des standards actuels -, il fait disparaître les copies d'origine pour rendre impossible toute comparaison.
Seulement voilà, Internet est arrivé et depuis les comparaisons c'est pas ce qui manque.

En 1999, Lucas crée la prélogie racontant l'histoire de Anakin, père de Luke, devenant Dart Vader. Et là, ben c'est le drame. Film insipide, personnages atrocement détestables, CGi's partout, créativité nulle part. Une cinématique de jeu vidéo entrecoupée de dialogues débiles et de morceaux de JarJarBink dedans. À part Lian Neeson et Ewan McGregor la distribution est sans intérêt. Les acteurs jouent sur fonds verts ce qui rend toutes interactions avec l'environnement complètement fausses.
La suite de cette deuxième trilogie rendra le divorce entre Lucas et fans de la première, totale.

En 2012, Lucas permettra à Disney d'acheter sa compagnie et ILM faisant passer Starwars, produit du cinéma indépendant à Starwars, licence Disney, le plus gros studio non indépendant du monde.
La première priorité de Disney sera de mettre fin au split entre les fans de la saga d'origine et ceux de la prélogie. JJ.Abrams s'étant fait la main sur Star Trek en en faisant un faux reboot déguisé en Starwars - se foutant par-là même de toute la culture Trekkie conçue sur des décennies - passera au commandes du premier épisode de cette Troisième trilogie.
Le résultat, un reboot déguisé là aussi. Les personnages d'origines campés par des acteurs ayant vieillit se voit affublés de leurs clones plus jeunes à qui ils vont devoir passer le flambeau pour créer le nouveau SWCU made in Disney. Si les effets spéciaux sont beaux dans l'ensemble et tout en étant numériques copient parfaitement les maquettes et les matpaintings de la grande époque, le casting ainsi que le scenario sont très, très moyens. En tout cas, à part un nouveau droïd dont le seul objectif est de finir dans le coffre à jouets du geek de base, rien de nouveau. Et Han Solo est évacué de la sage comme le truc au fond des toilettes.
Le seul mérite de ce film c'est qu'il a réussi à réunir la famille des fans de Starwars après le bordel que Lucas avait mis dedans toutes ces années.

Et là arrive Rian Johnson, qui décide de tout mettre par terre. Comment la madame Kennedy a-t-elle pu permettre, elle qui contrôle tout, qu'un seul réalisateur fasse tout exploser à nouveau et segmente le coeur de cible de cette saga ? Mystère.

En attendant faire revenir JJ Abrams comme le sauveur himself sur un film déjà en production, est un désaveu du travail de Johnson. Je pense aussi qu'après le four Han Solo, il n'est pas évident que Star wars s'en remette.

Bon évidemment la puissance de frappe marketing de Disney est telle que ça m'étonnerait que personne n'aille voir cet ultime opus en nombre lors de sa sortie, mais la réception critique elle, peut ne pas suivre et remettre en question les projets futurs de Disney pour Starwars.

JJ Abrams n'est pas un bon réalisateur, c'est un faiseur et surtout un type qui n'est pas capable de s'affranchir de ses modèles que sont Spielberg et Lucas. Au mieux, son épisode VII n'est qu'une version scolaire de l'épisode IV, comme le ferait un gamin qui veut avoir la reconnaissance de ses modèle en les copiant sans talent.

Au moins Rian Johnson lui a fait preuve d'indépendance vis-à-vis du matériau d'origine même si c'est n'importe comment.

JJ Abrams va finir d'enterrer cette saga, simplement parce qu'il n'est pas à la hauteur.

Et puis bon, ça fait plus de 40 ans que ça dure ce délire, on ne pourrait pas passer à autre chose que de sortir un nouveau film Starwars tous les deux ans ? On a l'impression que le cinéma américain n'est plus capable de faire autre chose que d'être une machine à recycler sans cesse le même et toujours sempiternel film.

Et puis (bis) on ne peut plus faire du cinéma d'action/science-fiction/fantasy/fantastique/aventure/policier/etc/etc sans le penser en termes de suites, d'univers étendu, de franchises, de budgets obscènes et de CGi's au kilomètre ?

Rien ne vaut un bon Kubrick !
10/04/2019 à 12:59

Je me demande qui est encore intéressé par Star Wars depuis l'épisodes 7 ? Pour ma part c'est comme un espèce de jeu sadomasochiste... Pourtant il me paraissait difficile de faire pire que le 7 mais le 8 a largement été à la hauteur en terme de grand n'importe quoi. Celui qui s'en sort le mieux est Rogue One, et je ne parle même pas du film sur la jeunesse d'un des personnages historiques et qui a été rayé de ma mémoire par hypnose. Mais je suis rassuré que JJ gagne bien sa vie chez Disney.

Bishop
10/04/2019 à 12:00

Après avoir plagié l'épisode IV, il s'est dit qu'il allait refaire la même chose avec l'épisode VI

hailde
10/04/2019 à 11:19

Une manière bien gentille de dire : Je ne voulais pas revenir, Johnson a fait n'importe quoi avec l'histoire que j'ai lancé, résultat c'est un beau merdier et je ne veux pas m'y impliquer.Je me suis laissé avoir finalement par ma femme qui m'a convaincu de le faire pour rattraper comme je peux les inepties de l'épisode 8. Je suis un gars honnête quand j'ai fais l'épisode 7 je pensais créer les bases d'une bonne trilogie et puis Johnson a tout changé sans me concerter.

votre commentaire