Level 16 : le thriller dystopique dévoile une première bande annonce claustrophobique

Camille Vignes | 17 janvier 2019
Camille Vignes | 17 janvier 2019

Qui voudrait d’une fille sale ? Après tout… la propreté clinique est une vertu proche de la piété...

Avec pour décor un bâtiment industriel gris, froid, chirurgical, sans indice de temps ni de lieu, le thriller psychologique Level 16 déroule les évènements d’un internat pour jeunes filles. Propreté, humilité, patience et soumission, uniforme gris austères, enseignement violent et médicament mystérieux sont le quotidien des élèves de la Vestalis Academy pour devenir des femmes vertueuses.

 

 

Dans une longue litanie psalmodiant les vertus à être une « fille propre », la bande annonce esquisse la perversion que l’école met en elle. Avec Sara Canning en directrice d’établissement, on comprend que la société dystopique deLevel 16 défend des soit-disant « vertus féminines ».

Deux jeunes filles ayant l’âge de rejoindre le niveau 16, Vivien (Katie Douglas) et Sophia (Celina Martin), se lancent dans une rébellion silencieuse pour découvrir ce qui les attend quand elles quitteront l’institution. Dans un récit original, la réalisatrice canadienne Danishka Esterhazy s’efforce de tirer le meilleur parti possible de l’horreur dans une histoire presque entièrement féminine. D’ailleurs les rares apparitions masculines sont auréolées de rouge et paraissent particulièrement inquiétantes.

La première bande-annonce de ce récit claustrophobique en dévoile peut-être un peu trop mais laisse très curieux. Si Level 16 sera en salles outre-atlantique le 1er mars, on espère bientôt connaître la date de sortie du film en France.

 

affiche

commentaires

trashyboy
18/01/2019 à 13:53

*attaqué(e) et non pas attaquer

trashyboy
18/01/2019 à 13:53

@Cyprine3000: déjà, rien ne dit que Camille n'est pas un homme, et ça m'importe peu. Pas de problème d'égo, et mes couilles se portent bien merci mais ce n'est pas le sujet. Faut arrêter de voir du sexisme partout dès qu'on se sent attaquer.

Mais quand je lis ça: https://www.ecranlarge.com/films/news/1051630-encore-un-gamin-possede-dans-la-bande-annonce-de-the-hole-in-the-ground avec un jugement à l'emporte pièce sur la base d'une bande-annonce,

puis cet article, je me dis que ça frôle l'amateurisme (désolé mais non, les apparitions masculines ne sont pas auréolées de rouge. C'est un détail, certes, mais ne vas pas nous faire une analyse bidon et erronée).

Cyprine3000
18/01/2019 à 11:21

"Gneugneugneu la fille elle pense pas comme moi gneugneugneu égo qui saigne gneugneu je vais lui dire parce que say pas possible gneugneugneu grosses couilles sur la table tavu"

Merci trashyboy, de nous rappeler combien notre civilisation a réussi à outrepasser les plus évidents standards de la théorie de l'évolution.

trashyboy
18/01/2019 à 09:05

"D’ailleurs les rares apparitions masculines sont auréolées de rouge..."

@CamilleVignes : il va falloir arrêter d'écrire des conneries, car en l’occurrence ce n'est pas le cas.

Mais bon, venant de quelqu'un capable de juger la qualité d'un film sur la seule base de sa bande-annonce, avec un parti pris sidérant, est-ce vraiment étonnant?!!? (je parle d'un précédent article).

votre commentaire