Pour Rian Johnson, le Luke des Derniers Jedi est très fidèle à celui de la trilogie originale

Christophe Foltzer | 7 novembre 2018 - MAJ : 07/11/2018 07:35
Christophe Foltzer | 7 novembre 2018 - MAJ : 07/11/2018 07:35

Vous avez remarqué que l'on recommence peu à peu à reparler de Star Wars alors que pendant des mois ce n'était plus vraiment le cas ? Vous avez remarqué, aussi, que l'on ne parle pas forcément de l'Episode IX ? Comme s'il fallait régler quelques comptes avant ?

Parce que ne nous leurrons pas, Star Wars s'est fait une grosse frayeur cette année. Ivre de son succès, il n'a pas vu venir le backlash concernant Les Derniers Jediet le semi échec de Solo : A Star Wars Story. On ne dit pas que c'est grave ou quoi que ce soit, on dit juste que c'est peut-être une bonne chose au fond parce qu'une paire de torgnoles de temps à autre, ça aide à réfléchir.

 

Photo Daisy Ridley, Mark Hamill Ressens la colère des fans... Ressens le côté turbo-débile de la Force...

 

Tandis que Lucasfilm semble tout miser sur l'Episode IX que nous prépare J.J. Abrams pour le 20 décembre 2019, Rian Johnson, quant à lui, devrait apparemment bosser activement sur la prochaine trilogie qui, comme il l'a promis, laisserait enfin tranquille la famille Skywalker et partirait dans une direction différente. Alors oui, on parle au conditionnel parce qu'on n'a pas vraiment l'impression que Johnson soit super concentré.

Lui qui s'est pris les attaques violentes des fans turbo-débiles en pleine tronche depuis presque un an ne semble toujours pas avoir digéré les reproches qui lui ont été adressés puisqu'il vient de remettre de l'huile sur le feu tout seul, comme un grand, dans un déclaration Twitter à propos de son traitement de Luke Skywalker :

 

Photo Mark HamillLuke sur le point de commettre l'impardonnable

 

"Luke est en réalité 100 % cohérent avec son personnage (pas celui décrit dans les campagnes marketings, mais celui basé sur les mots et les actions dans le film) de la trilogie originale. Je serai au bar si vous avez besoin de moi."

Une déclaration bien rigolote et qui a le mérite de faire réfléchir. Et c'est vrai que lorsque l'on repense au Luke de la trilogie originale, il n'était pas que ce chevalier lumineux au grand coeur. Non, c'était quand même un petit con par moments. Par contre, on aurait pu espérer que le fait qu'il soit un maître Jedi légendaire l'ait fait évoluer, qu'il ait acquis de la sagesse avec les années, sans pour autant perdre son humour évidemment, mais il faut croire que Rian Johnson n'avait pas la même idée en tête. N'empêche on est quasi sûr que le Luke de l'époque n'aurait jamais têté du lait vert à même le pis juste pour tester sa future élève. Enfin, on dit ça...

 

Photo Mark Hamill

commentaires

Birdy
08/11/2018 à 08:41

Le gros problème de ce film, de toute façon, ça reste les personnages creux paumés dans une histoire sans trame de fond. Ex :Poe, qui prend une grande importance alors qu'il devait à l'origine mourir. On sent que les films se suivent sur l'unique but de copier coller la 1ère trilogie, mais hélas, à chaque nouveauté ils se prennent les pieds dans le tapis. Très bonne idée de tuer Snoke SI ça révèle Ben mais la scène de fin il passe encore pour un ado attardé jaloux !! Il fallait qu'il devienne charismatique à ce moment là. Sinon la trilogie n'a plus de Vador potentiel, juste un méchant de pacotille.
Rose ?? Elle sert à rien. Adorable mais inutile. Leia ? Sert à rien du tout. Chewie ? Idem. Luke ? Il fait son raleur clodo et surtout, les flashsbacks sont nuls, la background story de son renoncement est raté ( un cauchemar ??? )

Reste Rey, le perso qui devait être génial. J'ai encore un espoir pour elle.

Birdy
08/11/2018 à 08:35

Les gars vous ne trouverez pas un seul réal au monde pour critiquer son propre film ( je sais qu'il y a des contre exemple, mais les gars vous diront que c'est pas de leur faute ).
RJ est comme les autres : persuadé que sa crotte est la plus belle. Esthétiquement oui,c'est fort. trois scènes sont intéressantes. Mais il y a de telles fautes de gouts ( Leia dans l'espace, la salle riait de malaise ), franchement, qu'à un moment il devrait faire comme son luke ; s'isoler un moment sur son caillou.

Leca27
08/11/2018 à 08:14

RJ chouine parce qu’il est attaqué de toute part sur son film ultra clivant. Ce gars semble être une tête à claque de provocateur....

LeManch
07/11/2018 à 20:04

@ Farfadet: Yoda doute des capacités de Luke (notamment son manque de patience) mais après l'avoir préalablement testé. Une rapide conversation avec Obi-Wan suffit d'ailleurs à lui faire changer d'avis et à entraîner Luke avec une philosophie et une approche très loin du défaitisme et du désabusement que montre Luke dans le VIII. On est d'accord qu'il est loin d'être heureux sur son caillou boueux hein, mais malgré un schéma narratif similaire (it's like poetry..), l'approche reste bien différente.
"Ce faisant, on comprend mal pourquoi il refuse de « transmettre à Rey ce qu’il a appris », comme Yoda le lui demandait sur son lit de mort." --> il enseigne ce qu'il a appris via son académie! C'est son échec avec Ben qui le fait douter de ses capacités et qu'il refuse dans un premier temps d'aider Rey.

Pour ton dernier point sur les Whills, je pense que, comme beaucoup, vous laissez Luke comme le héro principal alors que le postlogie suit un schéma similaire à l'OT, à savoir: les anciens héros passent le relais pour la nouvelle génération. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle Abrams et Kasdan ont refusé de traiter Luke dans le VII car il cannibalisait l'attention. Chaque trilo se concentre sur un Skywalker: Anakin/Luke/Ben (qui est pour moi le vrai ""héro"" de la postlo).

Mich
07/11/2018 à 18:35

Selon la chronologie des films, il s'est passé trente ans entre la fin de la trilogie originale (chute de Palpatine) et les événements du moment et le retour de Luke. C'est long trente ans. N'est il pas impossible qu'il ait tout simplement changé ?

Farfadet
07/11/2018 à 18:31

@LeManch

Le sous-texte de l’Empire contre-attaque est très clair : Yoda connaît les véritables origines de Luke. Yoda pense que Luke sera incapable de se dominer et d’aller au bout de sa formation, « tout comme son père avant lui ». De la même manière, Yoda ne réside pas sur Dagobah par plaisir : il est en exil, et se cache à proximité d’une source de Force maléfique pour contrebalancer son pouvoir et se dissimuler aux yeux de l’Empire. La prélogie nous permet de mettre des mots sur la condition de Yoda : adepte d’un modèle trop rigoriste, il n’a pas su préserver l’Ordre Jedi de sa chute. D’où le caractère ronchon du personnage, qui se dévoile après une période de folie douce surjouée.

Rian Johnson adapte l’Empire contre-attaque avec quelques variations d’écriture illusoires, et se heurte aux mêmes problèmes que JJ Abrams. Ahch-To est en réalité Dagobah, Luke est devenu Yoda et Rey reste un avatar artificiel de Luke. Sans parler du rituel de la grotte. Si Yoda avait des raisons de ruminer l’échec de l’Ordre, Luke n’a pas à s’en sentir responsable puisqu’il n’était pas né. Le parcours personnel de Luke devait l’amener à prendre sur lui l’héritage familial, pas celui des Jedi dont il n’a de toute façon jamais accepté la tutelle. Rappelons que Luke a refusé de tuer son père et de jouer le jeu de Yoda et Obi-Wan, qui voulaient détruire l’Empire par tous les moyens.

Luke a réussi à transcender la philosophie Jedi, allant au-delà des espoirs placés en lui par Yoda et Obi-Wan. Il est parvenu à ramener son Père du Côté Obscur, validant la thèse de l’amour compassionnel. Ce faisant, on comprend mal pourquoi il refuse de « transmettre à Rey ce qu’il a appris », comme Yoda le lui demandait sur son lit de mort. Sauf si, bien sûr, l’idée était de rester dans un schéma narratif connu et rabâché. La Force ne se résume pas à une doctrine. Avec cette 3e trilogie, Lucas était sur le point d’aller plus loin dans les voies de la Force, et il est probable que Luke aurait atteint un état de conscience supérieur, en communion avec les « Whills ». Ce qui aurait posé des questions intéressantes en lien avec la détermination de la lignée Skywalker.

Y Boy
07/11/2018 à 17:55

Ce troll... il vient de remettre une pièce pour relancer le débat sur son film moisi.

LeManch
07/11/2018 à 16:56

@ Joe: c'est Abrams et Kasdan qui le présente seul sur une île déserte. . En refusant de traiter le perso et en jouant sur l'aspect 'mystery box', ils ont de facto trahi le perso de Luke qui n'intervient pas pour sauver ses amis. A RJ de se débrouiller pour trouver une explication... Et pour le moment je n'ai jamais lu une alternative crédible justifiant sa non intervention. La solution D'un Luke coupé de la Force était pour moi une bonne idée.

@Farfadet: les préoccupations existentielles de Yoda avec un Luke défaitiste, désabusé et fragilisé ? À quel moment d'ESB Yoda nous est il présenté comme défaitiste, désabusé ou même ruminant les échecs passés ?

Joe
07/11/2018 à 15:58

@LeManch Dans le 7 Luke est disparu, on n'en sans pas plus, s'est bien dans le 8 qu'on apprend qu'il ne fait rien à part traire des vaches aliens. Le traitements de son absence aurait pu être beaucoup mieux faite, avec une raison qui l'aurait empêcher de revenir.

Farfadet
07/11/2018 à 14:58

Rian Johnson n’aurait-il pas plutôt essayé de greffer de manière tout à fait arbitraire et artificielle les préoccupations existentielles du personnage de Yoda ? Ce Luke défaitiste, désabusé, fragilisé par des années de lutte qui balance le sabre de son Père comme Yoda balance par-dessus l’épaule ce qu’il trouve dans le garde-manger…

Yoda avait de bonnes raisons de se montrer espiègle, car son intention était de tester la patience de Luke. Luke n’a plus aucune raison d’agir comme il le fait. Son complexe d’Œdipe est résolu, et son rapport au Père est pacifié. Ce qui n’empêche pas l'emergence de nouveaux troubles existentiels ! Certes, Luke jette son sabre face à l’Empereur dans Le retour du Jedi, mais c’est son sabre, pas celui de son père. Ce faisant, il renonce à frapper sous le coup de la haine.

Comment un tel personnage, qui a traversé les épreuves les plus difficiles, peut tout à coup changer littéralement de personnalité ? Sans parler de ce rappel ultime au personnage d’Alec Guiness, Luke acceptant de croiser mollement le sabre pour faire diversion et permettre à la Résistance de fuir.

A ce stade, Rian Johnson donne surtout l’impression de s’être pris à son propre piège, là ou JJ Abrams avait encore sa fameuse « Mystery Box » comme alibi. En résumé : Luke a été intégralement vidé de sa substance, sans qu’on comprenne si cela a un sens réel au regard de l’ensemble de la saga. Si l’idée est de désacraliser progressivement le caractère universel de Star Wars et de ses archétypes, que reste-il à partager pour le public, au delà de la simple image de marque ?

Plus

votre commentaire