Sans un bruit : le réalisateur découvre le cinéma d'horreur et trouve ça vraiment super tip top

La Rédaction | 16 avril 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
La Rédaction | 16 avril 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Alors que les blockbusters coûtent de plus en plus cher, un cinéma de genre bien plus économique continue de siphonner le box-office.

Avec Sans un bruitJohn Krasinski est en train de donner une petite fessée à Hollywood, tout en sauvant l’année de Paramount, franchement à la peine depuis trop longtemps. Le succès surprise de ce mélange de SF et d’horreur pourrait bien indiquer, plus qu’un des prototypes imprévisibles dont le box-office a le secret, l’avènement d’un contre-modèle des plus intéressants.

En témoigne le succès massif de Blumhouse, basé sur la fabrication en grand nombre de films de genre à faible budget, et les percées régulières, internationales et continu, d’œuvres telles que Ça, Get OutAmerican Nightmare, etc…

 

Photo Noah Jupe, John KrasinskiJohn Krasinski et Noah Jupe

 

De même, le succès récent et académique de La Forme de l'eau pourrait indiquer que des institutions comme les Oscars sont prêtent à considérer d’un œil nouveau tout un pan du cinéma. Et c’est dans ce contexte que s’inscrit le fulgurant succès (sur le sol américain) de Sans un bruit, qui a permis à son réalisateur de se pencher sur un univers qui lui était inconnu.

En effet, John Krasinski a expliqué dans les colonnes de Apnews.com que pour préparer son premier film en tant que metteur en scène, il avait visionné un paquet de métrages qu’il ne connaissait pas, et qui l’avaient particulièrement surpris.

 

PhotoEmily Blunt

 

« La chose essentielle que j’ai apprise en regardant tous ces films d’horreur pour rattraper mon retard en la matière, c’est combien je m’étais comporté comme un ignorant en ne m’y intéressant pas. On se rend compte que certains des meilleurs films sont produits sous la bannière du genre. De Get Out à Mister BabadookThe Witch ou encore Morse – je veux dire, ces films sont simplement phénoménaux. »

Si certains ne manqueront pas de moquer le néo-réalisateur, manifestement un peu maladroit, on pourra aussi apprécier son enthousiasme et sa franchise, tout comme la curiosité bienvenue qu’il exprime. D’autant plus que John Krasinski semble désireux de nous faire frissonner encore un moment.

« J’arrive peut-être à la fête avec un peu de retard, mais j’ai l’intention d’y rester. Aussi longtemps qu’on voudra bien de moi. »

Sans un bruit avec Emily BluntNoah Jupe et Millicent Simmonds arrivera sur nos écrans le 20 juin 2018.

 

Photo Emily BluntAffiche américaine de Sans un Bruit

Tout savoir sur Sans un bruit

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
simon44000
13/05/2018 à 19:41

lycan, je ne te contredirais pas, il est juste superbe ce film ^^ !!!!

lycan
05/05/2018 à 22:41

Vu , il est excellent !!

ClikClic
16/04/2018 à 19:29

le film arrive en France plus d'1 mois apres l'Allemagne ... Cool

Euh
16/04/2018 à 18:01

Honnête, mais c'est vrai qu'il a du retard. Le risque est que son film soit juste une accumulation de références qu'il vient à peine de digérer...

votre commentaire