Films

Pour Steven Soderbergh, l’avenir du cinéma passe par l’iPhone

Par Christophe Foltzer
29 janvier 2018
MAJ : 23 octobre 2018
4 commentaires
default_large

Si l’industrie cinématographique connait de grands bouleversements ces derniers temps, surtout dans nos habitudes de consommation, c’est bien la preuve qu’elle est en pleine mutation. Avec les nouvelles technologies, elle doit en effet s’adapter au monde de demain pour rester au top.

Et c’est vrai qu’il ne se passe pas une semaine sans que, sur les réseaux sociaux, untel se plaigne de l’hégémonie de Netflix ou qu’un autre déplore la mort annoncée des salles de cinéma. Si la façon dont on consomme les films est en train de se transformer, en parallèle de nos évolutions technologiques, il est quelque peu alarmiste de croire que nous vivons à ce point la fin d’une époque alors qu’il vaudrait peut-être mieux parler de transition.

Les gros films sortiront toujours en salles et les plateformes de streaming sont une chance inespérée pour beaucoup d’oeuvres un peu plus marginales de voir le jour. Mais ce n’est qu’un avis personnel évidemment.

 

Steven SoderberghSteven Soderbergh

 

Et puis, il y a Steven Soderbergh. Lui qui n’arrête pas d’annoncer la fin de sa carrière et qui nous livre à chaque fois des oeuvres marquantes, en tant que réalisateur ou producteur (genre Logan Lucky et Godless pour ne citer que les plus récentes), Soderbergh, donc, a décidé d’amener son grain de sel au débat puisqu’il vient d’expliquer au micro d’Indiewire que, selon lui, l’avenir du cinéma, c’est l’iPhone :

« Je pense que c’est le futur. Quiconque va voir un film sans connaitre les détails de la production, ne se rendra même pas compte que ça a été tourné avec un téléphone. Les gens oublient qu’il s’agit de vidéo en 4K. J’ai vu le résultat sur un écran de 12 mètres, ça passait crème. Pour moi, cela va tout changer. »

 

Steven SoderberghLa caméra, bientôt une relique du passé ?

 

Soderbergh fait évidemment référence à son dernier film, Unsane, intégralement tourné à l’iPhone, dont les premières images viennent d’être rendues publiques. Et, histoire qu’il n’y ait aucun malentendu, il précise sa pensée : 

« J’avais une bonne raison de ne pas y avoir pensé plus tôt… Il existe, pour beaucoup de personnes, une barrière psychologique quant aux capacités de la lentille de l’objectif. Je n’ai pas ce problème. C’est même d’ailleurs l’une des expériences les plus libératrices de toute ma carrière et je vais continuer dans ce sens. Ce que cela m’a apporté est tellement significatif que, pour moi, c’est le début d’un nouveau chapitre. »

Si l’on en croit le réalisateur, nous serions donc au début d’une nouvelle ère. Et, effectivement, quand on y pense, tourner des films à l’iPhone pourrait tout changer. Les coûts de production chuteraient considérablement et de plus en plus de jeunes réalisateurs pourraient monter leurs projets. Au final, ce serait bénéfique à tout le monde. 

 

Photo Claire FoyUnsane, tourné à l’iPhone

Rédacteurs :
Tout savoir sur Steven Soderbergh
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Yann

Le grand public n’y verra pas beaucoup de différence, mais un iphone est à une caméra RED, ce que le Super8 était au 35mm à l’époque de la péloche. C’est une autre façon de filmer et de raconter une histoire, mais de là à tourner tous les films avec un capteur si petit, je n’y crois pas.

corleone

Moi aussi je joue souvent à ce petit jeu surtout avec mon iphone X dont la définition est tout à fait bluffante et je tourne d’ailleurs certains de mes catalogues immobiliers en visite virtuelle avec mes téléphones tranquillou!!

Szalem

Claude Lelouch l’a bien compris lui!

ComprendsPas

Lelouch ? C’est qui ? Ah oui, le naze qui filmait tout sourire avec son téléphone le cercueil de Johnny Hallyday pendant que tout le monde se recueillait…