La chanteuse Björk avoue avoir été agressée sexuellement par un "réalisateur danois"

Christophe Foltzer | 16 octobre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Christophe Foltzer | 16 octobre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

On ne l'a pas vu venir et aujourd'hui, on ne parle plus que de cela. Et si les témoignages abondent contre Harvey Weinstein, nous aurions tort de croire qu'il s'agit du seul homme à avoir abusé de son pouvoir sur des comédiennes.

Oui, il est plus que temps qu'Hollywood regarde ses zones d'ombre et fasse un petit nettoyage interne et, ce qui se passe depuis trois semaines, tendrait à prouver que c'est en bonne voie. Alors que nous sommes encore sous le choc du nombre de révélations concernant le producteur Harvey Weinstein, on ne peut pas dire qu'au fond nous en soyons surpris. Quand on parle de secret de polichinelle, on devrait trouver son portrait à côté de la définition tant l'homme est connu pour son comportement violent et tyrannique, tout autant que ses frasques depuis près de 30 ans. Mais le pouvoir, l'argent et la loi du silence l'ont protégé jusqu'à aujourd'hui, jusqu'au moment où il était suffisamment en position de faiblesse pour que l'on puisse l'atteindre.

 

Photo Björk

 

Et ce n'est que justice quelque part, qu'il récolte le fruit de son comportement douteux, on ne détruit pas des personnes et des carrières impunéments. Mais, comme on pouvait s'en douter, l'histoire risque de ne pas en rester là puisque maintenant que la parole est libérée, les témoignages concernant d'autres personnalités sont attendues ces prochains jours. Et c'est la chanteuse islandaise Björk qui remet de l'huile sur le feu en postant un message sur son compte Facebook où elle incrimine un "réalisateur danois" pour son harcèlement sexuel sur l'un de ses films :

"Je suis inspirée par ces femmes qui racontent leurs histoires sur Internet pour faire part de la mienne concernant un réalisateur danois. Parce que je viens d'un pays qui est l'un des endroits les plus proches d'une vraie égalité entre les hommes et les femmes et qu'en même temps je viens du monde de la musique où j'occupais une position de force, avec une indépendance durement acquise, il m'est apparu clair lorsque j'ai commencé ma carrière d'actrice que l'humiliation et le harcèlement sexuel dont j'ai été victime était la norme pour le réalisateur et pour l'équipe qui l'a encouragé et rendu possible.

 

Photo Lars von Trier, Björk

 

J'ai pris conscience que c'est un fait universellement établi qu'un réalisateur puisse toucher et harceler ses comédiennes et que l'institution le permet. Lorsque j'ai repoussé le réalisateur plusieurs fois, il boudait, m'insultait et a créé pour son équipe une impression nette que j'étais une source de problèmes.

Grâce à ma force, à mon équipe et au fait que je n'avais aucun désir de poursuivre ma carrière d'actrice, j'ai pu m'en sortir et récupérer dans les années qui ont suivies. Je m'inquiète que d'autres femmes qui ont travaillé avec lui n'aient pu le faire, je pense qu'il était pleinement conscient de son petit jeu et je suis persuadée que le film qu'il a fait après était basé sur notre expérience. Parce que j'étais la première à me dresser contre lui et à ne pas le laisser s'en sortir aussi facilement. Et, à mon sens, il a eu des rapports plus justes avec ses comédiennes après notre confrontation, donc il reste de l'espoir."

Des accusations terribles évidemment, mais qui se gardent bien de citer le réalisateur en question. Même si un coup d'oeil à la filmo de Björk fera comprendre instantanément au lecteur muni d'un peu de bon sens de qui il s'agit. Les révélations continuent et c'est tant mieux. Car, même s'il s'agit de cinéma et de faire rêver des millions de personnes, cela ne doit jamais être fait au détriment d'un individu. Donc, bravo mesdames, ne vous arrêtez surtout pas.

 

Photo Björk

Tout savoir sur Dancer in the Dark

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Deckard
14/11/2017 à 09:15

"Je m'inquiète que d'autres femmes qui ont travaillé", et non "travaillées". On n'accorde pas avec le verbe avoir. Et puis "ayant travaillé" serait mieux passé que "qui ont" (moins lourd).

Rorov94
16/10/2017 à 21:13

Pas de nom car ce prédateur fait parti de ces réalisateurs idiots en europa.
Il danse dans les ténèbres à l'hôpital et ses fantômes cassent des vagues à Dogville.
Cet antéchrist prenait les femmes pour des nymphomaniacs.
Hélas,pas de preuves,pas d'éléments du crime.
Plaisirs cruels pour lui,mélencholia pour ses victimes...

Wes
16/10/2017 à 15:02

@Euh

Charlize Theron s'est exprimée pour dire qu'elle n'a jamais eu de problème avec Weinstein, mais n'est absolument pas surprise. Et qu'il ne faut pas blâmer les victimes - puisque visiblement ça, c'est encore normal et logique pour beaucoup

Euh!
16/10/2017 à 15:00

Pour revenir au sujet de l'article j'en reviens tjrs pas de l'ampleur que prend cette histoire et comme le dit Rose McGowan, le silence de certaines grdes actrices est vraiment assourdissant car nul doute qu'elles n'y ont pas échappé...
Ou sont passées Julia Roberts, Sygourney Weaver, Nicole Kidman, Charlise Tearon, Jennifer Lawrence, Uma Turman, Natalie Portman, Scarlett Johansson, Sandra Bullock, Kim Basinger, Sharon Stone, Glen Close, et j'en passe... toutes ces grandes actrices qui ont façonné ces 30dernieres années le cinéma et qui pour certaines sont de ferventes défenseuses d'égalité des droits des femmes dans le cinéma. (oui J-Law)
Et la je parle que du cinéma américain mais qd est il du cinéma francais, comme notamment Madame Deneuve qu'on voit dans cet article qui a toujours prit la défense de son grand amis Polanski...

Euh!
16/10/2017 à 14:22

@The Riddler t'es qu'une merde.

Kilzeus
16/10/2017 à 12:50

@ The Riddler

Comme si Bjork, qui cultive le mystère et la discrétion et quia vendu un paquet d'albums au cours de carrière avait besoin de se livrer en pâture pour des "dommages et intérêts "...

Purée ce qu'on entends !

Decker
16/10/2017 à 12:06

Beurk, et c'est surement que le début d'une longue, très longue série....

The Riddler
16/10/2017 à 12:03

Ben la faut avoir faim. Je comprends que cette nouvelle mode accouplée à l appât du gain cré des vocations. C est humain. Moi aussi je voudrais ma part du gâteau en dommages et intérêts. Mais la faut rester crédible 2 minutes.

votre commentaire