Lars von Trier et son producteur se disent "victimes" de Björk

Sophie Sthul | 17 octobre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Sophie Sthul | 17 octobre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Il y a quelques heures, la chanteuse Björk accusait à mots couverts Lars Von Trier de l’avoir harcelée sexuellement. Ce dernier n’a pas tardé à répondre.

Quand elle a témoigné avoir souffert des avances répétées puis de l’attitude hostile d’un metteur en scène avec lequel elle avait collaboré à l’occasion d’un tournage particulièrement éprouvant, il n’a pas fallu longtemps aux Internautes pour comprendre – sa filmographie étant peu fournie – qu’elle désignait Lars von Trier. En effet, le tournage de Dancer in the Dark est demeuré célèbre pour les conflits qui y auraient éclaté entre la chanteuse et le metteur en scène.

 

lars-von-trier-fuck

Lars von Trier à Cannes

 

Le sujet étant extrêmement épineux depuis que le scandale Harvey Weinstein a provoqué des deux côtés de l’Atlantique une prise de parole collective des victimes d’agressions sexuelles, le metteur en scène s’est exprimé via son associé Peter Albaek Jensen, producteur au sein de leur société Zentropa, qui a témoigné dans les colonnes du Jylannds Posten.

« D’après mon souvenir, nous étions les victimes, cette femme était plus forte que Lars von Trier, et moi, et notre compagnie réunis. »

Pas sûr que se déclarer victime de Björk joue en la faveur de Lars von Trier ou de son producteur.

 

Photo BjörkDancer in the Dark

 

Tout savoir sur Dancer in the Dark

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Lesleeanna
19/10/2017 à 15:53

à R90 Je suis entièrement d'accord avec toi pour Brad Pitt, personne n'en parle et c'est dégueulasse. Pour Asia, j'ai lu cette interview et je la trouve assez légère sur ces explications mais je ne la décrédibilise absolument pas. Avoir été légère et signé cette pétition ne fait pas d'elle une menteuse, ça c'est clair. Je constatais juste que Hollywood et le monde du cinéma est un petit village où beaucoup ont fait une standing ovation aux Oscars pour Polanski, à Catherine Deneuve qui défendait le même Polanski ou à Ronan Farrow qui a fait tomber Weinstein et n'a guère été soutenu contre Woody Allen. Il y a plusieurs articles sur ce sujet : http://www.slate.fr/story/152513/promotion-canape-gentillette-incontournable-hollywood
Mais tu as tout-à-fait raison, Asia Argento est une victime et rien ne changera si l'ensemble du monde du cinéma voire du monde tout court ne change...

R90
19/10/2017 à 14:08

@@lesleeanna

PS : comme si on pouvait savoir pour les autres, ou se mettre dans la tête d'une victime pour décider ce qui est normal ou bizarre, et ainsi ne pas parler du sujet majeur ici

Mais bon, si certains veulent bloquer sur les "fautes" présumées des victimes présumées, pour se poser en juges de ce que devrait être une victime convenable selon ses critères (elle ne portait pas les bons vêtements, ne fréquentait pas les bonnes personnes, a parlé trop tard, a trop parlé sur tel sujet, n'aurait pas dû aller là... soit tout ce qui rejette une faute ou responsabilité du côté de la victime), grand bien vous en fasse.

R90
19/10/2017 à 14:04

@lesleeanna

Et je répète :
- je trouve ça effrayant qu'on ait tant de gens qui prennent la peine d'analyser les victimes présumées pour décrypter ce qu'elles ont fait de bien/pas bien, histoire de les insulter ou au minimum les décrédibiliser... alors que je ne vois personne revenir sur Colin Firth ou Brad Pitt qui savaient mais n'ont rien fait par exemple, ou s'en prendre plus violemment au système qui a couvert ces horreurs quasi institutionnalisées
- je t'invite à lire l'interview d'Asia Argento que j'ai partagé, où elle parle de cette pétition, et est la première à regretter d'avoir signé sans avoir pris la peine de se pencher sur l'affaire, pour suivre le mouvement de ses collègues

Lesleeanna
19/10/2017 à 14:03

à R90 PS : comme si Asia avait découvert l'affaire Polanski après avoir signé la pétition...

lesleeanna
19/10/2017 à 13:58

à R90 : je respecte sa douleur et je comprends parfaitement sa crainte de parler, mais de là à couvrir un autre prédateur, dont deux autres femmes se disent victimes, je reste perplexe. Pas perplexe au sens je ne crois pas Asia Argento, perplexe au sens je ne comprends pas...

R90
18/10/2017 à 15:54

@Lesleeanna

Une question : pourquoi ignorer les paramètres douleur, culpabilité et honte des victimes de telles agressions, pour les juger avec si peu d'empathie sur les critères de "elle n'a pas parlé plus tôt donc c'est louche" ? Sachant que la réaction-jugement sur ces femmes qui parlent depuis peu, explique sans doute la peur de parler pour d'autres, vu ce que certains leur répondent. Cercle vicieux.

Asia Argento elle-même répond à cette question qu'on lui balance constamment
http://www.lastampa.it/2017/10/15/esteri/lastampa-in-english/asia-argento-hes-an-ogre-he-destroyed-me-the-most-upsetting-thing-attacks-coming-from-other-women-rXV367XofHDvTxXIlRuszI/amphtml/pagina.amp.html

Sa réponse : Argento explique sa signature - "Polanski… there's no question he did wrong. But he got screwed by the judge. That's what the petition was about." "I am not proud of having signed it, especially after what I learned about the case, which I ignored at the time. I am doing a mea culpa."
Et j'ai envie de dire que je vois pas en quoi son avis sur cette question devrait être mise en rapport direct avec ses accusations.

Lesleeanna
18/10/2017 à 15:44

Une question : pourquoi ça n'est pas sorti plus tôt ? Une réponse : Asia Argento qui accuse Weinstein de viol a signé la pétition pour que Polanski préside les Césars...

IP
17/10/2017 à 20:52

@yellow

Personne ne dit que c'est le moyen ou lieu ultime. Mais c'est un outil démocratisé pour parler, communiquer, et écouter et entendre l'Autre. C'est un moyen d'aller au-delà de sa honte, de sa peur, de son isolement. De se sentir inclus dans un groupe, dans un "mouvement", ce qui est parfois très compliqué dans la vie.

Il n'y a qu'à voir les nombreux exemples de victimes qui parlent et partagent, et lèvent ainsi le secret et la peur, après avoir vu les autres le faire. Pour ceux qui ont une existence où la parole dans ce domaine est compliquée, impossible, mal vue (et encore une fois, quand on voit les réactions à toute cette histoire, on peut comprendre pourquoi), c'est une opportunité précieuse. D'autant que je répète, c'est aussi le moyen de passer au-delà du cadre légal de la prescription ou absence de preuve concrète. Si une femme violée ou agressée n'a plus/pas la possibilité d'aller voir la police, elle peut trouver une force et une forme de justice, rien que pour sa propre santé mentale, dans ce partage et cette caisse de résonance, qui amène sûrement de l'entraide.

C'est surtout un premier pas pour beaucoup. Des poursuites judiciaires sont actuellement en cours contre Weinstein par ex, preuve que Twitter n'est pas une fin en soit.

yellow submarine
17/10/2017 à 20:45

@Euh! : le respect envers autrui n'est pas votre fort.

@IP: analyse pertinente mais on ne m’enlèvera pas de l'esprit que Twitter n'est pas le lieu pour régler ce problème

Rico
17/10/2017 à 19:20

Cet emballement revendicatif est triste. Même s'il ne faut pas banaliser le harcèlement subi par les femmes, je déplore ce "balancetonporc" et le trouve même inquiétant. Dans une escalade où les frontières entre dénonciation et guerre des sexes cumulent leurs excès. A quand un "balancetasalope.com" ou un "balancetavénale" qui devrait mettre en avant d'autres comportements, pas forcément plus glorieux, et ne faisant pas du tout avancer la cause. Sinon de rentrer dans une méfiance générale et un appauvrissement des relations (heureusement) complexes entre les femmes et les hommes.

Plus
votre commentaire