Shutter Island : Preview du Scorsese-DiCaprio

Damien Virgitti | 25 janvier 2010
Damien Virgitti | 25 janvier 2010

 

Bienvenue à Shutter Island.
Bienvenue sur ce morceau d’île, perdue au milieu des eaux et battue par l’écume.
Entrez dans l’asile pénitentiaire d'Ashecliffe tenu par le mystérieux Dr Cawley et venez voir comment ses pensionnaires sont traités pour les libérer de la folie. Mais attention à ne pas trop vous égarer près des bâtiments interdits où l’on peut entendre encore des cris étouffés par la nuit.
Suivez les traces de l’inspecteur Teddy Daniel qui essaie de résoudre une mystérieuse disparition et laissez vous entrainer dans les tréfonds de Shutter Island, aux confins de la peur, et de la folie…
Bienvenue à Shutter Island.

Voilà comment l’on pourrait résumer Shutter Island, dernier film de Martin Scorsese et nouvelle collaboration avec son acteur fétiche nouvelle génération, Leonardo DiCaprio.
Shutter Island, c’est plus qu’un polar, plus qu'une version horrifique des Dix petits nègres, c’est un voyage, une expérience sensitive qui vous fait perdre tous vos repères, pour vous plonger dans un endroit qui ressemble de plus en plus à l’enfer…
 

Une expérience que l’on peut d’abord vivre le long des pages du roman de Dennis Lehane, sorti en 2003. Denis Lehane, l’auteur en passe de devenir le nouveau James Ellroy d’Hollywood après les deux premières adaptations de Mystic River et Gone baby gone, et celle d'Un pays à l'aube en projet pour Sam Raimi,  s’éloigne des bas fonds de Boston qu’il affectionne tant pour s’essayer au thriller psychologique.

Deux Marshal, Teddy Daniels et Chuck Aule arrivent sur l’île de Shutter Island pour enquêter sur la disparition d’une patiente, Rachel Solando. Elle ne laisse derrière elle que cet étrange message, une énigme chiffrée :

La loi des 4

Je suis 47
Ils étaient 80
+vous êtes 3

Nous sommes 4 mais
Qui est 67 ?

Une énigme résumée simplement dans le film par "Qu'est devenu le patient 67 ?" à en croire la première affiche teaser du film. Teddy mène son enquête dans l’établissement et découvre rapidement qu’il recèle bien des secrets. Des secrets qu’il va bien avoir le temps d’élucider puisqu’il se retrouve très vite coincé sur l’île, bloqué par une violente tempête qui l’empêche de revenir à la terre ferme. Au plus profond de la nuit, autour de ce bâtiment battu par les flots et la pluie, Teddy et son compagnon Chuck vont s’enfoncer dans les couloirs les plus sombres de l’établissement, au milieu même de ses patients les plus atteints pour découvrir la vérité… sans y laisser la raison…


Le polar aux allures de film noir renforcé par le contexte des années 50 prend alors des allures de film d’horreur le long de l’écriture de Dennis Lehane qui dépeint l’île comme une véritable allégorie de l’enfer romain avec ses différents niveaux. L’enquête fait d’ailleurs de plus en plus écho à un sombre passé de Teddy Daniels et bientôt, les recoins les plus sombres du bâtiment se mêlent à des visions hallucinées de notre héros qui a de plus en plus de mal à garder la tête froide. C’est ce savant mélange de ce lieu qui se transforme en monstre, mêlé aux propres peurs du héros qui font du livre un véritable voyage au bout de l’enfer.

L’affiche du film reprend d’ailleurs ces deux ingrédients : l’île de Shutter Island, véritable troisième personnage du film, et Teddy Daniels, incarné par DiCaprio, qui porte à bout de bras l’histoire du livre, et qui essaie de faire la lumière avec cette maigre allumette à travers ce monde de ténèbres…


Au cinéma, toute la richesse de l'écriture de Lehane est reprise par Laeta Kalogridis, pourtant responsable du pensum-péplum Alexandre et de deux séries rapidement annulées, Bionic Woman et Les anges de la nuit. Le seul défaut de construction apparent du film pour l'instant, mais on laisse le soin à Scorsese de transcender cette adaptation puisqu'il a de quoi renouer avec sa veine des films noirs tout en abordant une toute nouvelle esthétique : celle de la folie et des visions fantasmatiques. On peut d’ailleurs remarquer un grand usage des images de synthèse dans les bandes-annonces, preuve que Shutter Island est un lieu très visuel et qui a besoin de beaucoup jouer sur les décors et les lumières. Des images picturales et horribles qui ont déjà fait sensation au Butt-Numb-a-thon, le Festival parrainé par le site Ain't it cool news, où le critique Harry Knowles s'écrie  que "l'imagerie de rêves surréalistes est l'une des plus belles et inspirées que l'on a pu voir dans toute l'oeuvre de Scorsese".


Leonardo DiCaprio a donc fort à faire avec ce rôle d’un homme pris au piège dans cet univers malade et bientôt atteint dans sa propre tragédie qui vient bousculer sa propre fragilité et quelque part nos sentiments les plus humains, même si ce rôle devrait le rapprocher de sa performance d’icône déchue dans Aviator. Pour le seconder dans cette tâche, son mentor et ami « Marty » a su l’entourer à la fois d’acteurs reconnus sans être encore confirmés pour les second rôles, et d’acteurs prestigieux, tous réunis sur l’île.

 

Mark Ruffalo joue Chuck Aule, le deuxième Marshal qui accompagne Teddy Daniels pour l’aider à soutenir toute sa conscience humaine. La patiente évadée sera interprétée par Emily Mortimer, en contre emploi, puisque normalement habituée à des rôles plus calmes. C’est l’éternelle adolescente de Dawson, Michelle Williams qui jouera la défunte femme de Teddy pour lui apporter toute son innocence et sa pureté lors de scènes de flashbacks. Le reste de l’établissement est tenu par des ténors comme Ben Kingsley en directeur manipulateur de l’hôpital. Martin Scorsese a expliqué s’être appliqué sur chaque costume du film pour renforcer la personnalité des personnages. C’est pourquoi on pourra voir Ben Kingsley fumer la pipe, comme pour bien montrer qu’il est souvent caché derrière un nuage opaque de fumée. Max Von Sydow interprètera un des psychiatres qui veille à ce que Teddy ne va pas trop loin dans l’établissement.

L’un des patients les plus atteints et défigurés sera interprété par Jackie Earl Haley, le Rorschach de Watchmen, comme pour mieux répéter sa fameuse phrase du film « Ce n’est pas moi qui suis enfermé avec vous, c’est vous qui êtes enfermé avec moi ».


Initialement prévu en novembre 2009, le film a été décalé en février, effet de la crise oblige sur le portefeuille de la Paramount, mais pour mieux consacrer 2010 comme l’année DiCaprio puisqu’on pourra le revoir dans quelques mois dans le thriller métaphysique Inception de Christopher Nolan. C’est en effet sur lui que repose avant tout Shutter Island. De sa performance naîtra ou pas une expérience toute aussi immersive que le livre. Réponse dans une poignée de jours désormais... 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire