Transformers : la genèse

La Rédaction | 12 juillet 2007
La Rédaction | 12 juillet 2007

Avant de devenir les héros du nouveau blockbuster de Michael Bay, les Transformers furent d'abord de simples jouets, lancés en 1984 aux États-Unis et au Japon. À l'origine étaient les Diaclone, petits robots transformables en objets de la vie courante ; les firmes Hasbro et Takara s'en inspirèrent ensuite pour créer les Transformers, robots transformables en véhicules. Le succès aidant, de nombreuses gammes furent créés, donnant à ces jouets assez fascinants une véritable aura de culte. Aujourd'hui encore, de nombreux fans de tous âges consacrent des sites Internet entiers au recensement de leur collection, se réunissant à l'occasion pour des conventions de spécialistes, à la manière des fans de Star Wars ou Star Trek.

 

Surfant sur le triomphe des jouets, les studios Marvel Productions et Sunbow Productions s'emparèrent de l'idée pour produire une série télévisée sur ce thème, constituée de 98 épisodes de 25 minutes. Découpée en quatre saisons inégales en nombre d'épisodes comme en qualité, la série Transformers a pour héros des robots extra-terrestres provenant d'une planète nommée Cybertron, qui ont développé la faculté de modifier leur apparence pour devenir des machines passant inaperçues dans l'univers où elles se trouvent. De cette base, les auteurs ont développé une classique lutte du Bien (les Autobots, robots d'entretien) contre le Mal (les Decepticons, robots militaires) autour du contrôle de Cybertron. Diffusée entre 1984 et 1987, la série séduit un large public, des télespectateurs d'émissions jeunesse jusqu'aux nerds les plus passionnés.

 

 

 

En une centaine d'épisodes, les auteurs de la série Transformers sont parvenus à développer une véritable mythologie autour de ces robots extraordinaires. La véritable histoire des Transformers a en fait débuté 9 millions d'années avant notre ère avec l'apparition des Quintessons, êtres mi-organiques mi-mécaniques, qui créèrent un ordinateur supérieurement intelligent leur permettant de donner une âme à chaque humanoïde naissant. La scission entre Autobots et Decepticons donnera lieu à une suite de guerres sans merci, faites de trahisons, de coups de Trafalgar, et de fuites d'huile.

5 petits millions d'années plus tard, alors que Cybertron est menacée par l'épuisement des réserves d'énergie, le grand chef des Autobots découvre l'existence de la planète Terre et ses réserves insondables. Après un crash sur Terre et une nouvelle guerre entre robots, certaines technologies cybertroniennes sont réduites à néant, empêchant dorénavant la naissance de nouveaux Transformers. Le Transformer est subitement devenu une espèce rare, en voie de disparition. À la suite d'une panne de l'ordinateur principal, les Transformers sont hors-service pendant près de 5 millions d'années, jusqu'en 1984 où l'éruption d'un volcan provoque la réinitialisation de cet ordinateur, et la renaissance des machines.

 

 

La suite est de plus en plus apocalyptique : il se passe davantage de choses entre 1984 et 2007 que pendant les 9 millions d'années qui précèdent. Les Autobots font copain-copain avec les humains, et collaborent pour empêcher les Decepticons de mettre l'univers en pièces. Entre la Terre et Cybertron, les guerres et les catastrophes se multiplient. Nous sommes alors au milieu de la saison 3, et c'est le moment où les producteurs décident de tenter leur chance sur grand écran. Transformers : the movie sort en 1986 mais, son intrigue nécessitant une bonne connaissance des 60 épisodes déjà diffusés, le dessin animé sort dans l'indifférence quasi générale. Les 38 épisodes qui suivent ne donneront pas envie aux créateurs de la série de retenter leur chance au cinéma. En tout cas, à la fin, les Autobots gagnent et la paix triomphe.

 

 

Parallèlement à la série télévisée, une série de comics est lancée par Hasbro et Takara, jamais à court d'idées. Les premières bandes dessinées, conçues par Jim Shooter et Dennis O'Neil, sont publiées par Marvel eu moment même du lancement des dessins animés. De ce comic originel naîtront diverses séries dérivées (Transformers Energon, Transformers Armada...) qui connaîtront à leur tour un succès certain.

 

C'est de tout ce matériau que se sont inspirés Michael Bay et ses scénaristes Alex Kurtzman et Roberto Orci (déjà auteurs de The island) pour monter le film Transformers. On peut d'ailleurs procéder à une comparaison entre les Transformers des années 80 et leurs versions 2007. Évidemment plus stylisés et moins monolithiques, les robots du film sont évidemment plus impressionnnants et plus classieux que leurs illustres modèles.

 

Les Autobots

 

- Optimus Prime (camion Peterbilt), chef des Autobots, le plus puissant de tous. 

 

 

- Bumblebee (Chevrolet Camaro jaune), son fidèle allié, spécialisé dans les rôles de messager et d'espion.

 

 

- Ironhide (Truck GMC noir), le vétéran des Autobots, garde du corps d'Optimus Prime.

 

- Autobot-Jazz (Pontiac Solstice grise), conseiller d'Optimus Prime, passionné de la culture terrienne. Pour troubler ses ennemis, il projette des sons et des éclairages dignes d'un concert, d'où son nom.

 

 

 

Les Décepticons

 

- Mégatron (bombardier furtif B-2), leader des Décepticons, le pendant négatif d'Optimus Prime.

 

- Starscream (F-22 Raptor), avion de chasse capable de voler à trois fois la vitesse du son, accessoirement rival de Mégatron. 

 

 

- Blackout (Hélicoptère MH53 Pave-Low), capable de se dissimuler sous les traits d'un hélicoptère de l'armée.

 

 

 

- Scorponok (scorpion géant), robot possédant des pinces géantes lui permettant de briser n'importe quel rocher ou de se terrer pour s'y faufiler afin de surprendre ses ennemis.

 

 

-Frenzy (lecteur de CD), petit robot espion à la solde des robots espions, qui embarquera à bord d'Air force one.

 

 


- Barricade (Ford Mustang police), le flic de la bande.

 

 

 

Réalisé en partenariat avec Hasbro, Transformers est le fruit d'une collaboration entre Michael Bay et Steven Spielberg, chacun ayant injecté son identité propre au film : le film de science-fiction hi-tech et apocalyptique dont rêvait le premier étant contrebalancé par la vision humaniste et enfantine du second. Producteur exécutif du film, Spielberg aura à coup sûr pesé de tout son poids pour que Transformers ne soit pas un simple déferlement d'effets spéciaux.

 

 

 Sources : Tout sur les Transformers.

 

Charles-François Pion & Thomas Messias 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire