Silent Running : quand le génie derrière 2001 jouait les écolos spatiaux

Simon Riaux | 16 décembre 2020
Simon Riaux | 16 décembre 2020

Alors que l’écologie occupe un espace croissant dans le débat public, il est temps de (re)découvrir ce film visionnaire, réalisé par un des grands artisans de l’ombre de la science-fiction. En effet, Silent Running, imaginé et réalisé par Douglas Trumbull, demeure un récit à l’influence profonde sur le genre, ainsi qu’une éclatante performance technique. 

Dans le futur, la faune et la flore ont disparu de la surface de la Terre, ravagée par l’humanité. Le botaniste Freeman Lowell travaille à bord du transporteur spatial Valley Forge et veille sur les derniers échantillons de vie préservée de la désolation en surface. Quand les autorités lui signalent la fin de sa mission et la destruction prochaine des serres dont il a la garde, il se rebelle.

 

affiche USVers l'infini et au-delà !

 

GET READY TO TRUMBULL ! 

Quand on évoque 2001 : l'odyssée de l'espace, Star trek, Rencontres du troisième type, Blade Runner ou encore The Tree of Life, on pense immédiatement à Stanley Kubrick, Robert WiseSteven SpielbergRidley Scott et Terrence Malick. Pourtant, il est un artisan qui relie tous ces longs-métrages, un artiste devenu réalisateur, et dont l’œuvre a bouleversé en profondeur les techniques de prise de vue, les effets spéciaux et bien d’autres choses encore. Tout commence en 1968, quand un certain Stanley Kubrick remarque les travaux révolutionnaires de Douglas Trumbull en collaboration avec la NASA. 

Ni une ni deux, il l’embauche pour concevoir les effets visuels de 2001 l’odyssée de l’espace. Deux ans de travail acharné, qui aboutiront à un chef-d’œuvre, lequel bouleverse durablement la représentation du vide intersidéral au cinéma. Au final, le technicien élaborera diverses méthodes particulièrement innovantes, qui vont constituer le socle de ses travaux futurs.  

 

photo, Bruce DernAvoir la main verte (ou pas)

 

Inventeur du Showscan (système dopant luminosité et profondeur de champ, il fut principalement utilisé dans les parcs d’attractions), il fut aussi l’un des expérimentateurs et parrain du HFR. Si le bide de Gemini Man n’a pas accéléré l’adoption de cette technologie, ses travaux demeurent une source d’inspiration et de transformation pour l’ensemble de l’industrie hollywoodienne. Le créateur et inventeur a notamment reçu un Oscar d'honneur en 2012, célébrant l'ensemble de sa carrière et les nombreuses trouvailles que lui doit un secteur d'activité qui demeure, en première instance, une illusion, un effet spécial.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Sebien!
06/01/2021 à 17:40

Je viens de regarder Silent Hill après avoir lu cet article. J'ai beaucoup aimé ! Même si la mise en scène a vieilli, le fond reste d'actualité ce qui en fait un film fort. La patte émotionnelle avec les petits robots m'a touchée également.
Et sur les conseils de Souleater84 en commentaires, j'ai aussi regardé Demon Seed, Soleil Vert, THX que je n'avais jamais vu. J'ai même fini avec Brainstrom de Douglas Trumbull avec Christopher Walken et Natalie Wood ! Du "Black Mirror" avant l'heure, je recommande pour les amateurs.

Varluche
18/12/2020 à 22:04

Et la musique de Joan Baez, belle à pleurer.

souleater34
17/12/2020 à 19:34

Des films de SF sérieux de la fin du XXème siècle, il y en a peu et Silent Running est de ceux-là. De plus, c'est un film qui parle d'écologie (et ce bien avant Dune). Bien sûr, au niveau scénario, c'est parfois faible, mais les serres spatiales et surtout les petits droïdes sont bluffants. C'est pour moi, un film qui mérite d'être connu au même titre que Génération Protéus (Demon Seed), Mondwest , THX1138, Soleil Vert (Green Soylent) ou Capricorn One... Ces film qui innovaient dans les SFX ne comptaient pas sur les CGI et des explosions en Dolby pour épater les spectateurs. A la différence des films des années de la Guerre Froide, il y avait de la matière et plus de cet anticommunisme primaire et paranoïaque assez ridicule.

alulu
17/12/2020 à 10:01

Je ne veux pas spoiler mais le plan final est d'une tristesse.

ZO
16/12/2020 à 17:11

à l'époque Cimino qui se lance dans le métier comme scénariste..

dunadan
16/12/2020 à 16:38

J'ai vu ce film étant enfant...ce devait être en 1980 et j'avais 5 ans...j'ai fait un cauchemar cette nuit là. Je me souviens parfaitement de ces 3 robots, et de la solitude que je ressentais à l'époque en voyant le derneir robot sur place donner de l'eau aux plantes...souvenirs.
Merci Ecran large pour cet article:)

pouic pouic fan
16/12/2020 à 15:48

je l'ai vu il y a bien 10 ans, visuellement cela est tres daté, affeusement vieilli, mais çà meriterait un remake pour les jeunes generations car le theme est d'actualité oh que ouir

Aktayr
16/12/2020 à 14:24

Très bon film assez atypique en effet mais j'ai toujours eu du mal avec le personnage de Bruce Dern pour ses actes pas très jojos ^^

votre commentaire