Assassin’s Creed Valhalla : non, la saga n’est pas morte

Par Elliot Amor
11 novembre 2020
MAJ : 21 mai 2024
8 commentaires

Assassin’s Creed Valhalla est enfin sorti, l’occasion pour nous de se replonger dans une des plus célèbres sagas d’Ubisoft.

Image

Voilà des années que les fans de la série Vikings attendaient un jeu Assassin's Creed qui se déroule à leur période historique préférée. Assassin's Creed Valhalla est enfin disponible sur PC, PS4, Xbox One, PS5 et Xbox Series (et sur Stadia). Mais au-delà de l'enthousiasme qu'il peut provoquer, le jeu va-t-il redorer le blason de la franchise, comme Assassin's Creed: Origins et Odyssey semblent vaguement l'avoir fait ? La marque Assassin's Creed, c'est quatorze jeux sur PC et consoles de salon, trois jeux sur consoles portables, cinq jeux mobiles, des dizaines de romans et bandes dessinées qui complètent l'univers, un film raté et des séries Netflix qui n'existent pas encore. Lorsque l'équipe du studio Ubisoft Montréal a proposé à la direction un spin-off de la saga Prince of Persia nommé « Prince of Persia: Assassins », ces braves gens étaient loin de se douter de l'ampleur que leur jeu Assassin's Creed allait avoir lors de sa sortie en 2007.   Plongeons ensemble dans la nostalgie.   Requiescat in pace (2007-2011) Le meilleur de la période : Assassin's Creed: Brotherhood Le moins brillant de la période : Assassin's Creed premier du nom Dans les années 2000, les jeux d'infiltration les plus populaires se résumaient à Metal Gear, Hitman, Splinter Cell et Tenchu (la licence oubliée). C'est alors que l'équipe franco-canadienne d'Ubisoft arrive avec Assassin's Creed. Mais qu'est-ce que ce jeu a comme truc en plus ? Plein de choses, notamment un univers qui revisite l'Histoire, la possibilité de se cacher dans la foule et une verticalité presque totale, du jamais vu dans un jeu en monde ouvert. Nous sommes en 1191, lors de la troisième croisade en Terre sainte. Au milieu de cet événement historique, une guerre secrète a lieu entre l'Ordre des Templiers et la Confrérie des Assassins. Le protagoniste Altaïr Ibn La'Ahad a de nombreuses cibles à éliminer dans les villes de Damas, Acre, Jérusalem et Masyaf. Mais en fait non, tout ceci n'était qu'une simulation ! La vraie histoire se déroule en 2012, le vrai protagoniste se nomme Desmond Miles, il a été enlevé par la société Abstergo Industries (une métaphore des GAFAM), créée par l'Ordre des Templiers. Chaque jeu Assassin's Creed suivra cette même règle : le joueur incarne un personnage dans une simulation appelée l'Animus. Cette prouesse scientifique permet d'analyser la mémoire génétique d'un sujet et ainsi avoir accès aux souvenirs de ses ancêtres. Abstergo est à la recherche d'un artefact très ancien, la Pomme d'Eden. Les chercheurs d'Abstergo savent que le grand Altaïr a été en possession de cet artefact, et comme ce dernier est un ancêtre de Desmond, l'Animus trouvera les bons indices. Heureusement que la Confrérie parvient à délivrer le pauvre bougre.   Desmond et sa clique d'assassins modernes dans Assassin's Creed: Brotherhood.   En 2009, soit deux ans après la sortie du premier jeu, la saga nous emmène à Florence, Venise, Forlì et en Toscane en pleine Renaissance italienne avec Assassin's Creed I...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Rédacteurs :
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Ozymandias

J’ai perso un peu décroché des Assassin’s Creed, ce sont des jeux beaucoup trop longs pour moi et je m’en lasse au bout de 30h. Mais ils ont pleins de qualité !

Ozymandias

*Qualités

#diez

Précision, ils sont inutilement long. Autant Origins arrive à justifier sa durée. Autant Odyssée et Valhalla s’éparpillent en intrigues, sous intrigues, quêtes, sous quêtes, …

Ubi a renouvelé la saga avec origins et depuis on a eu le droit à deux skin. Pareil pour Watch dogs, The division, …

Athor

Le meilleur de la sage c’est origins pas la peine de troll il y a même pas débat.

Odissey même si visuellement magnifique aussi a malheureusement complètement détruit le gameplay. J’avais joué 5 fois la version hack de origins full dlc … et j’ai acheté odissey ….avec gamepass, je l’ai delete avant même la sortie du premier dlc . Je rejoue encore origins à l’occasion.c’est pour dire.

Une accumulation de grosses boulette comme la supression des outils poisoning et berserk en stealth mode, un perso overpower même en mode cauchemar c’est 14 juillet a toute les combos sans parler des quêtes comme l’a bien dit #diez qui sont devenues du remplissage meaningless pour la grande majorité.

Bref pas prêt de payer pour valahala.

MIju

J’ai joué quasi tous les AC, et même les épisodes les moins bons avaient des points positifs. Avec Origins, on nous en mettait plein la vue. C’était splendide ! Ils ont remis le couvert avec un Odyssée juste incroyable au niveau du design. Et là, avec Valhalla, on est clairement dans la même veine. J’ai joué que la Norvège pour l’instant (8h au moins, j’aime bien voyagé dans la map). Les paysages sont magnifiques, les effets de lumière sont bien gérés. Alors oui, Odyssée était très long (j’y ai joué plus de 400 heures sans me lasser), mais c’est un vrai plaisir de voir des mondes si immersifs. En tout cas, moi qui suis prof d’HG, ça me plaît vraiment de découvrir en jeux vidéos des peuples et époques que j’aime.