The Nice Guys : critique à la cool

Simon Riaux | 22 août 2017 - MAJ : 05/08/2020 20:06
Simon Riaux | 22 août 2017 - MAJ : 05/08/2020 20:06

Devenu réalisateur avec Kiss Kiss, Bang Bang, injustement décrié après Iron Man 3Shane Black (scénariste de L'Arme fatale, Au revoir à jamais ou encore Last Action Hero) est de retour, avec un projet qu’il a muri de longue date.

OLD COOL

On savait le scénariste et réalisateur grand amateur de roman noir, spécialiste de Raymond Chandler et lecteur de pulp avisé. C’est peu de dire qu’il a choisi de précipiter toutes ses influences dans The Nice Guys. Si le film charrie bien sûr tout un héritage cinématographique, qu’il gère toujours avec une élégance et un sens de la mesure remarquable, c’est bien du côté de la culture populaire, dans son acceptation la plus large et trans-média que sa nouvelle création lorgne.

 

Photo Russell Crowe, Ryan GoslingRyan Gosling et Russell Crowe

 

Le résultat est donc un film de détective privé, une enquête azimutée, qui renvoie le cinéphile à une sorte d’Eden perdu du cinéma américain. « Jamais Détroit ne disparaîtra » annonce un personnage. A travers cette phrase, c’est un vœu pieu que formule le réalisateur Shane Black. Celui de ne pas laisser s’effacer un îlot fantasmé, où le cinéma offrait à ses spectateurs des intrigues folles, des personnages délirants, des divertissements respectueux et sévèrement burnés.

Et c’est exactement ce que s’avère The Nice Guys. Une investigation écrite avec une volonté évidente de pousser le public à la jubilation, où s’imbriquent dialogues à tiroirs, gags hystériques (on passe dans un même plan d’une punchline, à un retournement burlesque, à une interaction entre premier et second plan issue de Buster Keaton), dont l’intensité ne faiblit jamais.

 

Photo Ryan Gosling, Angourie RiceRyan Gosling, toujours parfait quand il fait l'idiot

 

DUO DE CHOC

Un sur-régime comique et référentiel qui fournit à Russell Crowe et Ryan Gosling un terrain de jeu phénoménal, le premier s’éclatant à nuancer son personnage d’ogre sympathique mais torturé, doué pour donner la mort mais ne l’aimant pas, tandis que le second rappelle qu’il est un formidable trublion comique, avant d’être un beau gosse poseur. Fort d’un statut de tête à claque parfaitement assumé, il porte certaines séquences sur ses seules épaules, et créé régulièrement un ping-pong extrêmement touchant avec sa fille, seul personnage adulte du récit.

Enfin, comment en tant que cinéphile, ne pas s’émouvoir de l’amour avec lequel Shane Black appréhende le médium cinéma. Ici, il est littéralement le moteur de l’histoire, révélateur de l’intrigue et source de ses avancées. Quand ce n’est pas une image en mouvement qui livre la clef d’une enquête, c’est un secret d’état qui se voit dissimulé dans un film porno. Autre manière de ressusciter une époque et des mœurs où les héro(ïne)s tiraient, criaient, baisaient et fumaient, formant un ouragan que The Nice Guys nous enjoint de retrouver.

 

affiche

 

Résumé

Plus cool, tu meurs. Deux fois.

Autre avis Geoffrey Crété
Shane Black en pleine possession de son art dans ce buddy movie irrésistible et cruel, qui déborde de malice et d'intelligence dans sa mise en scène et son écriture. Et Ryan Gosling a rarement été aussi génial.

Lecteurs

(5.0)

Votre note ?

commentaires

Soralex
03/11/2019 à 23:03

Ouch, on s'est dit avec mon coloc' "Ryan Gosling, valeure sûre avec sa filmo"...au bout d'une heure on s'est dit "Hé on est qu'à la moitié..xD..what?!!........ on arrête ?!"
L'ambiance rétro ne prend pas et pire, mis à part 2-3 vannes, on reste stoïque à tout le reste. J'ai compris genre au bout de 20min seulement que c'était une comédie..
Ah et la vf est degueu'

Andarioch
27/09/2018 à 14:32

Il ne m'a pas fallu plus de 2 secondes (le temps de reconnaître les premières notes de basse de "papa was a rolling stone") pour faire un gros sourire réjouit qui ne m'a pas quitté de tout le métrage. Gosling? Bluffant! C'est bien la première fois que je n'ai pas envie de lui coller une paire de claque pour le réveiller. J'ignore si c'est du au contraste avec son personnage habituel mais ses pitreries m'ont fait mourir de rire. Crowe est comme d'hab parfait. Sa rencontre avec Kim Basinger est troublante, il l'a joue comme dans LA confidential, à croire que c'est fait exprès.
La palme revient cependant à la gamine, Angourie Rice, qui contient les adultes et par là même recentre l'intrigue avec une énergie étonnante. Les punchlines claquent comme autant de pétards pour le nouvel an chinois, l'action ne se contente pas d'être efficace, elle sert le propos et l'humour. Le scénario nous ramène à des temps où l'on savait raconter d'autres histoires que des sauvetages du monde dans le cinéma meanstream.
Bref, que du bonheur.

Le rol’
23/08/2018 à 20:20

Chef d’oeuvre d’ecriture, de real avec un cast parfait.
Un chef d’oeuvre dc.

gregdevil666
23/08/2018 à 05:45

Film pantouflard, sympa mais sans plus.

Babar77
23/08/2018 à 00:45

Vraiment surestimé comme film. un peu comme Kiss Kiss Bang Bang.
La coolitude rétro 70's ne suffit pas à faire un bon film.
Le film a aussi trop de longueurs à mon gout.

Hank Hulé
23/08/2018 à 00:25

Top : le seul film où Gosling a l air vivant. Et marrant.

warriors
22/08/2018 à 21:42

génial !!

Davidi
13/01/2017 à 13:56

Le duo rappelle celui de Pierre Richard et Depardieu et la gamine est excellente. Il nous faut absolument une suite (avec un meilleur scénario) , ce serait un gachis monstrueux de perdre ces personnages.

maxleresistant
18/05/2016 à 13:58

J'ai pris un très grand plaisir à regardé ce film. Petit regret sur le dernier acte avec la résolution de l'intrigue un peu trop compliqué et pas si intéressante que ça.

Ambiance électrique
héros parfaits ( Ryan gosling tiens un de ses meilleurs roles.)
blagues hilarantes
Très bien réalisé et avec une esthétique irréprochable.

Du bon Shane Black comme on l'aime.

sess
17/05/2016 à 21:20

Mauvais. Pas drôle. Passez loin d'un kiss kiss bang bang

Plus

votre commentaire