Films

Vue sur mer : critique poissonneuse

Par Simon Riaux
9 décembre 2015
MAJ : 22 août 2023
11 commentaires

Après un Pays du Sang et du Miel maladroit mais courageux et un Invincible bien trop scolaire, on ne savait trop quoi penser de la carrière d’Angelina Jolie réalisatrice. Avec Vue sur Mer, l’artiste prend une direction claire et s’affirme comme une des plus éclatantes artisanes du nanar mariné au Pastis. Critique d’un cas d’école.

photo

POETIQUE DE LA BOUILLABAISSE

« Ça sent le poisson », susurre le personnage d’Angelina Jolie dès l’ouverture de son film. Une réplique qui pourrait être anodine, mais qui fonctionne en fait comme une prophétie, son dernier effort de réalisatrice étant effectivement saturé de poiscailles faisandées. Si elle impressionne toujours dans le rôle du mérou neurasthénique, elle offre à Brad Pitt une belle partition d’étoile de mer cataleptique, sans oublier la partie française de son casting.

Comment ne pas écarquiller les yeux devant Niels Arestrup, formidable en silure ensablé, ou face au jeu tout en neurasthénie d’un Richard Bohringer à peine dessalé ? Les comédiens ne sont pas aidés par un scénario qui nous rappelle avec gravité que même quand on est riches et beaux, la vie c’est dur, mais heureusement la prétention cosmique de l’ensemble et la bêtise transcendantale qui préside à la mise en scène font du tout un improbable gloubi-boulga comique.

 

 

 

UNE FEMME SOUS INFLUENCE

Car si on comprend bien que Jolie a voulu filmer un hommage au cinéma de Nichols (Qui a peur de Virginia Wolfe) mâtiné d’un peu de Cassavetes, elle semble n’y rien comprendre. A l’image de son décor, sorte de Côte d’Azur échappée d’une pub Pernod-Ricard des années 80, tout le métrage se perd dans des intentions datées, jamais véritablement digérées par la réalisatrice, auxquelles manquent une cohérence, une direction, bref, un souffle.

 

 

 

Dès lors, Vue sur Mer se mue en supplice aux relents de caprice absurde. Angelina fait la moue, Brad est méchant, Angelina fait la moue, Brad boit, les mouettes chantent, Mélanie Laurent glousse, Angelina Jolie fait la moue. Voilà pour l’essentiel de l’intrigue, qui évoque plus une thérapie de couple pour milliardaires en mal de bal musette qu’une plongée glamour et introspective dans le délitement d’un couple vivant par et pour le cinéma.

 

 

 

Rédacteurs :
Résumé

Vertigineux de bêtise et d'absurdité, Vue sur mer est un caprice factice au goût rance de pastis tiède.

Tout savoir sur Vue sur mer
Abonnez-vous à notre youtube
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
11 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Grift

On comprends bien en lisant la critique que le film se fait dezinguer…
Mais c’est bien tout ce qu’on comprends…

scorp

comme d’hab chez ecranlarge, quoi….

Fork

oué kom d’hab on compren pa

Loupouloup

« oué kom d’hab on compren pa » : blague intentionnelle j’espère !

8ox

Merci Ecran Large de nous faire économiser nos précieux euros 🙂