Rock Forever : Critique

Melissa Blanco | 11 juillet 2012
Melissa Blanco | 11 juillet 2012

Adapté d'un musical à succès de Broadway, Rock forever nous plonge dans les années 1980, sur les traces de Sherrie et Drew, deux wannabes bien décidés à percer sur la scène musicale. Des étoiles plein les yeux, les voilà alors serveurs au Bourbon Room, véritable temple de la musique rock, là où pour eux tout pourrait bien commencer... Après son réjouissant remake du Hairspray de John Waters, Adam Shankman remet le couvert. Fini les années 60 et ses costumes bariolés, place au bruit, à la fureur et aux excès en tout genre du rock. Le pur, le vrai. Du moins, en apparence. Car si Rock forever enchaine bien les reprises de Foreigner, Journey, Poison ou autres Joan Jett, difficile ici de ressentir la moindre frénésie.

 



C'est qu'il manque franchement de folie dans cette énième transposition scénique, souffrant du syndrome dit de Glee. Les chansons ne sont plus au service d'une histoire mais l'inverse. Comme si on se contentait désormais de greffer une intrigue sur des reprises. Si Rock forever semble jouer la carte de la nostalgie, le film s'adresse néanmoins à un public adolescent, habitué aux mash-up de la série de Ryan Murphy. Usant dès lors de l'imagerie du clip façon années 1980 comme pour le détourner. « Hey les jeunes, regardez comme on était ridicules à cette époque » semble hurler la costumière ! Et le long-métrage alors de se concentrer sur la romance de Sherrie et Drew, aussi insipide qu'insignifiante. Aux détracteurs de Robert Pattinson, découvrez Diego Boneta, échappé des plaisirs coupables télévisuels que sont Pretty Little Liars et 90210.

 


Reste les véritables têtes d'affiche, reléguées au second plan. Pendant que les jeunes premiers minaudent, les autres s'en donnent à cœur joie dans un festival de second degré, à commencer par Alec Baldwin et Russel Brand. Et que dire de Tom Cruise en Stacy Jaxx, la star sur le déclin ? L'acteur semble ainsi opérer l'ultime étape de son retour dans un grand numéro à sa propre gloire. Rien de vraiment plaisant en somme dans ce Rock forever, brouillon, très long, mal filmé, mal monté, préférant la parodie à l'hommage. On en viendrait presque à regretter Zac Efron...

 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.3)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire