The Amazing Spider-Man : critique qui tisse pas bien loin

Laurent Pécha | 17 novembre 2018 - MAJ : 09/12/2019 12:14
Laurent Pécha | 17 novembre 2018 - MAJ : 09/12/2019 12:14

Spider-Man est de retour. Sans Sam Raimi, ni Tobey Maguire, mais surtout sans tambour ni trompette, malgré l'adjonction du réalisateur de 500 jours ensemble Marc Webb.

L'ORIGINE SANS ORIGINALITÉ

On le redoutait mais le cas d'école que représente The Amazing Spider-Man, soit rebooter une franchise à peine 10 ans plus tard, accouche d'un non-événement. Sam Raimi peut dormir tranquille tant son Spider-man n'a ici rien à craindre de ce The Amazing Spider-Man. Mis en chantier pour des raisons des plus mercantiles (un nouveau projet devait voir le jour sous peine de perdre l'usage de la licence), le film joue donc la carte de la facilité : refaire une "amazing" origin story.

 

Photo Andrew GarfieldVous me reconnaissez ?

 

Malheureusement, cette version 2012 ne fait jamais honneur à son titre et la seule chose d' « amazing », c'est son incroyable capacité à survoler les thèmes inhérents à l'homme araignée sans jamais les traiter plus de quelques minutes, voire secondes (la responsabilité qui vient avec des superpouvoirs comme seul exemple). Autre élément frustrant, la fameuse "histoire jamais adaptée" qui servit pendant longtemps d'élément de promotion pour le projet. Traitée au début lorsque Peter Parker est encore un enfant, puis abracadabra je t'embrouille pour ne quasiment plus en parler jusqu'à une séquence post générique fumeuse qui nous invite à attendre la suite The Amazing Spider-Man : Le Destin d'un héros pour en savoir plus.

 

 

Photo Andrew Garfield, Emma StoneTu crois qu'on sera dans la suite ?

 

THE BORING CINE-MAN

Au lieu de ça, on se retrouve avec un décalque à variables du Sam Raimi : un méchant vert en remplace un autre (le lézard qu'on croirait presque numériquement inspiré d'un croisement entre un koopa de Super Mario Bros et un des héros de Monstres contre Aliens), une amoureuse une autre, sans oublier des passages obligés qui ne plaident jamais en faveur du petit nouveau (la mort de l'oncle Ben, la découverte des pouvoirs, l'attaque du pont,...). Seul motif de satisfaction, la Gwen Stacy d' Emma Stone est très solide, et on se laisse fondre sans trop tergiverser.

Techniquement irréprochable, The Amazing Spider-Man enfile les séquences sans jamais trouver ni même chercher à installer une vraie thématique. Si le film se montre plutôt convaincant du côté de l'histoire d'amour grâce à l'alchimie entre Andrew Garfield et Emma Stone, il ne propose guère d'implication émotionnelle lorsque Spider-man prend le relai. Tentant sans trop y croire la carte de l'humour, le récit n'arrive jamais à donner une dimension tragique aux aventures de notre héros. Il enchaîne les prouesses technologiques en faisant virevolter Spidey aux quatre coins de New York mais tout ceci ressemble bien trop souvent à un jeu vidéo dont on nous aurait confisqué la manette.

 

 

Affiche officielle

 

Résumé

Totalement en adéquation avec une époque où les blockbusters ressemblent de moins en moins à des œuvres qui ouvrent des barrières vers un inconnu cinématographique attisant l'excitation - soit la totale définition du Spider-Man de Raimi - The Amazing Spider-man ne réussit absolument pas à imposer une quelconque relecture marquante comme avait su le faire, en 2005, son autre concurrent direct dans le cœur des fans de comics, un certain Batman.

commentaires

Joey
18/11/2019 à 11:08

Bien sûr ma préférée reste la trilogie de Sam Raimi. Mais les deux Amazing m'ont paru bien meilleurs que ces infamies avec Tom Holland. Avis perso

shion
18/11/2019 à 06:59

The Amazing Spider-Man la meilleur adaptation ciné au dessus de tous avec un superbe acteur

Gregdevil
17/11/2019 à 22:48

Le film a pour lui un des meilleurs cameo du grand Stan Lee.
Le reste est divertissant mais sans plus.
Le fond sera touché avec la purge qu'est le deuxième opus.

TofVW
17/11/2019 à 22:25

Ce n'est pas compliqué: Spider-Man, ce sont 3 films (dont 2 chefs d'œuvre), réalisés par Sam Raimi.
Ensuite, il y a le reboot, qui est malgré tout justifié pour introduire le personnage, joué dorénavant par Tom Holland, dans le MCU.
Entre les deux? Il n'y a rien.

votre commentaire