Prince of Persia : les sables du temps - critique poussiéreuse

Flavien Bellevue | 21 janvier 2019 - MAJ : 06/02/2020 14:42
Flavien Bellevue | 21 janvier 2019 - MAJ : 06/02/2020 14:42

Après avoir adapté une de ses attractions, Disney s'attaque aux jeux vidéo en adaptant le succès d'Ubisoft, Prince of Persia, les sables du temps. Avec Jake Gyllenhaal musclé dans le rôle titre, Gemma Arterton en princesse et Ben Kingsley. Pour chapeauter le tout, le studio a pensé bien faire avec la présence de Jerry Bruckheimer, responsable de la saga des Pirates des Caraïbes et autres séries TV à succès. Certes l'homme est une valeur sûre de la production mais il en est tout autrement pour celui qui se retrouve derrière la caméra, Mike Newell.

Y'A COMME UN GRAIN DE SABLE

Le réalisateur est plus connu pour la comédie Quatre mariages et un enterrement que pour le moins fameux Harry Potter et la Coupe de Feu. Malgré cela et la mauvaise réputation des adaptations de jeux vidéo à l'écran, tout ce monde se lance à l'aventure quitte à s'enliser dans les sables mouvants du temps.

 

photoDis-moi, t'es sûr que t'es Perse toi ?

 

La bande-annonce avait de quoi aguicher avec un prince athlète sautillant de partout, une jolie princesse qu'il n'arrive pas à séduire, une dague qui peut remonter le temps et des combats d'armées rappelant le grand Hollywood. Seulement, les premières minutes démontrent bien que l'aventure palpitante prévue n'est pas au rendez-vous. Le ton est sérieux et quelques zestes de comédie font irruption mais ce sont des bambins innocents qui pourront rire de ces situations souvent navrantes pour les adultes.

Les acteurs principaux sont pour la plupart concernés par leurs personnages mais l'alchimie ne prend pas ; la faute revient en grande partie à des dialogues ultra basiques. Contrairement à la saga du pirate Jack Sparrow, la mise en scène manque d'envergure, d'un côté épique qui captiverait plus le spectateur adulte.

 

photoNon, défintivement, aucun de vous deux ne vient du Moyen-Orient, retirez vos perruques

 

ARRÊTE DE RAMER, T'ES SUR DU SBALE

Et le jeu vidéo dans tout ça ? Les scènes d'action et la découverte des sables du temps y font référence (un plan rappelle même le point d'observation des Assassin's Creed) mais le tout est si vite expédié à l'écran qu'on reste sur une grande faim. Le film a beau multiplier les rebondissements, rien n'y fait à l'image d'une direction artistique indigne d'une tel standard de production (Jerry a du piquer dans la caisse au lieu de mettre l'argent à l'écran).

Essentiellement réservés aux plus jeunes qu'il faut bien traîner parfois au cinéma, Prince of Persia, les sables du temps possède un drôle d'atout néanmoins pour les plus vieux d'entre nous : l'envie de retater de la manette de jeu et voir si les exploits du prince ne sont pas nettement plus haletants sur sa console. Fin du bref suspense : on vous répond par l'affirmatif !

 

Affiche

 

 

Résumé

Un blockbuster très fade, loin d'être aussi palpitant que le jeu vidéo dont il est adapté.

commentaires

saiyuk
22/01/2020 à 12:17

Le film en lui-même bof, mais il y a Gemma Arterton et la je dit milles fois oui

TofVW
21/01/2020 à 22:32

Je suis un trèèèès grand fan de la quadrilogie des Sables du Temps (oui oui, il y a eu 4 jeux), et j'ai plutôt apprécié ce film.
Il faut dire que je l'ai regardé en sachant pertinemment que tout l'univers du jeu vidéo ne serait pas respecté. Et pourtant, malgré le fait que le Prince est loin d'être aussi isolé que dans les jeux (le nombre de personnages secondaires est effarant), ce qui donne une ambiance bien éloignée de son pendant vidéo-ludique, le contrat est plutôt bien rempli: la dague est là, la Princesse aussi (même si elle s'appelle Tamina au lieu de Farah), les cabrioles également (se payant en plus le luxe de ne pas être trop surréalistes), et les clins d’œils sont relativement subtils...
Bref, s'il s'agit d'une adaptation très, très libre du jeu, il n'y a toutefois pas de quoi bondir de son fauteuil. Et si l'on ne connait pas le jeu, nous avons quand même affaire à un bon film d'aventure comme il y en a trop peu. Pas forcément inoubliable, mais très correct, on passe un bon moment, et c'est tout ce qu'on demande.

Ghislain
21/01/2020 à 20:58

Trop dur votre critique. Vous auriez pu pousser à 3 étoiles. Sinon "bear of persia" ça aurait envoyé non?

votre commentaire