Le Livre d'Eli : Critique

Jean-Frédéric Chaleyat | 18 janvier 2010
Jean-Frédéric Chaleyat | 18 janvier 2010

Après 10 ans d'absence, ça fait un peu mal aux reins que les surdoués Hughes reviennent sur le devant de la scène avec ce qui n'est au final qu'une série B. Mais attention, c'est une p***** de série B, un monde post-apo où Denzel Washington manie le sabre avec l'agilité d'un Wesley Snipes, quelque chose d'improbable entre le Cyborg avec Van Damme (vérifier votre VHSthèque, vous l'avez) et La Route avec Viggo Mortensen. 

De longues routes désertes, recouvertes de poussière, et bordées de bâtisses décrépies. Si les armes automatiques n'étaient pas là, on pourrait se croire dans un Western, mais quand le Western parlait d'une nouvelle frontière et d'un nouveau monde, Le Livre d'Eli conte plus simplement la fin des temps.

 

 

Eli (Denzel Washington) marche vers l'Ouest avec un ouvrage gros comme la Bible sous son bras. D'ailleurs, c'est la Bible, la der des ders. Et en ces temps de chaos c'est un Graal très prisé, particulièrement par Gary Oldman (en mode cabotin), despote d'un bled où ne règnent que prostitution, punks sanguinaires, et rationnement, qui est certain de pouvoir accroître sa domination de façon exponentielle avec la Bible comme mode d'emploi. Comme d'autres l'ont fait avant lui. Le hic, c'est qu'Eli, il ne partage pas son livre de chevet, il est près à tuer pour lui. Et quand il s'agit d'occire, il sait y faire. A la main, à la hache, au sabre, au revolver. Les balles semblent même l'éviter comme s'il avait un dessein singulier.

 

 

Le côté grenouille de bénitier est un peu lourdingue, certains y trouveront peut-être une portée mystique, mais qu'on ne s'y trompe pas, les frères Hughes, et les images magnifiquement iconiques de Don Burgess (le chef op de Robert Zemeckis, et de la Vengeance aveugle de Philip Noyce) nous offrent un Ken, le Survivant "live" où les méchants mordent la poussière avant de boire leur sang, et où les filles, qui devraient être édentées et poilues, sont toutes à l'image de Mila Kunis. Un film VHS approved !

Spoiler Alert : Un spoiler caché dans cette critique vous aiguille sur le twist du film (oui, y'a un twist), celui ou celle qui débusque le pot aux roses gagne une journée ALL ACCESS au sein de la rédaction d'Ecran Large. Péremption : 19/01 !

 

 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.5)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire