Les Beaux gosses : critique aux hormones

Laurent Pécha | 28 juin 2017 - MAJ : 02/07/2018 13:42
Laurent Pécha | 28 juin 2017 - MAJ : 02/07/2018 13:42

Les excellents teasers (séance de rattrapage ici) le laissaient espérer, le film le confirme dans toutes ses largeurs et sa générosité : Les Beaux gosses est une comédie monumentalement drôle. Enfin, la France nous offre ce quel 'Amérique propose depuis des décennies : un film « teenager » hilarant, concentré de gags en rafales où tout le monde aura le loisir de se rappeler à quel point l'adolescent peut être un joyeux âge ingrat, mais si stimulant en souvenirs inaltérables et "réjouissants".

LE LOL EST REEL

Sorte de remède au côté aseptisé du pourtant sympathique LOL, Les Beaux gosses annonce fièrement la couleur dès son (pré)-générique avec un roulage de palot en méga gros plan : on va parler cul de manière frontale. Pour cela, Riad Sattouf utilise une méthode éprouvée par les meilleurs représentants de la comédie US actuelle (Judd ApatowWill Ferrell, Seth Rogen...) : rire de tout mais surtout avec ses « héros ».

L'empathie pour Hervé, extraordinaire Vincent Lacoste (sorte de version encore brut de Shia LaBeouf), et sa bande, le réalisateur la construit en quelques plans et situations loufoques... et c'est alors parti pour une avalanche de situations scabreuses et délicates pour nos infortunés collégiens prêts à tout pour arriver à « emballer et serrer une meuf ».

 

Conseil : mettez des lunettes de protection

PHERHORMONES

Jamais à court d'idées pour nous plonger dans un univers adolescent plus vrai que nature (à l'image de la chaussette), Sattouf n'hésite pas à aller chasser les rires francs du côté des adultes en dressant un portrait haut en couleurs des parents et professeurs qui entourent ses élèves. Un festival de guests au top de leur forme, à l'image d'une étouffante Noémie Lvovsky en mère ultraprotectrice d'Hervé ou encore une ultra sulfureuse Valeria Golino aka mamanchaudasse.com en fantasme absolu du net.

En jouant des clichés avec une rare intelligence et un goût pour la provocation constamment contrôlé (le film n'est jamais vulgaire), Les Beaux gosses et son formidable casting juvénile vous laissent sortir de la salle avec un franc et durable sourire.

 

Résumé

Avec la fierté de se dire qu'enfin en France, il se passe quelque chose dans la comédie estampillée jeunes, faites un triomphe mérité à nos Beaux Gosses

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire