Critique : King Guillaume

Vincent Julé | 26 janvier 2009
Vincent Julé | 26 janvier 2009

Avec son premier film, l'ancien Robin des bois Pierre-François Martin-Laval proposait juste de l'essayer, lui, la tête dans les étoiles pendant que les autres ont les pieds sur terre, et son univers aussi innocent que coloré. Pour sa deuxième réalisation, le Petit Prince se prend déjà pour un roi et renverse la donne. En effet, s'il est malgré lui King Guillaume, Pef est aussi pour le coup celui qui traîne ses basques sur terre et à chaque plan. L'acteur-réalisateur s'est donné le rôle du brave type, juste normal pour ne pas dire banal, et a laissé aux autres la tâche d'amener folie et rire à son quotidien... et à son film. Un rôle qui échoue surtout à Florence Foesti, qui est la même que sur scène et qui fera donc rire ou pas.

 

Pour le reste, Pef voudrait avec son petit royaume et ses bras cassés d'habitants en rappeler au bon souvenir des Monty Python, et il va même jusqu'à faire appel à Terry Jones pour ouvrir et clore son film. Las, ses personnages n'existent jamais qu'à travers un trait de caractère, ou pire, une blague répétée non pas une, deux mais trois fois. Qu'il s'amuse avec un petit train ou une grande épée, Pef le fait sans originalité ni passion, mais avec paresse. Heureusement, sa naïveté et sa sincérité restent intactes le temps de quelques scènes, et on est alors prêt à le réessayer.

Résumé

Lecteurs

(0.5)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire