Critique : Being W. - Dans la peau de George Bush

Ilan Ferry | 8 octobre 2008
Ilan Ferry | 8 octobre 2008

Pour leur nouveau film, le duo Karl Zéro /Michel Royer a décidé de se payer la tête de Bush. Une étape quasi logique quand on sait que nos deux zigotos avaient pris notre ancien président pour cible dans leur premier outrage cinématographique. Seulement voilà : quiconque est un peu familier de la méthode Zéro sait qu'il n'apprendra rien de nouveau sur Bush, pour peu qu'il ait assisté (comme le ¾ de la planète)  à ses multiples dérapages verbaux. Non, Being W. n'est pas un documentaire à proprement parler mais plus une satire politique dont le procédé narratif (ayant déjà fait ses preuves dans le bien nommé Dans la peau de Jacques Chirac) prend ici plus que jamais des allures de poilade destinée à pointer la bêtise quasi congénitale de son protagoniste.

Si la forme se révèle amusante, grâce notamment à une voix off bluffante de crédibilité et des images d'archives toujours bien trouvées, elle ne tient malheureusement pas la route sur la longueur et ne sert qu'à mettre en exergue un fond trop limité. En ne cessant d'enfoncer des portes ouvertes sur la bêtise de Bush (le premier ¼ d'heure du film servant de bêtisier à lui tout seul), le 11 septembre et surtout son incapacité à penser par lui-même, Being W. manque à plusieurs reprises de tomber dans son propre piège. Si l'ensemble fait parfois mouche c'est avant tout d'un point de vue burlesque et non politique, Royer et Zéro préférant nous faire rire que réfléchir.

Formellement moins démago que n'importe quel Michael Moore, Being W. n'est en réalité qu'un long sketch du Vrai Journal destiné à rendre l'attente du W. d'Oliver Stone encore plus palpitante.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire