Critique : The Marine

Julien Foussereau | 8 mai 2007
Julien Foussereau | 8 mai 2007

Entre un Alain Resnais période L'Année dernière à Marienbad et un ascétique Jean-Marie Straub, un cinéphage aguerri se doit de ménager ses neurones. Quoi de plus normal alors qu'un bon décrassage du cortex cérébral avec du cinéma guerrier, peu avare en coups de tatane divers et variés ou autres borborygmes primitifs ? Et, au sein d'une rédaction biberonnée à Commando, dont le rédacteur en chef voue un culte quasi stalinien à Rambo II, il va sans dire que l'on fondait de grands espoirs dans The Marine. Car, se planter devant le visage du rôle-titre (John Cena un sosie « stéroïdé » de Matt Damon bercé trop près du mur), c'est le désir d'assouvir un idéal de connerie filmique et patriotique gravement assumé.

 

On y croirait presque pendant la première moitié : enchaînement grossier d'une imagerie de Big Jim nous gratifiant d'un salut martial sur fond de bannière étoilée avec le sauvetage musclé de « p'tits gars » prêts à être exécutés par des milices irakiennes (les bâtards !), nullité de la mise en scène terriblement réjouissante, mauvais goût à tous les étages, etc. Voilà des éléments particulièrement encourageants... à condition qu'ils soient servis par un rythme frénétique. Malheureusement, The Marine s'essouffle vite dès qu'il s'agit pour lui d'aller arracher sa pouffe de Kelly Carson des griffes de braqueurs sans foi ni loi.

 

Comme s'il avait pris conscience de l'incapacité physique de Cena à ne serait ce qu'ânonner son texte et épuisé surtout son stock d'explosifs (75% du budget), John Bonito joue la montre en s'attardant trop sur le cabotinage fatigué de Robert Patrick pour mieux nous achever avec un humour de rachitique du bulbe. Annoncé comme joyeusement couillon, The Marine termine poussif et déçoit. La fonction fait l'organe dixit Darwin et, avec son front court et ses avant-bras ridiculement petits, John Cena est clairement un bœuf contrarié des Galápagos. Preuve s'il en est que The Marine est salement atrophié question castagne.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire