La Planète des singes : Critique

Laurent Pécha | 27 avril 2007
Laurent Pécha | 27 avril 2007

Se basant sur le roman homonyme de Pierre Boulle sans en reprendre toutes les extravagances pour des raisons de budget, La Planète des singes, sommet de la science-fiction des années 60,  réussit à être un formidable film d'aventures (le public visé était familial d'où l'absence quasi total de violence explicite sauf dans le quatrième épisode de la saga) tout en étant une fable philosophique et un pamphlet politique.

Cette façon de mélanger la science fiction avec les angoisses et préoccupations de l'époque est typique du cinéma américain des années 60 et 70. La saga des Planète fustige ainsi tous les débordements de ces années là. On y retrouve ainsi une critique féroce du nucléaire, la remise en question sur la nature de l'homme vu comme un être uniquement prêt à se battre et à détruire, une plaidoyer contre la guerre du Vietnam (surtout dans le deuxième épisode), une métaphore sur les révoltes qu'ont connues les prisons américaines avec comme figure emblématique, Attica (cf Conquest of the planet of the apes).

 

Photo La Planète des singes, Charlton Heston


Si les suites ont exploité le filon jusqu'à l'épuisement (pour autant, chaque film de la série a eu un succès important), aucune n'arrive au niveau du premier. Tout simplement, parce que cet opus bénéficiait d'un scénario unique (le formidable effet de surprise du à l'incroyable situation dans lequel le spectateur est plongé est par nature impossible à reproduire), de la qualité des maquillages (John Chambers remporta un oscar spécial en 1968 pour son travail sur le film, travail qu'il accomplira sur les diverses suites avec moins de réussite par la faute de budget de plus en plus restreint), de la présence d'un metteur en scène talentueux (Franklin J. Schaffner qui connaîtra la consécration deux ans plus tard avec Patton) et d'une star d'envergure (Charlton Heston sans qui le film n'aurait jamais pu voir le jour).

 

Image 145847

 

Résumé

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire