Critique : L’Île aux pirates

Par Laurent Pécha
26 avril 2007
MAJ : 25 février 2020
0 commentaire

Terrible bide (surtout aux Etats-Unis) ayant sans aucun doute marqué le début de la fin pour le studio Carolco, L’île aux pirates est pourtant un divertissement haut de gamme, un blockbuster enthousiasmant où l’action et les rebondissements ne s’arrêtent jamais, bref du Renny Harlin pur jus !

Hommage appuyé et respectueux d’un cinéma d’aventures depuis longtemps oublié (Capitaine Blood, L’aigle des mers pour ne citer que certains fleurons du genre), L’île aux pirates est une invitation au spectaculaire, à la grande aventure (comme le dit pour une fois fort justement l’accroche publicitaire) où se multiplient à un rythme effréné combats à l’épée, affrontement titanesque à coups de canon entre bateaux et poursuites acharnées notamment une mémorable à bord d’une carriole.

A l’instar de ce qu’avait su introduire avant lui Cameron avec Aliens et Terminator 2, Harlin choisit d’offrir les rênes de son blockbuster à une femme. C’est donc à une Geena Davis en forme olympique (elle effectue la quasi totalité de ses cascades et cela se ressent à l’écran en termes de réalisme et d’efficacité) que revient l’honneur de manier l’épée et de distribuer les coups à tout bout champ avec sourire et élégance.

Pas découragés par l’échec du projet, les deux tourtereaux (du moins à l’époque) remettront le couvert dans l’univers du film d’action avec le jouissif Au revoir à jamais.

Rédacteurs :
Résumé
Tout savoir sur L'île aux pirates
Rejoignez la communauté pngwing.com
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires