Critique : Le Voile des illusions

Vanessa Aubert | 6 mars 2007
Vanessa Aubert | 6 mars 2007

Le Londres des années 20. Le Docteur Walter Fane décide de quitter la confortable société bourgeoise dans laquelle il évolue pour mettre ses connaissances de bactériologiste au service de la Chine et de la vague de choléra dont elle est victime. Un départ vers l'inconnu qui lui permet également d'éloigner sa femme de son amant Charlie Townsend.

Parmi les films d'histoires d'amour au bord de l'eau, Le voile des illusions se démarque. Là, où nombre de scénaristes ont pris plaisir à filmer la mécanique de l'amour, l'instant où la flèche de Cupidon atteint sa cible, Ron Nyswaner aborde la relation amoureuse de façon tout à fait originale. Il dépeint la rencontre, le "tomber en amour", la chute mais surtout il poursuit en réinstallant la séduction au sein du petit couple bourgeois.

Pour filmer cette retombée, John Curran s'arme d'un changement de décor. Aidant à la reconstruction du couple, il offre aussi au réalisateur l'occasion d'ouvrir son champ de vision en passant de l'Angleterre urbaine et chargée à une Chine naturelle et sauvage. Une échappée belle grâce en partie aux paysages mis en valeur par le travail de la lumière et des couleurs.

Mais l'image sert le propos sans l'écraser. La transformation du docteur des villes en bactériologiste des bidonvilles se fait du coup sans sourciller. La lumière servant les panoramas est aussi magnifiquement utilisée pour filmer le corps, la peau, le caché-dévoilé de Naomi Watts et Edward Norton lors de leur scène de retrouvailles charnelles. Une scène parfaitement maîtrisée par Curran tant au niveau du rythme que du jeu des acteurs.

Certains pourront déceler, en arrière plan, une critique ébauchée de la société bienpensante. D'autres douteront de la crédibilité du couple Watts-Norton. Si les acteurs ne nous transportent pas vers l'émotion, Curran parvient du moins à étonner visuellement et à porter à l'écran une fresque ravissant les plus romantico-romanesques d'entre nous.

Résumé

Lecteurs

(2.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire