Le Village : critique dans les bois

Fabien Braule | 31 août 2004 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Fabien Braule | 31 août 2004 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Depuis Sixième Sens, son troisième long métrage, M. Night Shyamalan poursuit sa voie et ne cesse de revisiter le 7e art en lui apportant sa vision, celle d'un cinéma profondément classique et sans esbroufe visuelle. Si le succès de ce dernier film marquait l'avènement du cinéaste auprès de la critique et du public, l'accueil étonnamment plus réservé de Incassable et de Signes laissait supposer qu'avec Le Village, le cinéaste allait changer de registre et ne plus s'adonner à son traditionnel retournement final.

LE VILLAGE DES DAMNÉS

Inquiétant, et ce dès le début avec son générique inspiré des Oiseaux, le nouveau long métrage de Shyamalan a de quoi en dérouter plus d'un. Fantastique au premier abord, le film échappe très vite aux règles du genre pour nous perdre dans des sentiers déjà effleurés par le passé. Dès lors, Le Village devient une œuvre singulière et novatrice, grâce notamment à son approche intimiste et romantique. Pourtant, le postulat de départ ne laissait pas entendre un tel renouvellement dans la carrière du réalisateur.

 

Photo Joaquin Phoenix

 

Axé sur une petite communauté en autarcie, le film semblait davantage se concentrer sur les étranges phénomènes qui peuplent les bois d'alentour que sur quelque idylle. Sans s'en écarter pour autant, Shyamalan construit sa péripétie amoureuse autour du mythe, et place avant tout ses protagonistes au rang de victimes dépassées par les évènements mystiques des lieux. D'animaux dépecés et parsemés dans l'enceinte du village, en passant par d'étranges symboles peints aux portes des maisons, il éparpille les indices et affiche un goût prononcé pour les rites. Comme dans ses films précédents, le réalisateur joue avec les couleurs et leurs codifications, et terrorise de surcroît personnages et spectateurs en usant magistralement du hors champ.

 

photo, Sigourney Weaver, William Hurt

 

Ainsi, c'est dans sa capacité à nous livrer une œuvre encore plus en retenue qu'à son habitude que le cinéaste surprend. Tantôt inquiétant, tantôt bouleversant, le film échappe avec habileté aux stéréotypes postmodernes hollywoodiens, preuve une nouvelle fois que le succès n'est pas toujours une affaire de gros effets. Avec grâce et savoir-faire, Shyamalan distille au fil de son œuvre de remarquables séquences contemplatives ou naturalistes, et multiplie les gros plans (lampes à huile, chaise à bascule, forêt) dans une mise en scène déjà anti-spectaculaire. En y ajoutant de lents travellings latéraux, de somptueux ralentis au romantisme outré, et de non moins magnifiques gros plans de visages à l'impact émotionnel immédiat, Shyamalan touche du doigt le nirvana cinématographique par sa simple approche maniériste.

 

Photo Bryce Dallas Howard

 

Au-delà de tout émerveillement formel et plastique, le cinéaste nous offre par la même occasion l'une de ses meilleures directions d'acteurs. De Joaquin Phoenix à Adrien Brody, en passant par Sigourney Weaver et William Hurt, chacun apporte son lot de sincérité et de mystère. Et si Adrien Brody étonne dans son rôle d'handicapé mental, la surprise vient avant tout de la jeune et talentueuse Bryce Dallas Howard (fille de Ron), ici atteinte de cécité. À la fois pathétique et mystérieuse, douce et intrépide, son personnage de Ivy est à l'image de la partition de James Newton Howard – une pastorale minimaliste suave et feutrée, fascinante et envoûtante.

Avec un retournement final qui ne convaincra pas les plus réfractaires à Signes, M. Night Shyamalan nous offre une œuvre brillante et onirique sous la forme d'un conte initiatique (une relecture pertinente du Petit Chaperon rouge), où chaque élément de l'intrigue, chaque thématique apporte son lot de réflexions sur les États-Unis tels qu'ils peuvent être perçus au lendemain du 11 Septembre.  

 

Affiche française

Résumé

Le véritable tour de force de ce Village ne réside certainement pas dans son twist, mais dans cette formidable capacité qu'a l'auteur-réalisateur à nous transporter corps et âme vers d'autres horizons, une Americana retenue au souffle mélodramatique puissant.

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.5)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire