Jungle Cruise : critique la croisière s'amuse... ou pas

Antoine Desrues | 27 juillet 2021 - MAJ : 12/08/2021 10:45
Antoine Desrues | 27 juillet 2021 - MAJ : 12/08/2021 10:45

Bien qu'il ait été repoussé d'un an à cause de la Covid-19, on ne peut pas vraiment dire que Jungle Cruise faisait partie des blockbusters les plus attendus du moment. Après l'échec commercial d'À la poursuite de demain, on pouvait même s'étonner de voir Disney se risquer à adapter de nouveau les attractions de ses parcs. Mais la firme aux grandes oreilles, toujours à courir derrière la recette miracle de Pirates des Caraïbes, a retenté le coup avec une équation a priori imparable : une relecture d'Indiana Jones avec le très lucratif Dwayne Johnson, et avec pour twist un regard féminin et féministe porté par Emily Blunt.

Dwayne de la jungle

Dans un premier temps, on serait tenté de donner à Jungle Cruise le bénéfice du doute, quand bien même son concept est loin de briller par son originalité. Au cœur des années 30, la doctoresse Lily Houghton (Blunt) débarque en Amazonie dans l'espoir d'y trouver un arbre mythique, dont les pouvoirs de guérison pourraient bouleverser à tout jamais la médecine. Elle embarque donc avec son frère sur le vieux rafiot de Frank Wolff (Johnson), un roublard invétéré qui va forcément trouver une forme de rédemption dans cette aventure.

Le problème, c'est que derrière cette écriture réglée comme du papier à musique, les coutures sont aussi visibles et prêtes à craquer que sur une chemise moulante de The Rock. Avec son introduction étonnamment molle, Jungle Cruise assume de vouloir retrouver l'entrain et la malice de La Momie de Stephen Sommers (on y retrouve même une blague à base d'échelle similaire à celle qui révèle le personnage de Rachel Weisz).

 

photo, Dwayne Johnson, Emily BluntRythme de croisière

 

Malheureusement pour lui, ce début peu engageant n'est que le point de départ pour un festival de référents dont le film ne peut supporter le poids. Structure éminemment calquée sur celle d'Indiana Jones et de ses ersatz, humour et méchants maudits tout droit sortis de Pirates des Caraïbes, protagoniste mythomane et bourré d'insécurités comme Dwayne Johnson le joue depuis Vaiana... tout est mis en œuvre pour éviter toute prise de risques. Mais là où l'ensemble aurait pu jouir d'une certaine solidité grâce à la conscience de ses modèles, le long-métrage n'enclenche que bien trop vite un ennui poli, une formule à l'algorithme tellement visible qu'on jurerait voir les lignes de code de la matrice.

Pourtant, ce n'est pas comme si Disney avait fait appel au dernier des manchots pour mettre en boîte un tel projet. Certes, Jaume Collet-Serra est loin d'être un auteur accompli, mais il a su dépasser par son savoir-faire technique le postulat de quelques high-concepts peu excitants, d'Esther à Instinct de survie en passant par Non-Stop. Or, quand on sait que le bonhomme est actuellement en train de s'affairer à Black Adam (avec Johnson justement), ce coup d'essai dans le giron du méga-blockbuster qu'est Jungle Cruise n'est pas pour rassurer.

La mise en scène, sans jamais être complètement indigente, est d'un normativisme qui n'ose ni retrouver le sens de la contemplation et de la composition de ses modèles, ni, à l'inverse, un montage moderne et plus vif qui aurait au moins le mérite de la nouveauté. Cet entre-deux anémique en vient à plomber le long-métrage à tous niveaux, qu'il s'agisse de l'énergie inexistante de ses scènes d'action à la rythmique de ses gags, qui semblent ne jamais faire mouche.

 

photo, Emily Blunt, Dwayne JohnsonQuand tu vois ce que le scénario réserve

 

Radeau de la méduse

À vrai dire, au-delà de son statut de vague adaptation d'une attraction de Disneyland, Jungle Cruise se révèle presque fascinant dans sa manière de donner corps à la fameuse critique de Martin Scorsese à propos des films Marvel, et de leur nature plus proche des montagnes russes que du cinéma. Entre une scène prévisible dans les rapides, une confrontation avec un sous-marin et la découverte attendue d'un temple caché, le film ne fait même plus mine de chercher un liant entre ses passages obligés censés provoquer un semblant de frisson.

Dès lors, l'absence d'enjeux et de consistance narrative ne fait que précipiter le wagon sur les rails du déjà-vu. Cet aveu d'échec désolant pourrait néanmoins confirmer le succès de la stratégie de Disney ces dernières années, toujours plus à même de penser ses films comme des "rides" confortables, supprimant la spécificité du médium abordé pour mieux l'interconnecter aux autres. Mais c'est oublier que l'attraction Jungle Cruise a au moins la jugeote de ne pas durer deux heures (sauf si vous comptez la queue...).

 

Capture d'écranAttention, une idée cool !

 

Le plus triste dans cette formule, c'est qu'elle ne pouvait que faire rater le coche à cette proposition de film d'aventure revisité. Car ce que Jungle Cruise ne semble jamais comprendre, c'est que le genre investi est justement fondé sur le pas de côté, sur l'attente de l'inattendu, capable à la fois de faire rêver et de surprendre les spectateurs, parfois même au travers d'images volontairement traumatiques. Après tout, les séquences à la limite du gore de la saga Indiana Jones ont contribué à son aura, à ses jeux de textures vibrants, parfois même sales.

Alors certes, Jaume Collet-Serra a encore l'occasion de s'amuser ici et là, notamment avec ses conquistadors maudits et mutants, dont les designs hybrides un peu crados renvoient aux hommes-poissons de Pirates des Caraïbes. Mais pour le reste, Jungle Cruise ne sort jamais de ce cadre aseptisé, de ce surréel trop propre de parc d'attractions plongé dans une peinture de CGI sans âme. À ce titre, le long-métrage fait d'ailleurs peine à voir, tant ses décors et animaux numériques sont loin d'atteindre les standards de photoréalisme de l'industrie, pourtant posés par Disney avec Le Livre de la Jungle et Le Roi Lion de Jon Favreau.

 

photo, Jesse PlemonsHeureusement que Jesse Plemons est là...

 

Ainsi, dans ce néant où chaque intrigue secondaire (les dettes de Frank, la place du frère de Lily dans le scénario) ou chaque idée intéressante (la conscience du massacre des populations autochtones par les conquérants, la misogynie de la communauté scientifique à l'égard de Lily) se voit bazardée n'importe comment, il ne reste plus grand-chose si ce n'est les comédiens. Le charisme évident de Dwayne Johnson et d'Emily Blunt aide à quelque peu ranimer le film de sa léthargie, mais c'est surtout dans les rôles secondaires qu'on ressent un amusement certain.

De ce projet faisandé, Jesse Plemons (définitivement l'un des meilleurs acteurs du moment) réussit l'exploit de transcender un exercice de cabotinage pourtant casse-gueule, en incarnant un énième méchant prince allemand, ici jubilatoire de désinvolture. C'est dire le peu auquel on peut se raccrocher dans ce Jungle Cruise, dont le soufflet n'est pas retombé suite à son report d'un an, mais à cause de son retard considérable sur les cinquante ans de films d'aventure qu'il souille comme le pire des pilleurs de tombes.

 

affiche française

Résumé

Aseptisé et dépassé, Jungle Cruise n'a pour lui que ses acteurs attachants pour sauver ce radeau à la dérive. Sans jamais être totalement horrible, le film de Jaume Collet-Serra fait presque pire, en s'imposant comme un triste blockbuster sans âme, oubliable et algorithmique.

Autre avis Geoffrey Crété
Pendant une heure, la petite magie opère, grâce à un léger parfum de comédie old school, et une aventure qui démarre sur les chapeaux de roue. Puis, le Dwayne Johnson show reprend le dessus, et engloutit le film avec un tunnel de clichés laids et pompeux.
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.6)

Votre note ?

commentaires
Marc
13/08/2021 à 18:24

J'étais encore une fois seul dans une petite salle, Jungle Cruise un Disney avec l'excellente Émilie Blunt Une aventure à la Indiana John's et Pirates des Caraïbe , pas vu le temps passé plein d'action et d'humour une bonne surprise .

Tom M
07/08/2021 à 15:11

Honnêtement malgré ses quelques défauts (scénario pas toujours crédible et surtout très prévisible, effets spéciaux un peu daté) j'ai réussi à faire abstraction de tout ça grâce à son casting au top. Le duo principal formé par la so british Emily Blunt et par Dwayne Johnson, l'un des rois du box-office américain fonctionne parfaitement. Idem pour les rôles secondaires à l'instar de Jesse Plemons qui s'en sort haut la main en tant que principal antagoniste ou encore Jack Whitehall qui tombe jamais dans la caricature facile. Pour moi ce film a le mérite d'être drôle et divertissant et c'es déjà pas mal du tout.

Da Costa
06/08/2021 à 15:17

Il est bon ce Film.. On peut le noter 7/10..pour les jeux des acteurs Johnson 8 /10..Emily 8,50/10..plemons 8/10...Edgar 7/10..jack 7/10

Saga10
04/08/2021 à 22:15

J'ai l'impression que Disney applique la formule 0 risque "Marvel" à ces films d'aventure. C'est insipide, sans aucune saveur, des CGI dégueulasse à peine finis, tout est parfaitement oubliable et même pas digne d'un Benjamin Gates. C'est dire...

herve
04/08/2021 à 17:54

Normalement Dwayne fait des films divertissant et marrants.
généralement pas des chef d'oeuvre mais des films sympa.
ici non... déception totale!
Copie de indiana jones, la momie, maverick et pirate des caraibes. Avec aucun talent de ses films.
on enchaine situations insipides et grotesques dans un film ou on a même pas envie de comprendre la logique. Les fameux twist à la Maverick tombent à plat... quelle déception.

Giorno Giovanna
04/08/2021 à 05:37

C'est dingue comme ce site et moi, on ne sera jamais d'accord, c'est le meilleur film que j'ai vu depuis un bon moment, et j'en avale à la pelle, ça glorifie des étron comme titane, mais là un film léger sympa pour passer un bon moment, moi je le trouve vraiment excellent ce film, c'est drôle, bien écrit, avec un duo qui fonctionne bien et surtout un méchant à mourir de rire tellement il est con, je ne sais pas ce qu'il vous faut et par pitié arrêter les comparaisons, parce a ce niveau là comparé à Thriller, tout les albums sont nuls.

Kyle Reese
02/08/2021 à 20:13

MEA CUPLA de ma part ... la BA ne donnait pas du tout envie, la jungle paraissait si artificielle et pourtant ... j'ai pourtant un très agréable moment, sincèrement je ne m'y attendais pas du tout. Le cast est top, le duo fonctionnent vraiment bien, un des meilleurs rôle de Dwayne Johnson (de ce que j'ai vu de lui), Emily très bien dans ce rôle et évidement Jesse Plemons qui remporte tous les suffrages en méchant allemand qu'il personnifie avec un naturel et plaisir confondant. Franchement un très bon cru Disney, moi qui n’hésite pas à les critiquer très souvent voir à tirer à boulet rouge, on est loin du ratage d'un Mulan, c'est vraiment du bon boulot de Studio.
Certes ça mixe Indiana Jones, Tomb Raider et surement d'autres films mais c'est très bien fait pour une production de ce genre si on ne cherche pas autre chose que du pur divertissement. Car la mise en scène est souvent enlevé, les scènes d'actions et de combats inventives dans l’utilisation du décors et des accessoires et surtout très lisibles, il y un mixe de Jungle 3D et réelle plutôt réussi et les SFX sont top niveau même s'ils lorgnent du coté de ceux des PIrates de Caraibes en effet. Les dialogues sont bons, l'humour fait mouche très souvent avec un rythme assez soutenu. La VF (enfants oblige) est très bonne, même si j'aurai préféré le voir en VO. Je trouve que les scénaristes ont fait un sacré boulot pour sortir une telle histoire de cette attraction. Voilà, un film plutôt réservé évidement pour les enfants et tous ceux qui peuvent arriver à profiter simplement d'un divertissement haut de gamme, en restant objectifs. (ce que j'essaye de faire, je parle de mon ressenti). Je suis le premier surpris de mon appréciation ! Dans le genre, film Disney, je lui met donne un bon 3 étoiles et espère un bon succès. Si c'est le cas ce sera l'été d'Emily Blunt. Je pense le revoir un jour avec plaisir (un bon signe) et suis curieux de voir ce qu'ils vont proposer pour la suite.

Shiva
01/08/2021 à 00:03

J’attends la suite, un peu moins nerveux que la momie mais fait le job...
Ambiance sympa à creuser et manque de noirceur, mais dans l'ensemble ça m'a fait sourire :)

Blason
31/07/2021 à 12:11

Un film qui prend son inspiration dans Pirates Des Caraibes, Indiana Jones et la Momie, mais qui n'en a pas le talent ou le génie, tant tout parait trop calculé, artificiel, pour ressentir la moindre émotion à part un moment dans le film. Ce film est l'archétype du film de Studio fait pour plaire au plus grand nombre, le réalisateur James Collet Serra est au service de celui ci et ne tente absolument pas de s’approprier Jungle Cruise, mettant ses compétences au service du studio,plutôt que de crée son propre film. Reste des scènes qui effleurent le film d'horreur, et qui sont les plus intéressantes de Jungle Cruise, on retrouve un peu de la patte du réalisateur, mais c'est trop peu, surtout qu'il revient au chemin balisé par Disney, sans pouvoir faire grand chose. Le film souffre de la comparaison avec la momie dont il adopte le parcours, l’Amazonie remplaçant le désert d’Égypte, la structure de l'histoire avec un trio de personnage qui répondent à celui de la momie, mais en leur défaveur car aucun personnage n’atteins le niveau de celui du film de Stephen Sommer. Le personnage de Dwayne Johnson est peu charismatique, et fait pale figure par rapport à un Rick O Connel incarné par un Brendan Fraser plein d’énergie, et d'humour, celui incarnée par Emilie Blunt est désagréable, agaçante, au possible à l'opposé d'une Rachel Weisz pleine de naïveté et de maladresse dans la momie, mais tellement attachante, qu'on la regrette dans la momie: la tombe de l'empereur dragon. Mais ce duo, ne serait rien sans le comique de service incarné dans les deux films par le frère de l’héroïne, ici c'est raté, l'acteur n'a pas le talent d'un John Hannah qui incarnait le même rôle dans la momie et la présence d'un réalisateur du niveau d'un Stephen Sommers, on voit l'intention, mais ca ne marche pas. Le film est un échec tant il montre ce qu'il se passe quand un studio prend le controle total d'un film, et montre ce qu'aurait été la momie si le studio Universal aurait pris chaque décision, réduisant le réalisateur à un simple executant. Jungle Cruise ne vaut la peine d'etre vu qu'une seule fois, alors que la momie est un film dont on se lasse pas de revoir à chaque occasion.

Matrix R
30/07/2021 à 18:28

The Rock en mode Harrison Ford,
Pitié ! Cette B.A est une daube normal que le film soit une daube imparable

Plus
votre commentaire