Détective Conan : La Balle écarlate - critique qui a loupé son train

Déborah Lechner | 26 mai 2021 - MAJ : 26/05/2021 10:53
Déborah Lechner | 26 mai 2021 - MAJ : 26/05/2021 10:53

Détective Conan fait partie des incontournables de la culture manga depuis plus de 27 ans, mais les fans français n'avaient encore jamais pu découvrir ses enquêtes sur grand écran jusqu'à ce 26 mai 2021, ce qui fait de Détective Conan: La Balle écarlate un petit phénomène à côté duquel il serait assez dommage de passer.

CONAN-VERSE

Pour cette première en France (merci Eurozoom), il sera tout de même difficile pour les néophytes de rattraper le train en marche. Même si le visionnage des 23 précédents films n'est pas obligatoire et que l'enquête reste indépendante de l'intrigue principale développée par Gosho Aoyama, le traditionnel préambule sur le thème iconique de Katsuo Ono ne devrait malheureusement pas suffire à combler toutes les lacunes des nouveaux venus. Les longs-métrages Détective Conan se sont toujours adressés en premier lieu aux fans et ce dernier volet ne fait donc pas exception.

Partant du principe que le spectateur est un minimum familier à l'univers, le film fait défiler la plupart des personnages récurrents de l'oeuvre à un rythme soutenu, ce qui laissera sûrement sur la touche ceux qui tentent encore de retenir leurs noms. Heureusement, les différents characters design se distinguent facilement les uns des autres et permettent ainsi une caractérisation et un repérage plus instinctifs, d'autant que leur personnalité est généralement assez linéaire, à l'instar de Kogoro Mori. 

 

photoPublic cible verrouillé

 

Le scénario du vétéran Takeharu Sakurai parvient tout de même à écrémer habilement sa distribution pour se recentrer sur l'enquête, en évacuant les protagonistes inutiles à sa résolution, comme les Petits Détectives ou Sonoko, dont Conan essaie lui-même de se débarrasser. Plus qu'une nouvelle enquête à résoudre (parce qu'autant dire que celle-là est loin d'être la plus captivante), le film sert surtout à étaler une généreuse dose de fan service à son public.

Comme un gros bonus de presque deux heures, la licence prend le temps de se pencher sur la famille Akai et les relations de ses membres, avec une première apparition dans un film pour Shûkichi Haneda et un vif combat entre Masumi Sera et Mary contre Shuichi Akai. Ça ne sert pas à grand-chose pour résoudre l'affaire, mais ça reste quand même intéressant et utile à la construction de l'univers.

 

photoLe bon état d'esprit avant la séance

 

TRAME À GRANDE VITESSE

Avec Détective Conan: La Balle écarlate réalisé par Chika Nagaoka, on reste sur le même schéma que les précédentes productions et on retrouve les codes obligatoires qui constituent une zone de confort pour les fans, ainsi que tous les poncifs inhérents au matériau original. Le public a droit aux habituels longs dialogues d'expositions, aux déductions un tantinet foireuses de Conan, aux méchants qui orchestrent des plans inutilement complexes sur plusieurs années, aux gadgets surpuissants, à Ran en danger et surtout à un scénario alambiqué qui tente de garder une longueur d'avance sur un spectateur complice.

 

photoEffets de manche et courants d'air 

 

C'est poussif, grandiloquent, peu crédible (surtout quand les explications scientifiques tentent de justifier l'incongruité ambiante) et donc un brin ridicule, mais c'est aussi tout l'esprit et la légèreté de la licence et la raison pour laquelle on y retourne systématiquement sans se poser de questions.

Après 27 ans d'existence, une série de plus de 1000 épisodes et une série de manga de 98 tomes, ça fait bien longtemps que la formule s'est imposée et que le tour du sujet a été fait. Ce n'est donc pas maintenant qu'une quelconque lassitude pourrait miner les fans, qui retrouveront pour la plupart les mêmes repères réconfortants, à travers une énième histoire sous forme de poupée russe divertissante, à défaut d'être parfaitement déroulée ou originale. 

 

photoLa rétine qui déraille

 

Même si les enjeux dramatiques sont toujours inexistants, le film compense par des décors riches, des couleurs vives et une généreuse dose d'action, avec des séquences dynamisantes qui tendent encore un peu plus vers l'actioner américain et ses clichés les plus spectaculaires, quand bien même les ajouts numériques sont plus que dispensables.

En ce sens, la transition sur grand écran est assurément un énorme plus et on espère bien qu'en 2022, on pourra découvrir le 25e film annoncé à la fin du générique (fan service jusqu'au bout) dans les mêmes conditions.

 

photo

Résumé

Détective Conan : La balle écarlate rebutera probablement ceux qui connaissent vaguement la licence et ne sont pas familiers de l'univers, en particulier à cause du trop grand nombre de personnages et des sous-intrigues peu accessibles qui polluent l'enquête. Le film fonctionne quand il peut compter sur l'indulgence et la bienveillance de son public cible, qui profitera d'une nouvelle dose de fan service et d'une enquête inédite avant le retour du petit détective en 2022. 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Momo
30/05/2021 à 13:48

C'est complètement débile ("tout ca pour ca" ) mais c'est très divertissant

Random4444
29/05/2021 à 22:22

Je peux comprendre vos critiques mais c'est un film de manga
Réalisé en parallèle du manga mais non par l'auteur
TOUS les films de manga ont pour but d'être du fan service vous en parlez comme s'il était dommage que juste les fan aiment les films mais c'est le seul public visé
Ils ne vont pas faire avancer l'intrigue dans un film qui n'est pas réalisé par l'auteur
Ils ne présentent jamais les personnages dans un film de manga, et encore dans conan il y quand même un résumé de pourquoi il est petit au début.
Les films DC misent toujours tous dans les scènes d'actions grandiose.
Très heureuse d'avoir enfin pu en profiter sur grand écran

Kyria
29/05/2021 à 13:10

Personnellement. J'ai arrêté de me prendre la tête pour la trame des hommes en noir. Je me contente de profite des films, qui en générale sont de bonne facture. Après la série, j'avoue avoir perdue de fil et avoir genre 400 épisodes de retard soit environ 80 si je retire tout les hors série xD.

RobinDesBois
27/05/2021 à 12:48

@Chris11 Exactement le même point de vue. Je pense aussi qu'on aura pas de fin. De toute façon à ce stade est-ce qu'une conclusion de l'arc des MIB est-elle intéressante tant elle a été prolongée artificiellement (l'intrigue avance au compte goutte mais beaucoup trop de gouttes se sont accumulées au point que ça devienne trop fastidieux et rebutant à suivre).

Chris11
26/05/2021 à 18:28

J'ai adoré les débuts du manga et après bah... trop long, trop de meurtriers et de stratagèmes de ouf pour tuer leur cible (souvent avec une "bonne" raison), une histoire de fond qui avance au compte (mini) gouttes et dont je doute que l'auteur mettra un jour un point final vu la manne financière et médiatique qui entoure le titre. D'autant que si je comprends bien, on en est au 24e film??

Simon Riaux - Rédaction
26/05/2021 à 18:09

@KaitoKID

Exclusivement.

KaitoKID
26/05/2021 à 18:07

Vous racontez que de la merde

votre commentaire