Palm Springs : critique qui en a plein la boucle sur Amazon

Simon Riaux | 12 février 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 12 février 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Sarah est demoiselle d'honneur et lors d'un mariage qui la divertit autant qu'une amputation ratée, elle fait la rencontre du charmant Nyles. Mais tous deux se retrouvent coincés dans une boucle temporelle. Voilà pour le point de départ de Palm Springs, qui échoue finalement sur Amazon Prime Video, après des mois de hype et de pandémie.

GRAND THEFT PALM SPRINGS

Les boucles temporelles sont, depuis quelques années, victimes du syndrome de Pazuzu, également appelé régurgitation de L'Exorciste. Une pathologie qui survient quand un long-métrage trouve un concept si évidemment matriciel qu’il engendre après lui d’innombrables échos, incapables de renouveler leur canevas. Et si les boucles temporelles ne pullulent pas sur les écrans avec la même régularité que les curés psalmodiant en latin, elles n’en sont pas moins devenues, à la suite d’Un jour sans fin, leur propre sous-genre, aux codes inoxydables et aux figures imposées plus épaisses qu’un tronc de séquoia.

 

photoUne audace vestimentaire indéniable

 

Il est donc particulièrement savoureux, pour ne pas dire miraculeux, de voir cet écosystème narratif muter (un peu). Les premières fissures dans l’édifice sont apparues avec l’étonnante série Poupée russe, qui révélait sous son vernis arty New Yorkais des vertiges d’absurdie bienvenus, et c’est aujourd’hui au tour de Palm Springs de renouveler un peu ces motifs. Plutôt que de proposer à un personnage de régler sa vie au cours de la répétition ad nauseam d’une même journée, le scénario préfère étudier comment deux quidams vont s’évertuer à dévisser des rails attendus.

Si on pouvait voir dans Un Jour sans fin une transcription cinématographique du “die and repeat” (mourir et recommencer, littéralement un des premiers préceptes du jeu vidéo), Palm Springs a cela d’intéressant que son récit se décline à la manière d’un monde ouvert. Sarah et Nyles évoluent dans un univers virtuellement parfait, pourvoyeur de toutes les activités, plaisirs, distractions et vices potentiels, dont ils vont tirer chaque fil. Et cela jusqu’à créer leurs propres règles, une grammaire particulière, un “gameplay émergent”.

 

photo, Cristin Milioti, Andy SambergUne des innombrables mésaventures du duo

 

LE FOUR DE LA MARMOTTE

Par conséquent, cette appréhension décalée de ce système engendre logiquement une appréhension décalée de ses codes humoristiques. Bien aidé par la formidable aisance de Cristin Milioti et Andy Samberg pour les partitions méta ou gentiment foutraques, le film se paie le luxe d’être perpétuellement drôle, même quand il s’autorise quelques facilités ou grosses ficelles. Aussi bien mise à jour que renouvellement des habitudes, il se permet en outre d’être plusieurs fois touchant, quand il joue avec les limites de ses protagonistes, et la manière dont le non-sens affecte leur existence.

Leurs joutes verbales fonctionnent systématiquement sur plusieurs niveaux, et leur articulation avec le montage est le plus souvent une source d'éclats de rire, grâce à la belle cohésion entre la mise en scène de Max Barbakow et l'écriture d'Andy Siara. Tous deux apparaissent d'abord fonctionnels, voire trop sages, mais révèlent, sitôt le concept du métrage étalé sous nos yeux, de belles capacités d'emballement. Ils passent avec malice en surrégime et parviennent avec plus de finesse qu'attendu à subvertir les codes du genre.

 

photo, Andy SambergBel hommage à Sauvez Willy

 

Dès lors, on regrettera seulement que dans son dernier mouvement, le récit retombe un peu trop lourdement sur les pattes de la comédie romantique. Non pas qu’il s’agisse d’un crime en soi, mais Palm Springs grille cette cartouche sans trop se questionner, et rejoue en pilote automatique beaucoup des tropismes désincarnés de la bluette programmatique. Rien qui détruise le plaisir pris devant cette romance labyrinthique, mais une petite paresse suffisante pour lui laisser un petit goût d’inachevé.

Palm Springs est disponible sur Amazon Prime Video depuis le 12 février 2021 en France

 

Affiche

Résumé

Moins programmatique qu'attendu, Palm Springs réussit son coup, fait rire et émeut un peu, au moins jusqu'à son dernier acte trop cadenassé.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.3)

Votre note ?

commentaires
Spolier <ATTention ne pas lire si pas vu
14/02/2021 à 08:53

C’est bien le 10 novembre ils ont donc quitté la journée du 09,novembre mais ils arrivent dans un endroit dans lequel il y a des dinosaures. On en aperçoit 3 à la fin dans le désert

Baretta
13/02/2021 à 20:36

J'aurais dis une fin ouverte plutôt que dark ca laisse toute les hypothèses ouverte.

breed
13/02/2021 à 17:20

@bareta
ah oui desolé, mal lu
au temps pour moi

le film avait un proposition feel good
ça aurait eté bizarre que ça finisse dans une fin dark

Baretta
13/02/2021 à 17:06

@breed
Je crois que tu n'as pas bien compris ce que j'ai voulu dire, j'ai compris la fin mais je n'ai pas aimé le happy end.

@AurL je ne pense pas qu'il lai écris pour elle spécialement c'est juste un happy end raté comme celui de l'effet papillon.
Et puis il ya sûrement des fans de himym qui ont vu le film mais je n'en fais pas partie et ça commence a dater.

breed
13/02/2021 à 15:56

@bareta

ils semblent avoir reussi je crois
la piscine qu'ils squattent pendant leur boucle on voit la famille revenir pour leur demander ce qu'ils foutent la, ils sont passé a dimanche

AurL
12/02/2021 à 23:38

@Baretta

Je me suis fais la même réflexion.

J'avoue cependant que le spectateur traumatisé d'HIMYM avait besoin d'une résolution positive ( même si facile) avec cette actrice.

Baretta
12/02/2021 à 18:37

En fait spoiler alert
Spoiler
Dernière avertissement spoiler.
J'aurai aimé que ça se finissent dans la grotte dans une incertitude, ils y sont arrivés ou pas ? sans qu'on nous donne la réponse.

Simon Riaux - Rédaction
12/02/2021 à 16:38

@yourglaaa

Tout le film est vendu sur ce concept, de son affiche jusqu'à sa bande-annonce.

Morcar
12/02/2021 à 14:21

Je n'en avais pas entendu parler, mais je le note dès à présent dans ma liste des films à voir sur Prime Vidéo !

Cinégood
12/02/2021 à 13:16

Excellente comédie, la bonne surprise de ce début d'année.

Plus
votre commentaire