Aline : critique avec Céline Dion dans le titre

Geoffrey Crété | 10 novembre 2021
Geoffrey Crété | 10 novembre 2021

Valérie Lemercier l'actrice, la réalisatrice et la clown se réunissent pour un show inattendu. Dans Aline, elle incarne une version légèrement fictive de Céline Dion, dans un vrai-faux biopic sur la chanteuse québécoise. Un projet gentiment absurde qui ressemble à une grosse blague, mais un résultat étonnamment doux et charmant.

NE PARTEZ PAS SANS MOI

Aline a commencé comme une blague, au détour d'une interview en 2017, et c'est un parfait démarrage pour ce projet étrange et inclassable. Ce n'est ni un biopic, ni une parodie, ni une comédie romantique, ni une comédie musicale, ni un drame, mais un peu tout ça à la fois. "Une fiction librement inspirée de la vie de Céline Dion", selon l'affiche, qui retrace l'histoire d'une môme québécoise nommée Aline Dieu. Dernière d'une grande fratrie, elle a une voix extraordinaire qui va lui ouvrir les portes d'une folle carrière internationale, et d'une grande histoire d'amour avec son agent, bien plus âgé qu'elle.

À bien des égards, Aline est le grand projet fou de Valérie Lemercier, comme un film-somme où l'artiste conjugue ses talents et ambitions. La gamine à genoux qui mangeait "de l'huile" dans L'Ecole du fan des Nuls, la présentatrice des César qui dansait comme Rabbi Jacob, la one woman show capable d'animer un spectacle à elle seule, la réalisatrice qui se cherche entre comédie et drame depuis 20 ans, l'actrice qui s'aventure parfois dans des territoires moins évidents et plus sensibles... Toutes sont réunies ici, pour un film d'une ampleur romanesque, de son scénario qui s'étale sur plusieurs décennies, à son envergure économique (une coproduction avec le Canada), en passant par l'interprétation (Lemercier incarne Aline de 5 à 55 ans).

 

photo, Valérie LemercierLa môme Lemercier

 

let's talk about love

La première surprise, c'est la candeur. Le regard que pose Valérie Lemercier sur Céline Dion est dénué de cynisme, d'ironie, de moquerie. Aline n'est pas une parodie de Céline Dion, et à aucun moment l'actrice et réalisatrice ne tire sur l'ambulance de la chanteuse superstar, devenue l'icône du doux WTF depuis quelques années. Le film raconte l'histoire de la femme derrière l'icône, et se concentre sur son histoire d'amour.

C'est avec une retenue, une pudeur et une douceur inattendues que Valérie Lemercier suit la trajectoire romantico-musicale de ce couple a priori gênant et absurde, qu'elle incarne aux côtés de l'excellent Sylvain Marcel. Le risque était de tomber dans une niaiserie écœurante qui flirte avec l'hagiographie, pour narrer la grandeur, la beauté et le talent de Céline Dion. Mais là encore, Lemercier prend le chemin de traverse et refuse de s'enfermer dans une case, baignant tout son film d'une légèreté et d'un humour maîtrisés. Jamais Aline ne vire au sketch ou au spectacle, et pourtant jamais le film ne coule dans un pur sentimentalisme.

Valérie Lemercier vise bien sûr la comédie, mais les personnages et l'histoire ne sont pas bêtement sacrifiés pour un petit rire. Que ce soit avec un coup de fil qui se fait attendre, une robe de mariée rocambolesque, une dentition problématique, une crise de larmes incontrôlable, ou simplement les looks de l'artiste qui font l'effet d'une grosse baffe d'anti-nostalgie : Valérie Lemercie ne rit pas de ses personnages, mais avec eux. D'où une tendresse énorme, et contagieuse.

 

photo, Valérie Lemercier, Sylvain MarcelDeux

 

pour que tu m'aimes encore

La vraie question est de savoir qui va être attiré par les chants d'Aline. Les fans de Céline Dion pourraient être rebutés par le casting ou la perspective que la chanteuse soit singée, moquée, caricaturée. Les fans de Lemercier pourraient être perplexes. Le grand public pourrait avoir du mal à comprendre le principe du film. Et tous ceux qui hésitent à se trancher les veines avec le couteau du saucisson chaque fois qu'une soirée finit en karaoké sur Pour que tu m'aimes encore, vont certainement éviter ce spectacle, par instinct de survie.

C'est d'autant plus intrigant qu'Aline a tout pour plaire au plus grand nombre (il a d'ailleurs été acheté pour être distribué aux Etars-Unis). Malgré deux bonnes heures au compteur, et les obligations d'un biopic plus ou moins assumé, le film est certainement le plus solide de Valérie Lemercier réalisatrice. Mais avec un budget de 23 millions d'euros (proche du Chant du loup par exemple), c'est aussi, et de loin, son projet le plus périlleux.

 

photoThe Greatest Show woman on Earth

 

Actrice, réalisatrice, co-scénariste (avec Brigitte Buc, déjà sur Palais Royal !) : Valérie Lemercier est partout, et c'est là qu'Aline est encore plus intéressante. Pour la réalisatrice, c'est presque une revanche sous forme de feu d'artifice, après de gros ratés (100% cachemire, qu'elle renie à moitié, et l'oubliable Marie-Francine). Pour l'interprète, c'est un best of et un boulevard, avec une vie entière de cinéma à l'écran. Dans l'amour comme dans le spectacle (avec la voix de la chanteuse Victoria Sio), elle irradie. Un peu comme si elle s'était offert son rôle ultime, après des années à écumer les mauvaises comédies et aligner les rôles peu risqués (hormis quelques exceptions, comme Main dans la main).

C'est d'autant plus touchant que Valérie Lemercier est en pleine confiance et maîtrise, disparaissant derrière le personnage. Le clown névrosé, en quête perpétuelle d'amour, semble ici apaisé par ce défi plus grand que nature. Et si le film touche régulièrement quelques fausses notes, trop larmoyantes (notamment dans le final très A Star is Born), c'est la douceur qui l'emporte. À condition d'avoir envie d'aimer.

 

Affiche

Résumé

Aline ressemblait à une blague, mais Valérie Lemercier vaut mieux que le rire moqueur. La réalisatrice et actrice investit ce vrai-faux biopic de Céline Dion avec une énergie irrésistible, et un amour qui déborde de tous les côtés. À moins d'être allergique à Lemercier, et malgré un programme classique, difficile de ne pas être emporté.

Autre avis Alexandre Janowiak
Aline retrace avec humour et énergie la success-story de Céline Dion entre hommage admiratif et parodie bienveillante. Mais bien au-delà, Valérie Lemercier raconte une grande histoire d'amour, de celle qui dure pour l'éternité.
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.0)

Votre note ?

commentaires
marginal
27/11/2021 à 04:36

Je trouve que ce film est un copier-coller du film Céline 2008..

Blue Star
18/11/2021 à 16:48

En janvier 1998 sortait en France le mastodonte Titanic de James Cameron, réussite technique indiscutable et succès commerciale hors norme. Par contre, la chanson My Heart Will Go On interprétée, comme un suppositoire laxatif. par Céline Dion fut une sinistrose pour les oreilles pendant tout le printemps et l'été 98 ! Un cauchemar auditif sans nom !
Dieu merci elle ne chante plus rien depuis ! Ouf nous sommes sauvés !

Kobalann
14/11/2021 à 18:24

@ simon riaux

En droit européen, la commission européenne estime qu'il s'agit d'aides d'état (donc de l'argent publique du point de vue de nos voisins européens) CQFD
Et j'y pense par la même occasion. Ce que paye France Télévisions pour financer le CNC ce n'est pas de l'argent publique peut être ?

Kobalann
14/11/2021 à 18:04

@simon riaux
Ah bon ? Expliquez moi en quoi ça changerais quelque chose pour notre porte-feuille de spectateur ou pour le CNC que ce soit un impôt (au sens français du terme) à la place d'une taxe ? Parce que la je vois pas ...
Vous voyez de l'idéologie partout quand ça ne vous plaît pas décidément

Victoire
13/11/2021 à 10:09

Je ne suis pas une grande fan de Céline dion même si je reconnais son immense talent. Je suis fan de Valérie Lemercier et le film est vraiment réussi mélangeant tendresse, humour... Il m'a donné envie par contre d'écouter à présent les chansons de Céline !
J'ai passé un bon moment de cinéma et par les temps qui court... Ça fait un bien fou !

Roro
13/11/2021 à 06:06

C'est quoi les "Étars-Unis" ^^

Jean. Glaude
12/11/2021 à 21:24

Nase ! aucun intérêt , moquer ou ne pas moquer telle est la question ...En tous cas prendre Céline Dion comme sujet sans pour autant vraiment l apprécier juste parce qu elle est mondialement connue et se dire qu au minimum une partie de son public viendra voir son film , voici la finalité .

Francis Bacon
12/11/2021 à 20:38

@Gioonr Giovanna
Regardez en dessous de vous, je ne suis visiblement pas le seul à trouver ce biopic loin des sentiers battus et + érudit sur son sujet que Bohemian Rhapsody.
Le biopic musical est un genre ultra balisé, je trouve bien plus ambitieux des projets comme celui-ci, ou le Gainsbourg Vie Héroïque, qui tente de s'éloigner (par le rire ou l'onirisme) du cahier des charges classique.

Simon Riaux - Rédaction
12/11/2021 à 15:48

@Kobalann

Non, c'est décrire et rappeler des faits, que vous vous évertuez à les tordre dans un remarquable festival de contresens, d'absurdités pour coller à une grille idéologique totalement hors sol.

Giorno Giovanna
12/11/2021 à 12:24

Frnacis Bacon, merci de ne pas comparer le biopic de freddy a ce truc, pas les mêmes ambitions et pas le même résultat.

Plus
votre commentaire