Superman : Man of Tomorrow - critique encapée

Arnold Petit | 8 septembre 2020 - MAJ : 10/09/2020 06:44
Arnold Petit | 8 septembre 2020 - MAJ : 10/09/2020 06:44

Maintenant que la continuité de l'univers des films d'animation DC s'est achevée avec l'époustouflant Justice League Dark : Apokolips War (dont vous pouvez lire notre critique ici), les adaptations de Warner Bros Animation consacrées aux personnages de DC sont sur le point d'entrer dans une nouvelle ère, qui s'ouvre avec Superman : Man of Tomorrow, disponible depuis le 23 août aux États-Unis, et le 16 septembre en France.

SUPERBOY

Tout le monde connaît l'histoire de Superman, ce Kryptonien envoyé sur Terre par ses parents dans une capsule atterrissant au beau milieu du Kansas, adopté par les Kent, qui lui donnent le nom de Clark et lui apprennent à utiliser ses pouvoirs pour aider les autres et combattre le crime.

Heureusement, Superman : Man of Tomorrow choisit justement de zapper ces passages bien connus de l’enfance du personnage et plutôt que de raconter la même histoire pour la énième fois, Tim Sheridan a été piocher dans différentes œuvres comme Superman : American Alien ou Superman : Les Origines pour se focaliser sur le moment où Clark Kent est devenu Superman.

 

photoAvant j'étais Superman, mais ça c'était avant

 

Des origines modernes et originales, qui viennent casser la figure christique de Superman et son image de boy scout inflexible pour présenter un Clark Kent jeune, beau et cool, mais aussi profondément humain. Un héros qui n’est encore qu’un stagiaire au Daily Planet, préposé au café, vivant dans un petit studio de Metropolis et accomplissant ses premiers exploits en secret, avec une tenue d’aviateur sur le dos.

Alors qu’il commence à travailler avec Loïs Lane, qui prévoit de faire tomber le célèbre Lex Luthor et de sortir un article sur l’identité de Superman, Clark se retrouve confronté à Lobo, le chasseur de primes le plus impitoyable de l'univers. Grâce à J'onn J'onzz, dernier représentant de la race martienne, le jeune super-héros parvient à l’arrêter et découvre l’histoire de sa famille, mais une nouvelle menace fait son apparition : Parasite. Un monstre capable d’absorber l’énergie et la puissance du super-héros, mais aussi ses faiblesses.

 

photoSuperman : Année Un

 

AMERICAN ALIEN

Superman : Man of Tomorrow n’a pas pour ambition de réinventer le personnage de Superman et reprend donc une intrigue classique, dans laquelle Clark Kent rencontre Loïs Lane et Lex Luthor, puis reçoit son costume de la part de Maman Kent avant d’aller sauver Metropolis d’un grand méchant qui n’est pas si méchant. Néanmoins, cette idée de revisiter les origines de Superman amène une profondeur inattendue à un récit que pourrait anticiper n'importe qui ayant déjà vu un film de super-héros ou connaissant un tant soit peu l’histoire du Kryptonien.

Alors que les autres films d’animation DC le représentaient comme ce super-héros surpuissant qui sauve le monde d’une terrible menace intergalactique aux côtés de Batman et Wonder Woman, le film de Chris Palmer nous montre un Clark Kent inexpérimenté, qui découvre encore ses pouvoirs. Un petit garçon bouleversé par la peur de son ami devant un film avec un extraterrestre qui s’interroge sur sa condition et la place qu’il doit occuper dans ce monde où il est dernier de son espèce.

 

photoUn Lobo arrogant et vulgaire comme on l'aime

 

À travers le personnage de Superman, mais aussi de Lobo, J'onn J'onzz et Parasite, Superman : Man of Tomorrow explore des thèmes comme la xénophobie ou l’immigration et montre aussi la violence dont les humains peuvent faire preuve lorsqu’ils se retrouvent face à une espèce étrangère qu’ils perçoivent comme dangereuse et effrayante simplement parce qu’elle est différente.

Hélas, comme souvent dans les films d'animation DC, le format d’à peine 1h30 ne laisse pas assez de temps au film pour creuser son sujet et développer ses personnages autant qu’il le voudrait. Clark Kent est inspirant et partage des moments touchants avec ses parents ou J'onn J'onzz alors que Loïs Lane et Lex Luthor ne sont présents qu'en tant que personnages secondaires ou ressorts narratifs, n’apparaissant que parce qu’il fallait bien les introduire à un moment.

 

photoLex Luthor dans son tailleur Lexcorp qui présente sa fusée Lexcorp lors d'une exposition Lexcorp

 

MAN OF STYLE

Superman : Man of Tomorrow marque également une autre rupture avec les autres films d’animation DC en délaissant le design atroce et dépassé qu’utilisait Warner Bros. Animation jusqu’à maintenant pour des dessins avec un trait plus rond et des contours épaissis à la Archer. Un style graphique bien particulier, qui donne l’impression de voir un comics s'animer et peut aussi aussi bien séduire que rebuter.

Un peu plus dynamique que d’habitude, l'animation reste quand même assez basique et manque toujours de fluidité, mais parvient à se dépasser lors des scènes d'action, avec des affrontements qui rendent compte de la puissance des coups que s’échangent Superman et Lobo et un combat brutal contre un Parasite qui ressemble au Godzilla de Roland Emmerich. Si elle ne sait pas encore tout à fait gérer certains détails au niveau des visages des personnages, cette esthétique a au moins le mérite d’être meilleure que celle qui était proposée auparavant.

 

photoJe vais vite, je m'entraîne à ne pas perdre une seconde

 

Cette patte graphique ne sera pas conservée pour les prochains films d’animation DC et Warner Bros. Animation a déclaré que Superman : Man of Tomorrow ne marquait pas le début d'une nouvelle continuité, mais le film sert clairement d’introduction pour le personnage de Superman et toutes les références aux autres héros de l’univers de DC ne demandent qu’à être exploitées dans une suite. Rien n’a été annoncé pour le moment, mais étant donné la fin du film, on peut s’attendre à bientôt retrouver l’Homme d’Acier, sans doute face à ce bon vieux Lex Luthor et à l'armure qui l'attend déjà sagement dans son laboratoire.

En attendant, le studio continue de suivre son agenda déjà bien chargé, avec Batman : Soul of the Dragon prévu pour le 5 avril 2021, qui sera suivi par Justice Society : World War II et une adaptation en deux parties de Batman : Un Long Halloween (auquel on a consacré un dossier juste ici).

 

Affiche officielle

Résumé

S'il n'a pas la prétention de réinventer le personnage de Superman ou de bouleverser l’histoire de l’Homme d’Acier, Superman : Man of Tomorrow est un film simple et distrayant, qui revisite les origines de l’enfant de Krypton pour en proposer une version plus moderne et plus humaine.

Lecteurs

(2.0)

Votre note ?

commentaires

Spy
18/10/2020 à 02:17

Perso, je trouve les anciens dessins (époque de Bruce Timm) plus réussis :

- La "vraie" forme du limier martien est horrible
- Lobo avec un cigare et un menton différent
- Je n'arrive pas à me faire au design de Lex Luthor et de Loïs que je trouve en dessous de ceux de l'ancienne "génération".

Brad
12/09/2020 à 17:20

Pffff nul

Teddytek
09/09/2020 à 11:32

Pour moi il est super le dessin bien fait mieux que ce qui est sorti auparavant. Merci

Yo-yo
09/09/2020 à 11:04

Xénophobie imaginaire
Invasion migratoire
Humanisme de pacotille
Je boycotterais tous ces navets qui se lancent dans le politicalement correcte
Je vwux yn film d action pas une lecon de morale.

Mariokebab
09/09/2020 à 08:10

Très belle référence à Lorie...

Numberz
08/09/2020 à 18:08

Pas de steelbook, donc j'achète pas. Ouais je suis relou lol

M@x
08/09/2020 à 17:27

J’ai pas adhérer , animation degeux .
Histoire vu et revu et introduit lobo ( qui est excellent) ne suiffi pas

zetagundam
08/09/2020 à 16:47

Personnellement je ne l'ai pas trouvé terrible avec toujours le problème de l'animation discutable et surtout des scènes d'action d'une mollesse rarement vu pour un film d'animation DC.
Au final, je ne retiens qu'un film qui aurait pu être agréable si il n'y avait pas cette sensation de mollesse

votre commentaire