USS Greyhound : critique qui tourne à l'eau

Simon Riaux | 17 juillet 2020
Simon Riaux | 17 juillet 2020

Après le carnage de Pearl Harbor, un haut gradé loin d'être en odeur de sainteté se voit confier une mission de premier ordre en pleine Seconde Guerre mondiale. Voilà le point de départ d'un film de guerre fauché par la Covid-19, dans lequel Tom Hanks s'est tout particulièrement investi : USS Greyhound : la Bataille de l'Atlantique.

SAOUL-MARIN 

Lorsque Tom Hanks tire ses premières torpilles, accroché au bastingage d’un navire battu par les intempéries tel un Droopy en uniforme invité malgré à lui à froisser plus de tôle que Mad Max un lendemain de gueule de bois, on se surprend à croire dans USS Greyhound : la Bataille de l'Atlantique. Grâce à des effets spéciaux soignés et souvent solidesAaron Schneider peut multiplier les longs plans extérieurs ou aquatiques, se plaire à caractériser bâtiments et sous-marins, comme s’il mettait en scène la confrontation dantesque de titans de feu et d’acier. 

Les différentes chorégraphies ou manœuvres qui rythment ce film plutôt ramassé ne brillent pas par leur originalité, mais qu’importe, on sent Aaron Schneider décidé à tirer le meilleur parti de ses séquences à l’extérieur du poste de commande occupé par Tom Hanks. Sitôt sa caméra rendant compte des joutes, il travaille le son, la texture de l’image et une certaine forme d’emphase de manière à donner le plus de caractère et d’impact possible à son film. Et le plus souvent il y parvient. Qu'on mitraille, flingouille ou missile, tout ce petit monde se massacre avec un certain sens du tragique, et plus d'une fois, on se surprend à s'investir dans ces images faciles, mais à l'évidence parfaitement composées, où s'affrontent éléments déchaînés et matériel de guerre.

 

Photo Tom HanksUn Tom Hanks sachant Hankser doit savoir Hankser sans trop y Hankser

 

THOR PILLE 

Malheureusement, Greyhound ne parvient pas véritablement à tirer son épingle du jeu ni à proposer un récit de guerre navale original, malgré l’investissement de Tom Hanks. Interprète du personnage principal, mais aussi scénariste, l’artiste a beau s’être investi dans le projet, au point de se désoler publiquement que le métrage ne connaisse pas les honneurs d’une sortie en salles, il se complait ici dans un rôle attendu, prévisible et plus superficiel qu’à l’accoutumée. 

Sorte d’écho au héros de Sully, son capitaine Krause est un archétype d’underdog, soit ce protagoniste du cinéma américain initialement méprisé par ses pairs, comme s’il n’était pas digne d’incarner les valeurs ou le panache de l’American Way of Life. Il révèlera sa valeur dans l’adversité et surtout la grandeur que son humilité dissimule. Hélas, Hanks scénariste est bien loin d’avoir la finesse de Hanks comédien, et jamais on ne croit en ce capitaine que des évènements exceptionnels vont pousser à se surpasser. D'oeillades prévisibles en serrage de mâchoire, Krause est une surface plane, superficielle, que rien ne nous donne envie d'explorer.

 

photo, Tom HanksUn bien joli hublot que voilà

 

Plus gênant encore, si Greyhound soigne la dramaturgie et la scénographie de ses escarmouches humides, la mise en scène est clairement mise en échec quand il faut extraire quelque chose de sa matière humaine, ou essayer de dynamiser ses longues séquences en intérieur. Presque systématiquement englué dans un décor unique, d’une pauvreté soporifique, le métrage a énormément de mal à faire exister ses protagonistes et à donner de la chair à leurs interactions. Autant de faiblesses qui transforment l’ensemble en un récit générique, jamais désagréable, mais mémorable en rien.

Greyhound est disponible sur Apple TV+ en France depuis le 10 juillet 2020

 

Affiche officielle

Résumé

Jamais douloureux ou désagréable, cet énième récit d'escarmouches aqueuses vaut essentiellement pour une poignée de jolis plans guerriers, et ne satisfera pleinement que les addicts au charisme de Tom Hanks.

Lecteurs

(3.5)

Votre note ?

commentaires

Tib
10/10/2020 à 23:40

La critique est personnelle est sur ce point elle se respecte. C'est pour cela que je veux donner mon avis.
Venant tout juste de voir ce film, ce qui me marque avant tout est cette oppression constante en passerelle rondement bien representé, ou l'on se dit que le pacha a une pression constante sur lui.. Bienvenue dans la marine ! Rondement bien representé, le but du film ne semble pas être de représenter les liens entre le Commandant et son personnel (que l'on peut tout de même apercevoir avec son équipage en passerelle, avec son cuisinier, ou même son second), ou même de représenter les ennemis, déja fait dans beaucoup de films.
Très content d'avoir vu ce film, si vous êtes adeptes des films de marins, vous allez apprecier de nombreuses références, et surtout un sentiment de tension omniprésent qui devait régner lors de cette période particulière. Je vous le conseille donc, contrairement aux auteurs de ce site, parole de marin.

Kyle Reese
21/07/2020 à 23:41

Je rejoins la critique et la plus part des avis ici.
Techniquement très bon, photo, son, sfx mais et je cite la critique:

« le métrage a énormément de mal à faire exister ses protagonistes et à donner de la chair à leurs interactions »

Voilà tout est dit. A part Tom Hanks, les autres personnages n’ont pas le temps d’exister faute à un scénario trop simple tournant trop autour du commandant et à une durée bcq trop courte.
Hanks fait du Hanks, avec un peu trop de prière à mon goût.
Dommage que le scénario n’ai pas été plus abouti car le thème est puissant et hyper dramatique et les séquences de batailles valent vraiment le coup d’oeil on s’y croirait. Sur écran géant cela aurait été évidement encore plus fort.

Pour finir g bcq aime le côté invisible de l’ennemi, l’intervention du Loup gris dans les hauts parleurs est assez bien vu et crée un petit côté mystique d’un prédateur sournois qui joue avec sa proie. Ne pas voir l'ennemi le rend encore plus menaçant. Et de toute façon on est du côté des allies tout du long, pour voir l’autre côté il y a l’excellent Das Boot film et la série.

Omegaton
21/07/2020 à 02:36

film sympa, ça se regarde. tant qu'il y'a des nazis morts c'est toujours bon à voir

Gloriamaris
20/07/2020 à 09:57

J'ai bien aimé ce film en regrettant toutefois qu'il n'y ait eu aucune image à bord des U Boote. J'ignore si cela tient à la traduction française ou si c'est dans le scénario en VO mais quand un convoi part des USA vers l'Europe, il ne fait pas route au 187. C'est un détail qu'un marin remarque immédiatement...

Schnorkel
19/07/2020 à 14:13

Excellent film qui aurait mérité d'être un peu plus étoffé dans le scénario mais bravo à Tom Hanks. On aurait aimé voir les ennemis du camp d'en face, bref , plus de protagonistes ayant existés dans la vraie histoire.

terre neuve
19/07/2020 à 09:19

facile pour des gens qui n'ont jamais vu un bateau de leur vie de critiquer
le film est très réaliste et très prenant
BRAVO.

lino laventuro
19/07/2020 à 04:07

ce n est pas du film que je me méfie mais plutôt de la critique que je viens de lire. Quand je lis ce genre de critique bien caractéristique de gens qui n'ont jamais rien produit dans le cinema mais qui se croient toujours superieurs aux cineastes, je suis souvent agreablement surpris en voyant le film après coup ???? C'est bon signe.

Cotibeast
18/07/2020 à 16:19

Peut-être qu'il fallait le voir en salle et pas sur un iphone.......

Borns
18/07/2020 à 15:59

Un film trop rapide où on ne prend pas le temps d’explorer les personnages.
Néanmoins il reste très réaliste. Un convoi avec une quarantaine de navire filant à 8 noeuds sans pouvoir s’écarter de la route complètement soumis à l’escorte.
Le trou noir, zone ou le rayon d’action des avions interdisait tout support aérien.
Je trouve juste que la technologie du greyhound est un peu trop en avance pour son époque et le fait que les u-boat s’acharnent contre un destroyer dans une attitude sucidaire
Bref, trop court, trop superficiel, bien documenté et un rythme intéressant... on pouvait faire beaucoup mieux

Karlito
18/07/2020 à 13:29

THX : c'est aussi un point que je reproche au film, sa réalisation. Après Dunkerque de Nolan, on aimerait que la linéarité du film soit brisée pour faire intervenir d'autres acteurs, par exemple, l'équipage d'un navire qui sera torpillé. Le point de vue unique, fait à partir du Greyhound annihile le ressenti d'impuissance qu'il aurait dû donner quand le capitaine voit exploser des navires au loin. Il y a de bons moments, les échanges de tirs entre un sous-marin et le Greyhound sont assez impressionnants, un peu à la manière des films de pirates.

Plus

votre commentaire