Late Night : critique very talk-show

Geoffrey Crété | 20 août 2019 - MAJ : 20/08/2019 15:19
Geoffrey Crété | 20 août 2019 - MAJ : 20/08/2019 15:19

Emma Thompson est une présentatrice de talk-show avec de gros problèmes dans la comédie de Nisha Ganatra, écrite, produite et interprétée par Mindy Kaling. L'actrice révélée par The Office et qui a explosé avec sa série The Mindy Project s'amuse avec les clichés, et torpille (très) gentiment le sexisme, la discrimination, et autres sujets dans l'air du temps. C'est Late Night et c'est le petit plaisir de l'été.

MES NUITS SONT PLUS BELLES QUE VOS JOURS

Late Night commence avec le personnage de la présentatrice superstar incarnée par Emma Thompson, avant d'arriver à Mindy Kaling en petite chose vue mille fois dans une comédie de ce type. Et ce n'est pas un hasard : c'est la première qui domine, qui maîtrise le jeu, et donne le la. En diva capricieuse et cynique, tour à tour désopilante, agaçante, hilarante et ridicule, elle brille de mille feux avec le naturel doux des grandes actrices qui se fondent dans les univers, passent de film en film, traînant une énergie reconnaissable.

Emma Thompson est la grande raison de voir cette comédie un peu trop lisse et politiquement correcte, et c'est même la seule dans les moments les plus faciles et téléguidés de ce film qui compile tous les sujets sociaux de notre époque - la discrimination positive, le féminisme, le sexisme. 

Mindy Kaling reprend son petit numéro désormais bien connu, et c'est la plus faible car la plus attendue au milieu de seconds rôles tenus par des acteurs excellents (John LithgowHugh DancyReid ScottDenis O'HareAmy Ryan). Emma Thompson, elle, est une vague qui submerge et noie presque sa partenaire principale. Ses apparitions sont irrésistibles, son charme ravageur, et sa façon de manier des dialogues parfois très attendus apporte une énergie constamment revigorante et séduisante. Mais ces pics d'humour et d'esprit ne mettent que mieux en lumière les faiblesses de Late Night.

 

photo, Emma ThompsonLa déesse Thompson

 

MINDY BORING

Mindy Kaling ne sort pas de nulle part. Elle a écrit une vingtaine d'épisodes de The Office en plus d'y interpréter la mémorable Kelly, elle a créé The Mindy Project dont elle tient le premier rôle, et travaille sur l'adaptation série de Quatre mariages et un enterrement. Elle a travaillé en coulisses sur des talk-shows, et Late Night est bien évidemment une version plus ou moins fantasmée de sa propre trajectoire, et des obstacles qu'elle a affrontés.

Nul doute que la sincérité est là. Nul doute également que ça ne suffit pas à assembler une bonne comédie. Le scénario ratisse large, et utilise ses deux héroïnes pour aborder les sujets dans l'air du temps : Molly arrive dans un milieu masculin où ses origines et son sexe éveillent les soupçons, et Katherine est confrontée à une justice à deux vitesses sur son âge, son allure et ses actes. C'est un excellent matériau comique et politique sur le papier, qui aurait pu être merveilleux si la scénariste ne l'avait pas inscrit dans le cadre trop rigide de la gentille comédie.

 

photo, Mindy Kaling Coucou, c'est la conscience gentille 

 

Late Night est réglé comme de l'innocent papier à musique, avec son lot exaspérant de scènes attendues où les personnages se révèlent puis se rapprochent puis se séparent puis se retrouvent dans la joie et l'acceptation. Les crises sont réglées en quelques effets et ellipses, les conflits sont ravalés. La trajectoire est non seulement désespérément simplette et politiquement correcte, mais se contente de survoler les moments les plus intéressants. Et inutile de préciser que la partie comédie romantique est parfaitement inintéressante.

Au lieu d'une plongée corrosive, percutante et sans politesse de façade du milieu de la télévision, de l'hypocrisie occidentale et notamment américaine, Mindy Kaling se contente d'un charmant petit film sans conséquence. Pas déplaisant, parfois très amusant, mais trop léger et facile pour véritablement emporter. Et nul doute que sans Emma Thompson, son capital charme serait sévèrement amputé.

 

Affiche

Résumé

Late Night aurait pu être tellement plus incisif, drôle, percutant et audacieux dans son approche et son écriture. Mindy Kaling a préféré une formule plus simplette et légère, enfonce donc des portes ouvertes, mais avec un atout de première classe : Emma Thompson, fantastique et irrésistible, et capable d'illuminer les scènes les plus faciles.

commentaires

Babar77
21/08/2019 à 12:32

Propagande aseptisée et lisse que tout ça. Ne vous laissez pas domestiquer par ce tralala.
Les films qui sont supposés dénoncer le sexisme ne font en réalité que l'incarner et le reproduire. Féministes qui prônent une soit disant égalité mais qui ferment les yeux sur la plus grande des inégalités, sur la plus grande infamie qui en réalité est faite aux hommes "la question de la garde des enfants en cas de divorce.
Ces trucs filmiques ne font que relayer et entretenir des clichés misandres. La bienpensance domestiquée par ce mouvement extrémiste que l'on appelle féministe et qui encourage les infanticides et contribue fortement à retirer à des pères désespérés la possibilité de voir leur enfant. On peut aussi noter que bien des féministes oublient les questions d'égalité (à valeur salariale comparable) lorsqu'il s'agit de payer la note au restaurant ou dans un bar. Prostitution passive?
Réveillez-vous! Luttons pour une société plus juste envers les uns et les autres indépendamment des questions de genre, d'orientation sexuelle, d'origine, de religion ou autre. Pas pour ce sectarisme extrémiste dictatorial féministe.

Zanta
21/08/2019 à 09:34

Ca parle de "late night" et c'est avec Mindy Kaling en co-star ?
C'est un miracle que le film soit distribué en salles... et vraiment cool.

votre commentaire