The Wandering Earth : critique turbo-spatiale

Simon Riaux | 10 mai 2019
Simon Riaux | 10 mai 2019

Que se passe-t-il quand la Chine s’attaque au blockbuster de science-fiction ? La réponse nous provient de Netflix, avec ce The Wandering Earth aux airs de mastodonte, qui épate, notamment grâce à sa richesse visuelle et au vent de fraîcheur stellaire qu’il fait souffler sur le cinéma de grand spectacle.

PAR JUPITER !

La Terre se meurt, et pour sauvegarder l’humanité, décision est prise de transformer la planète Terre en un vaisseau spatial à part entière, doté de réacteurs colossaux lui permettant de s’extraire de son système solaire pour rejoindre les environs de Proxima du Centaure. Mais le chemin ne sera pas de tout repos et pourrait bien coûter beaucoup à l'humanité.

Voilà pour le concept délirant de ce récit monstrueusement ambitieux, qui prend tout un astre pour décor. En effet, de stations spatiales en gigantesques cités-refuges, le film s’amuse à remodeler notre monde à la manière d’une boîte de pétri pour geeks. Car, alors que la Terre se voit menacée d’entrer en collision avec Jupiter, le film déploie un arsenal allant du trip survivaliste aux séquences d’action à base de méchas. Le tout à travers des espaces apocalyptiques, remodelés par les changements atmosphériques brutaux imposés à la planète bleue.

 

photoC'est loin, mais c'est beau

 

Le résultat est un véritable festin pour les yeux, et il est bien difficile de comprendre comment l’ensemble a pu ne coûter « que » 50 millions de dollars. Les prises de vue spatiale sont toutes intensément évocatrices, les décors régulièrement pulvérisés affichent une richesse et un niveau de détails plus qu’appréciable, quand la pyrotechnie fait des miracles. Car, loin de se cantonner à une pluie d’effets numériques, The Wandering Earth de Frant Gwo joue en permanence des textures, débris, étincelles ou perturbations atmosphériques pour doper le sentiment d’immersion. Le résultat émerveille souvent.

 

photoDécollage immédiat et total

 

SPACE MACHINE

Autre motif de satisfaction : The Wandering Earth propose des motifs, en termes d’écriture des personnages et de discours, logiquement éloignés des standards du blockbuster américain. Moins éminemment individualiste, sa conception de l’héroïsme et du sacrifice permet ainsi de renouveler des clichés auxquels nous sommes habitués.

 

photoDes lendemains qui déchantent...

 

Et si les points communs existent (le duo formé par un des héros et son père n’est pas sans évoquer Interstellar), il est particulièrement intéressant de voir comment deux cultures les embrassent, chacune à leur manière. Le cinéma chinois ne souhaite pas moins exporter ses valeurs et représentations que le cinéma américain, mais étant infiniment moins présent sous nos latitudes, il apporte une illusion de nouveauté bienvenue.

Enfin, on aura beau apprécier que le film fasse le maximum pour rythmer le récit et lui insuffler un rythme trépidant, il va parfois beaucoup trop vite. Par conséquent, l’émotion a ici et là du mal à poindre, les scènes et les enjeux s’enchaînant à toute vitesse. Plus embêtant, l’emphase continue dans l’interprétation des personnages tend à limiter parfois la hiérarchisation des enjeux, et écraser un peu les nuances entre les différents protagonistes, tous emmenés à marche forcée par un scénario finalement très fonctionnel. Rien toutefois qui n'empêche cet opéra spatial éminemment généreux de cramer la rétine.

 

Affiche

Résumé

Parfois un peu confus et expéditif, ce blockbuster a pour lui une ambition et une richesse démesurées, qui constituent une excitante alternative à la concurrence américaine.

commentaires

Anastriana
17/05/2019 à 15:43

Comme le dit @banban, sûrement un problème avec la culture chinoise, dès que la soeur fait son caprice dans la cellule... ben j'ai arrêté le film... Dommage !

M
13/05/2019 à 13:17

Banban

Fun fact: les critiques sont subjectives. Ce n'est pas parce que vous n'avez pas aimé que forcément le film est mauvais. Ce n'est pas parce qu'on aime un film que forcément il est bon.

DJ Fest
12/05/2019 à 20:13

Vu dans les meilleures conditions possibles. Visuellement on passe tout de meme du tres joli au hideux (les scènes avec les camions, les SFX sont degueulasses). Sinon pas réussi à vraiment accrocher. Dommage parce que la fin est assez touchante.

Nexus
12/05/2019 à 18:10

@banban

Agacé ou gêné qu'on réagisse à son commentaire ?
Solution encore plus simple et évidente : ne pas poster de commentaire dans un espace d'échange, et se contenter de penser sans écrire. Je ne vous le souhaite pas, de mon côté.
Le but n'était pas d'empêcher quoi que ce soit, mais de simplement réagir, comme vous. Relax. Just saying bis.

banban
12/05/2019 à 17:50

@Nexus Blasé des commentaires des autres ? Une solution simple et éprouvée: se contenter de lire les articles. De toute façon vous n'empêcherez personne de donner un avis. Just saying...

Nexus
12/05/2019 à 15:33

Quand on n'a pas droit au "EL n'aime rien", on a le "vous êtes trop gentil".
Toujours aussi amusant tiens.

banban
12/05/2019 à 15:32

3.5/5 pour ce film ? Vous êtes bien généreux Ecran Large.

Alors certes visuellement on en prend plein les yeux (en tout cas c'est une orgie de CGI), le thème est idiot mais a le mérite de proposer un concept totalement nouveau (en tout cas j'ai jamais vu de film où on la Terre devienait un vaisseau spatial...)...mais bon, c'est cousu de fils blancs, on a déjà-vu ça, c'est cliché à gogo, les flashbacks sont poussifs et les voix off ridicules (la séquence où un astronaute vient de se sacrifier et dit "nous irons pêcher du saumon" m'a psychologiquement détruit).

Le jeu d'acteur fait le job, il y a des comportement inattendus sans doute liés à la culture chinoise, ça change et c'est totalement bienvenu. Mais bon on retombe souvent dans les écueils des productions asiatiques grand public et le sur-jeu des acteurs, comme par exemple la petite sœur qui pleurniche et qui est aussi insupportable qu'un personnage de manga en mode kawai, quel enfer...

TomTom
11/05/2019 à 23:19

Film impressionnant, que ce soit pour ses effets spéciaux que pour son scénario : imaginer déplacer la Terre de 4,2 années lumières pour échapper à l'explosion du Soleil... j'en croyais pas mes yeux. Idem pour la taille des propulseurs comparé à celle de la tour Eiffel et ces milliers de points bleus faisant se déplacer la Terre dans l'espace.

C'est vraiment du grand grand spectacle, l'équivalent space-opera de ce que furent les films de catastrophes des années 70 comme La tour infernale, le Poséidon etc etc.

Après, on aime ou non le fait que ce soit un film chinois, mais ils n'ont RIEN de RIEN à envier à Hollywood et Disney.

Mil
11/05/2019 à 16:08

Il faut lire la Trilogie du problème à trois corps (même auteur). Une merveille.
Des rumeurs il y a quelques mois sur l'achat des droits par Amazon pour en faire une série, espérons que ça se réalise.

Pam06
11/05/2019 à 09:07

Un film très sympa, qui déploie un scénario original à défaut d'être crédible.
On n'est pas au festival de cannes, pourquoi s'attarder sur les messages politiques du film, on sait que c'est chinois, cultuellement chinois, on sait à quoi s'attendre...
Moi je dis bravo, c'est pas en France demain qu'on aura un tel niveau.

Plus

votre commentaire