Casse-Noisette et les Quatre Royaumes : critique sucrée

Simon Riaux | 29 novembre 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 29 novembre 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Précédé par quantité de rumeurs désastreuses, une production chaotique incluant un changement de réalisateur et une promo aux airs de funérailles clandestines, avec en prime un box-office très tiède aux Etats-Unis, Casse-Noisette et les Quatre Royaumes de Lasse Hallström et Joe Johnston sort dans l’indifférence générale.

COMPTES DE NOËL

Énième marque recyclée par Disney, Casse-Noisette et les Quatre Royaumes entend prolonger l’œuvre originale exactement à la manière du Alice au pays des merveilles de Tim Burton. C’est le capable mais irrégulier Lasse Hallström (Le ChocolatGilbert Grape) qui se voit confier le projet, avant que ce dernier et ses ambitions visuelles ne lui échappent manifestement, au profit de Joe Johnston.

Responsable des effets spéciaux de L'Empire contre-attaque, metteur en scène des Aventures de Rocketeer et de l’excellent Captain America : The First Avenger, l’homme est un artisan rompu à la narration old school comme à la maîtrise de projets immensément complexes visuellement. Chargé de superviser au moins un mois de tournage additionnel très lourd en effets spéciaux, l’artiste se retrouve nommé co-réalisateur (situation exceptionnelle, pour ne pas dire unique, aux Etats-Unis) et le studio décide vraisemblablement de ne pas s’investir plus avant dans un projet dont les coups d’arrêt et reports ont déjà coûté trop cher.

 

Photo Mackenzie FoyUne direction artistique qui mélange numérique, effets d'aplat à l'ancienne et décors en dur

 

Et cette genèse bouleversée se ressent d’autant plus dans Casse-Noisette et les Quatre Royaumes que c’est l’ouverture du film qui en pâtit le plus clairement. Mise en appétit pataude, personnages pâlots, découpage tristement mécanique en dépit de la fantaisie de l’univers dépeint, on sent le réalisateur très encombré par le monde qu’il doit déployer. De même, en matière de narration, et ce tout le long du métrage, on a le sentiment d’assister à un condensé des ambitions initiales, tant le récit progresse à marche-forcée.

 

photo, Mackenzie FoyMackenzie Foy, vue dans Twilight et Interstellar

 

SANTA JOE

Pour autant, Casse-Noisette et les Quatre Royaumes est bien loin de s’avérer le cataclysme que laissait redouter l’attitude de Disney. Au contraire, le film s’impose régulièrement comme un antidote bienvenu aux tropismes qui gangrènent une partie de la production hollywoodienne. La candeur et l’absolue sincérité des sentiments qui y sont traités est d’une réelle fraîcheur. Très « Noël » dans son récit du deuil et de la sortie de l’enfance, le récit cherche continuellement à incarner visuellement ses thématiques.

 

photo, Mackenzie Foy, Keira KnightleyDes décors et costumes invraisemblablement détaillés

 

Des contrées glacées, figées dans une mélancolie indicible, à la fausse douceur du Royaume des Fleurs, jusqu’à l’angoisse existentielle qui ronge littéralement le domaine décrépit d’une Helen Mirren impériale, le soin apporté à la direction artistique impressionne d’autant plus qu’elle mélange parfois avec brio des techniques très différentes.

C’est là où l’apport de Joe Johnston se montre à priori déterminant : la capacité à rendre tangible un univers fantaisiste, à lui donner corps dans ses costumes, comme ses accessoires, tout en veillant à leur permettre de dialoguer efficacement avec de grands mouvements opératiques produits numériquement.

 

photo, Helen Mirren Helen Mirren

 

Et malgré plusieurs approximations scénaristiques, des personnages charmants mais trop fonctionnels et un projet qui souffre de ne pas creuser plus fortement son propre sillon, c’est finalement la capacité inattendue du conte à offrir des séquences exceptionnelles qui emporte le morceau.

Lors d’un ballet qui revient à l’épure de Fantasia, ou dès qu’apparaissent les soldats mécaniques, la fable prend vie avec un sens de la féérie impressionnant, qui fait rapidement oublier ses nombreuses cicatrices pour nous plonger dans un conte inquiet, dont les splendeurs recèlent autant de larmes cristallines.

 

Affiche française

 

Résumé

Si on sent que la génèse du film en limite la réussite, ce Casse-Noisette et les Quatre Royaumes est riche d'une direction artistique d'orfèvre et d'une belle candeur alliant espoir et mélancolie.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.8)

Votre note ?

commentaires
Banzay
02/12/2018 à 17:54

Très jolie mais histoire vraiment nulle.

Barbadoom
01/12/2018 à 01:53

J'ai adoré! ^^

Simon Riaux - Rédaction
29/11/2018 à 18:42

@LeManch

Personnellement je vous dirais que la BA ne me laissait rien craindre de tel, je trouve les deux propositions esthétiques très différentes.

Et oui, ce n'est pas dégueu comme Alice.

LeManch
29/11/2018 à 18:31

Je rejoins les commentaires, critique qui donne vraiment envie d'en voir plus ! On est donc loin de la laideur d'un Alice comme la BA laissait craindre ?

Joe Staline
29/11/2018 à 17:16

Tiens, vous m'avez donné envie de le voir, finalement ...

Tonto
29/11/2018 à 15:38

Je trouve qu'il manque quand même un petit mot sur l'excellente bande-originale de James Newton Howard. Une somptueuse appropriation des thèmes de Tchaïkovski, qui n'est pas pour rien dans la réussite formelle du film...

Tonto
29/11/2018 à 15:36

Ah, qu'est-ce que ça fait du bien de lire une critique pareille ! Je craignais tellement un démontage en règle que c'est un plaisir de lire un avis aussi positif... Perso, j'ai adoré le visuel, c'est quand même d'une générosité que même Disney ne nous avait pour ainsi dire jamais offert ! Et en tant que grand fan de Joe Johnston, je suis content de voir à quel point les effets spéciaux passent (globalement) bien ici, alors que c'était très casse-gueule. Il est prêt pour son Narnia qu'on attend depuis des années...
Après, c'est sûr que les défauts subsistent. Le résultat est beaucoup trop modeste par rapport à ses ambitions de départ... Le problème, c'est que ce film va encore être un four, et que ça permettra pas à Disney de se réinvestir totalement dans ses productions live originales. Alors que tout ce qui leur manque, c'est d'être un peu moins timide !

votre commentaire