Pacific Rim : Uprising - mécha critique

Simon Riaux | 24 août 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 24 août 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Accueilli diversement par le public et la critique en 2013, Pacific Rim était un fantasme de geek sur pattes, un hymne amoureux au Kaiju Eiga, cette grand-messe biomécanique venue du Japon, où robots géants et monstres mutants se collent des peignées homériques. L’avènement de sa suite fut pavé d’embûches, si bien que Guillermo del Toro abandonna la mise en scène en faveur de Steven S. DeKnight. Est-il parvenu à dompter les Jaegers et leurs pilotes rebelles dans Pacific Rim : Uprising ?

 

CERVEAU SPLITTÉ

Si Del Toro avait fait de ses joutes épiques de véritables opéras climatiques, dans lesquelles créatures et machines s’affrontaient au milieu d'éléments déchaînés, il avait récolté des commentaires peu amènes quant à la lisibilité de son spectacle total, dont les belligérants étaient souvent dissimulés par de spectaculaires conditions météo. Une leçon que Pacific Rim : Uprising s’est efforcée de digérer.

Non seulement la quasi-intégralité des joutes a lieu sous le soleil de midi, mais Steven S. DeKnight, à défaut de s’approprier le matériau, s’est toujours efforcé d’offrir au spectateur une action lisible. En dépit d’une promo maladroite qui mettait l’accent sur des Jaegers plus souples et rapides, il a conservé la lourdeur et l’inertie qui faisaient leur charme, et s’il a dynamisé les combats, n’en a pas diminué la charge colossale. Le moindre geste des robots est ample, ça grince et ça coince, bref, les monstres d'acier ne se sont pas métamorphosés en majorettes démesurées.

 

photo pacific rim 2À la guerre, comme un Jaeger !

 

Les affrontements et notamment le climax brillent par la quantité de petits morceaux de bravoure qu’ils distillent en continu. Les poses iconiques se succèdent, les immeubles s’écroulent comme une équipe de pom-pom girls un soir de Saint-Patrick, et tout ce petit monde pulvérise gaiement des décors herculéens, non sans dispenser quelques clins d’oeil à l’original, ou à Evangelion (lorsqu’intervient l’impressionnant Obsidian Fury), tous très bien sentis.

En termes de jeux du cirque bourrins, le contrat est plus que rempli. Et pour un doigt d'honneur robotique franchement neuneu, on ne compte plus les jets de gratte-ciels, coups d'épée et autres uppercuts spatiaux qui émaillent le récit pour y disséminer une belle euphorie régressive.

 

photo, Scott EastwoodCourir dans le vide

 

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Du côté des personnages, rien de révolutionnaire, c’est le moins que l’on puisse dire, tous les protagonistes ayant manifestement confié leurs hémisphères cérébraux à un prêteur sur gages peu scrupuleux. Tous se contentent de suivre à la lettre le cahier des charges du genre, nous épargnant néanmoins l’hystérie collective de l’opus original et ses errements vestimentaires proches de l’attentat stylistique. Plus supportable, le script doit beaucoup à l’usage de la tronçonneuse assumé par Steve S. DeKnight, lequel revendique d’avoir coupé plus de vingt minutes du film durant sa post-production.

 

photo, John BoyegaJohn Boyega qui met une droite à Star Wars

 

Ramené à 1h50, Pacific Rim : Uprising se paie le luxe d’aller à l’essentiel et d’assumer son statut de divertissement trépané. Néanmoins, il faudra pour l’apprécier supporter des articulations scénaristiques parfois condensées en un gag énorme, des motivations indignes d’un épisode rejeté de Santa Barbara et des enjeux parfaitement dénués de résonnances dramatiques. Un pur condensé de Power Rangers et Transformers sous perfusion japonaise en somme.

 

affiche

Résumé

Moins ambitieux que son aîné, ce Pacific Rim : Uprising assume totalement son statut de fantasme décérébré sur pattes et remplit son contrat en la matière.

Autre avis Geoffrey Crété
Le premier Pacific Rim avait beaucoup trop de défauts pour tenir debout, mais se maintenait en place grâce à sa direction artistique et sa force visuelle. Rien de tout ça dans Uprising qui tente de décoller vers le blockbuster plus lumineux, pour mieux se crasher. Parfaitement basique et oubliable.
Autre avis Alexandre Janowiak
Divertissement basique pur et dur, Pacific Rim : Uprising n'a rien de bien plus profond et élégant à proposer qu'un spectacle sympathique mais bien trop commun pour marquer.
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.7)

Votre note ?

commentaires
cepheide
28/08/2020 à 08:57

Très bon spectacle de robots, si rare au cinéma (non, transformers n 'est pas un film de mecha, c'est un film de truc en metal chelou).

Lepin
26/08/2020 à 08:52

C'est clair, que ce film est nul à chier. L'auteur de cet article est un mongolien attardé sur les power rangers.

Simon Riaux - Rédaction
25/08/2020 à 12:08

@Loup-Solitaire28

Non.

Loup-Solitaire28
25/08/2020 à 12:07

Mon Dieu mais quel grosse bouse....rien à voir avec le 1er qui était magnifique malgré qques défauts, Cette suite est un pur navet, totalement ado, cliché, visuellement dégueux, scénario sans intêret...Comment vous pouvez mettre 3/5 sérieusement, c'est un gag ? Vous n'avez pas un minimum d'exigences et d'esprit critique ?!

Gregdevil
25/08/2020 à 00:41

bah c'était bien naz lol.
Du DTV à gros budget.

Rouge carré
24/08/2020 à 23:51

Ce film est un étron

Matrix r
24/08/2020 à 21:16

Nullissime

Flash
24/08/2020 à 20:32

Le premier était excellent, celui là n'a absolument aucun intérêt.

babass
10/03/2019 à 21:46

j'ai adoré le 1er mais le 2eme était nul.
j'èspere pour nous et pour eux qu'ils feront mieux sur tout les tableaux pour le 3eme volets sinon il fera un flop encore plus gros que le 2 .

babass
10/03/2019 à 21:42

j'ai adoré le 1er mais le 2eme était nul.
j'èspere pour nous et pour eux qu'ils feront mieux sur tout les tableaux pour le 3eme volets sinon il fera un flop encore plus gros que le 2

Plus
votre commentaire