Bienvenue à Suburbicon : Critique Clooneysque

Mise à jour : 15/12/2017 00:09 - Créé : 6 décembre 2017 - Alexandre Janowiak

Après avoir ouvert la Mostra de Venise avec Les Marches du pouvoir en 2011, et trois ans après son passage à Berlin avec Monuments Men, George Clooney présentait Bienvenue à Suburbicon en compétition à la Mostra de Venise en septembre dernier. Le cinéaste et acteur américain reprend ainsi la caméra avec un scénario co-écrit avec les frères Coen et un casting cinq étoiles : Matt Damon, Julianne Moore et Oscar Isaac.

Photo Matt Damon
15 réactions

BIENVENUE CHEZ LES FRÈRES COEN

Suburbicon est une petite ville paisible résidentielle aux maisons adorables et aux pelouses impeccablement entretenues. Un endroit parfait pour vivre en famille et s’épanouir. Sauf qu’à l’été 1959, sous cette apparente tranquillité, la petite bourgade pavillonnaire cache des secrets, des mensonges et une violence insoupçonnée. Une réalité qui va se révéler au grand jour avec l’arrivée d’une famille afro-américaine à Suburbicon.

Bienvenue à Suburbicon est le mélange de deux projets bien différents. Au départ, George Clooney et Grant Heslov écrivaient un scénario basé sur les événements de la petite ville de Levittown, Pennsylvanie, en 1957. L’histoire devait ainsi se concentrer sur l’installation des Meyers, première famille afro-américaine de la ville, et la réaction violente et raciste de la communauté blanche suivant leur arrivée.

 

PhotoUne arrivée mouvementée

 

Mais au moment de l’écriture, George Clooney s’est souvenu d’un scénario des frères Coen, abandonné depuis 1999, intitulé Suburbicon. Un thriller humoristique, sorte d’hybride entre Fargo et Burn After Reading. Pour rendre le film "plus incisif", lui et Grant Heslov ont alors décidé de coupler les deux idées et de situer l’action de Bienvenue à Suburbicon au moment de l’arrivée des Meyers.

L’univers des frères Coen se retrouve ainsi à chaque coin du scénario, de la résidence rappelant A Serious Man aux meurtres sanglants rappelant Fargo ou Sang pour Sang en passant par des personnages profondément idiots et maladroits à l’image de Burn After Reading et un semblant de polar proche de Ladykillers. Malheureusement, la présence permanente de l'univers des Coen au sein de Bienvenue à Suburbicon est son principal défaut.

 

Photo Matt Damon, Noah JupeMatt Damon et le jeune Noah Jupe 

 

BURN DURING SLEEPING

Bien malin celui qui saura trouver la patte personnelle de George Clooney face au film. Avec un scénario rappelant la moitié de la filmographie des Coen, l'impression de regarder un énième film burlesque du duo est permanente et il est impossible de s'en détacher. Si le film avait été fait il y a 20 ans, il aurait certainement fonctionné à merveille, mais aujourd'hui les rouages coenniens sont connus. Bienvenue à Suburbicon manque par conséquent d'originalité et devient très prévisible. Les rebondissements sont moins surprenants, moins amusants et donc moins captivants.

George Clooney et Grant Heslov ont tout de même tenté de donner une dimension politique à ce thriller burlesque avec la trame de la famille Meyers. Cependant, le propos sur le racisme est faussement profond et le parallèle entre les petits meurtres et l'arrivée de cette famille afro-américaine ne fonctionne jamais. Au contraire, le montage alterné empêche tout lien entre les deux histoires et on a presque la sensation de regarder deux films différents collés accidentellement ensemble.

 

Photo George ClooneyGeorge Clooney sur le tournage

 

S'il est un acteur talentueux, George Clooney ne s'est jamais vraiment imposé en tant que réalisateur, malgré ses débuts intéressants avec Confessions d'un homme dangereux et Good Night and Good Luck. Ce n'est pas avec la mise en scène basique et classique de son Bienvenue à Suburbicon qu'il convaincra d'avantage. Heureusement, il peut s'appuyer sur la superbe photographie de Robert Elswit (There Will Be Blood, Inherent Vice) et son casting de stars (Matt DamonJulianne Moore dans un double rôle et surtout le parfait Oscar Isaac, seul personnage vraiment intéressant du film) pour éviter la catastrophe.

 

Affiche

Résumé

En voulant être à la fois un thriller burlesque, une satire politique ou un simple drame familial, Bienvenue à Suburbicon s'emmêle les pinceaux et s'avère être un brouillon mal écrit, pas aidé par la réalisation sans génie de George Clooney.

commentaires

canyvette 06/12/2017 à 18:27

- matt m a tapé sur les nerfs

jojo 06/12/2017 à 15:50

(Faut jamais etre désolé tronche de cake c est un signe de faiblesse)
Trouve des arguments pour me faire changer d avis ou tais toi a jamais

sylvinception 06/12/2017 à 15:27

si une météorite s'écrasait sur la tienne de tronche tu serais pas jojo...
(désolé)

Jojo 06/12/2017 à 14:16

Rien qu avec la bande annonce on s'en serait douté
Matt est tellement chiant a regarder...
C est le mec le plu surestimé de sa generation
Je voudrais qu une meteorite s ecrase sur sa tronche pour donner plus de relief a son jeux d acteur

votre commentaire