Bradley Cooper prépare une mini-série sur l'Etat Islamique

Christophe Foltzer | 5 août 2016
Christophe Foltzer | 5 août 2016

Puisque nous vivons dans un monde de plus en plus fou sous la menace de l'Etat Islamique, autant essayer de comprendre ce qui se passe et d'essayer de savoir comment est né ce groupe terroriste. Ca peut toujours servir.

Alors que tout le monde fantasme de façon totalement morbide sur une Troisième Guerre Mondiale avec un ennemi clairement identifié, la réalité est évidemment beaucoup plus complexe que cela. Et face à une menace au visage nouveau (dans le sens où elle ne vient d'aucun pays en particulier mais de partout), on a vite fait de raconter n'importe quoi. Et concernant l'Etat Islamique, c'est un peu le festival des conneries depuis quelques années. Chacun y va de son commentaire de pseudo-spécialiste, merci les réseaux sociaux, et nos dirigeants s'enlisent à nouveau dans un schéma manichéen des gentils contre les méchants, alors que les origines du mal ne semblent pas provenir d'où l'on pense. (mais c'est un autre sujet)

Bref, tout ça pour dire que, bousculés par les attentats réguliers, on n'y comprend pas au final grand chose à cette affaire. Et Bradley Cooper, en compagnie de son acolyte Todd Philips (réalisateur des Very Bad Trip) s'est mis en tête de nous raconter les origines de l'organisation terroriste à l'occasion d'une mini-série qu'il confectionne avec HBO et intitulée Black Flag.

American Sniper

La série sera l'adaptation du livre éponyme du journaliste Joby Warrick, prix Puliitzer 2016 :

"Quand le gouvernement jordanien a accordé son amnistie à un groupe de prisonniers politiques en 1999, personne n'a réalisé que parmi eux se trouvait Abu Musab al-Zarqawi, tête pensante du terrorisme et instigateur de l'Etat Islamique. Dans Black Flag, le journaliste Joby Warrick démontre comment le zèle d'un homme et les erreurs stratégiques de George W. Bush et Barrack Obama ont permis au drapeau de Daech de flotter sur la Syrie et l'Irak.

Grâce à des contacts haut placés à la CIA et dans les services jordaniens, Warrick expose les moindres détails de l'affaire en adoptant le point de vue des diplomates, des espions et des généraux, qui ont tous vu l'émergence d'un mouvement pire qu'Al Qaïda et ont désespérément tenté de l'empêcher. "

Que dire de plus si ce n'est qu'on a hâte de voir cela, même si l'on se doute bien que toute la vérité ne sera probablement pas dévoilée sur cette terrible affaire. Et on espère aussi que la série ne sera pas trop partisane et nous montrera les faits, rien que les faits. 

American sniper- Photos, Bradley Cooper

commentaires

champy
07/08/2016 à 21:48

De plus en plus interessé par la politique, depuis AmericanSniper, le Bradley! Bonne chance...

Loli
05/08/2016 à 14:43

"...qui ont tous vu l'émergence d'un mouvement pire qu'Al Qaïda et ont désespérément tenté de l'empêcher. "

LA BONNE BLAGUE.
J'en ris encore.

votre commentaire