Walking Dead saison 6 : Andrew Lincoln parle enfin de la saison 6 et des personnages

Jean-Luc Hassaique | 29 juin 2015
Jean-Luc Hassaique | 29 juin 2015

Invité de la 41ème cérémonie des Saturn Awards, Andrew Lincoln, le héros de Walking Dead et interprète de Rick, a dit quelques mots au micro de Collider.

Le comédien en a profité pour discuter un peu de la saison 6, attendue par des millions de fans. Suite à la publication la semaine dernière d’une première affiche où son personnage semblait sur le point de se confronter à un autre survivant emblématique, Morgan, l’affrontement entre ces deux figures de Walking Dead était sur toutes les lèvres.

« Il y aura des tensions entre nos deux personnages. Tout à fait. » Voilà qui ne nous avance pas beaucoup plus, mais confirme effectivement que la confrontation entre ces deux hommes. Andrew Lincoln en a également profité pour revenir sur le travail d’écriture de la série d’AMC et dire combien il admirait le travail des scénaristes.

« Je trouve que la montée en puissance est formidable, la série devient de plus en plus forte. J’ai beaucoup aimé la complexité de mon personnage la saison dernière, c’est un des rôles les plus intenses et intéressants que j’ai eu à interpréter. L’équipe d’écriture est incroyable, et s’ils continuent de travailler à un tel niveau, nous allons exposer cet univers d’une manière à laquelle ni les spectateurs, ni les fans, ni même nous les acteurs ne pouvions nous préparer. »

Walking Dead saison 6 nous reviendra en octobre, juste après la diffusion de son spin-off mystérieux, Fear the Walking Dead, attendu pour la fin du mois d’août.

commentaires

Mikey
18/07/2015 à 12:17

Une petite andecote, peut-eatre ? J e9tais conditionneuse, dans une usine (usine CHOAY, Notre Dame de Bondeville, anne9es 198.) C est-e0-dire un endroit tout droit sorti d un cerveau humain. Et puis, on m a affecte9e au laboratoire. C e9tait mieux : on y portait des blouses blanches. Et un seul chef, au lieu de quatre. Mon premier travail, le matin, c e9tait les lapins. On entrait dans une pie8ce sans feneatres, cimente9e, avec des clapiers qui s e9tagaient tout autour des murs. Beaucoup de clapiers. Une vingtaine. Les lapins, dedans, ne pouvaient se retourner sur eux-meames. Trop e9troits. Pas horizontaux non plus, les clapiers. Le9ge8rement incline9s de l avant vers l arrie8re, ce qui permettait d e9vacuer les de9chets organiques plus facilement, dans une rigole of9 l on faisait courir de l eau javellise9e. Au niveau hygie8ne, irre9prochable. Au niveau bouffe aussi, e7a allait : les beates e9taient meames un poil trop grasses. Enfin, comme on ne les sortait pas des cages tous les jours, e7a ne s appre9ciait qu e0 la fin, quand on les f4tait des cages pour les envoyer e0 l euthanasie. Des beates qui pesaient lourd. Faut dire que ce n e9tait pas leurs exercices physiques qui leur causaient de la de9pense. Aussi affale9s que des ados de canape9. Mais pas d e9cran devant leurs yeux. Tous les matins, j arrivais, je passais derrie8re les cages, les ouvrais. Les lapins e9taient pile poil (si j ose dire) oriente9s comme il fallait. Ils me tendaient leurs culs, sans pouvoir e9chapper e0 leur sort. C e9tait fait expre8s. Je sortais alors les tubes et les fiches. J enduisais consciencieusement les culs des lapins, du bout des tubes, sans y mettre la main, n est-ce pas. Regardais de pre8s. Notais l apparence de la veille. Ve9rifiais si de petits boutons n e9taient pas apparus. Les tests duraient une vingtaine de jours. Apre8s, les lapins, meame en pleine forme, e9taient euthanasie9s et de9truits. Aucun risque n e9tait couru Vous allez me demander pour quelle noble cause, pour quel me9dicament miraculeux, on faisait chier ainsi, litte9ralement, des lapins aux culs pommade9s de rose, de rouge, d orange9 ou de vermillon , coince9s dans des cages, avant de les tuer et de les de9truire ? Vous allez me demander combien de souffrances humaines, de pathologies de9viantes, de plaies et de bosses e9taient ainsi e9tudie9es, voire e9vite9es ? Ben, euh, aucune. C est juste que l anus des lapins a une particularite9 : sa coefncidence parfaite avec les le8vres fe9minines. Ben ouais. Je ne sais pas si c est plus ou moins poe9tique qu une bouche en cul de poule, mais la texture des le8vres, c est kif-kif comme la peau du cul de lapin. Messieurs, faites le test. Embrassez le lapin blanc Panpan sur le cucul, puis votre che9rie-douce-adore9e. Meame consistance. Alors c e9tait les rouges e0 le8vres qu on testait sur les lapins. Si j osais, je vous dirais que e7a vous en bouche un coin, n est-ce pas, mais nous sommes sur un forum litte9raire de haute tenue. Disons que, matin apre8s matin, une sourde re9volte montait en moi. Je n arrivais plus e0 admettre qu on fasse chier les beates pour e7a . J admettais les recherches me9dicales. Mais le rouge e0 le8vres D ailleurs, je n arrivais plus non plus e0 me maquiller. Simplifions. Je pre9fe9rais la grande salle de l usine, les ampoules e0 mettre sous boeetes, le bruit des machines, les miradors (sortes de cages de verre de9volues aux contremaeetresses, de9sole9e mais c e9tait comme e7a qu on les appelait) e0 chaque coin, les pauses-pipis minute9es, les re9cits des de9pressions nerveuses de mes voisines, les doigts qui font mal e0 la fin de la journe9e, plutf4t que mes clapiers. J ai rendu mon tablier. Je n ai jamais achete9 de tube de rouge e0 le8vres depuis. Clopine Trouillefou. authentique, he9las.

phil (l'original)
30/06/2015 à 16:44

@Piwi
Il ne se passe quand même pas grand chose dans les 900 pages du T4 de GoT et à peine plus dans le T5 ! Une saison suffisait largement pour ces deux tomes (bien qu'ils aient omis certaines trames qu'ils gardent peut être pour la saison 6 ?)

west666
30/06/2015 à 13:25

épuisement oui bien vu c'est le mot a force de tourner en rond la série perd de sa crédibilité malgré de nouveaux personnages franchement c'est une très bonne série j'adore mais un moment faut dire stop !!!!!

Piwi
30/06/2015 à 12:32

@phil
Je n'aurais pas dit mieux... sur GoT

phil (l'original)
30/06/2015 à 10:48

Chaque année ce sont les mêmes déclarations promotionnelles et chaque année la déception est au rendez-vous d'une série dont quelques épisodes brillants cache une majorité de remplissage et d'étirement de l'intrigue jusqu'à épuisement. C'est dommage vu le matériel d'origine.

votre commentaire