Pourquoi il faut mater True Detective ce soir à la télé

Jacques-Henry Poucave | 23 avril 2015
Jacques-Henry Poucave | 23 avril 2015

Alors que la saison 2 sera diffusée sur HBO au mois de juin prochain, soit dans deux petits mois, Canal + vous propose ce soir de (re)découvrir la première fabuleuse saison de True Detective. On vous dit pourquoi il est indispensable de s’y attarder.

 

Un scénario fascinant

Ici pas de nouvelles enquête à chaque épisode, ni d’intrigues secondaire qui vienne parasiter l’ensemble. Mais la traque, étalée sur 25 ans d’un tueur en série atypique et impitoyable, dont personne ne souhaite véritablement connaître l’identité.

En résulte une investigation menée simultanément sur trois époques, où les personnages, les mensonges et les situation s’entremêlent, jusqu’à former un magma à la fois tragique et impressionnant.

 

Des personnages entre lumière et ténèbres

Interprétés par Matthew McConaughey et Woody Harrelson, les deux anti-héros de ce polar sont traités avec une finesse remarquable. On adore se perdre dans leurs interminables débats, où la noirceur absolue de l’un répond au positivisme psychorigide du second, au fur et à mesure qu’ils se plongent dans un univers poisseux qui les brisera et exigera d’eux plus qu’ils ne sont prêts à donner.

 

Une mise en scène stupéfiante

On a beau dire que les séries ont définitivement rattrapé le cinéma, True Detective prouve justement qu’il est encore très (trop) rare de voir des shows atteindre l’excellence en terme de mise en scène.

On doit l’impact esthétique de l’œuvre à Cary Fukanaga, qui a accompli un travail de titan, rendant régulièrement hommage au grand maître de la mise en scène américains, aux premiers rangs desquels Mann et Friedkin. Sa maîtrise technique apparaîtra à tous lors d’un invraisemblable plan séquence, une fusillade de plusieurs minutes concluant l’épisode 4 et laissant le spectateur à genoux.

 

Une mythologie inédite

Il aura suffit à Nic Pizzolatto de huit épisodes pour installer une véritable mythologie au sein d’une série qui n’aura pas l’occasion de la développer (chaque saison changeant de lieu et de personnages).

Du Roi Jaune en passant par Carcosa, le showrunner a su s’inspirer de divers ouvrages et références poétiques issues du sud des Etats-Unis pour composer un maillage sombre où grandit une horreur que True Detective ne nous dévoile jamais totalement. Et le show d’évoluer en permanence dans les marges, de nous laisser entrevoir l’horreur, mais aussi la terrible part d’humanité qu’elle contient.


Si vous ne l’aviez pas encore compris, il est un peu urgent de visionner True Detective. Et si vous connaissez déjà par cœur ce que s’apprête à diffuser Canal Plus, vous pouvez vous mettre l’eau à la bouche avec la bande-annonce de la saison 2.

Tout savoir sur True Detective

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
actarus2001
24/04/2015 à 10:48

Superbe série sombre et intense effectivement...
mais réduire la série à une image de A.daddario même si l'actrice est extrêmement sexy!!?? c'est amusant comment on veut attirer l'attention du téléspectateur... alors que l'histoire et l'atmosphère est si envoûtante et dramatique...

Faboloss
23/04/2015 à 20:55

A chaque fois que j’entends True detective, j'ai des frissons putin.

TropdeBAtuelefilm
23/04/2015 à 19:30

Une grande claque, quand on s'y attend pas c'est encore plus fort. Impeccable, envoutant, magnifique. Sans l'effet de surprise, je ne sais pas...

votre commentaire