24 heures chrono saison 9 épisode 9 : Critique Live Another Day

Geoffrey Crété | 24 juin 2014
Geoffrey Crété | 24 juin 2014

Après 4 ans d'absence, 24 heures chrono est de retour dans une mini-série spectaculaire de 12 épisodes, intitulée Live Another Day. Après huit saisons mémorables, marquée par des années fantastiques et d'autres dramatiques, Jack Bauer va t-il renaître de ses cendres ou confirmer sa triste fin ?

 

ATTENTION SPOILERS

Critique épisode 9 :

Difficile de savoir, entre l'assassinat explosif de James Heller et la révélation de la supercherie, lequel est le plus consternant. Dans les deux cas, la saison 9 de 24 heures chrono brûle à vue d'oeil son potentiel d'événement à chaque nouvel épisode.

Néanmoins, l'épisode 9 ferme pour de bon une intrigue principale cousue de fil blanc : la menace Al-Harazi n'est plus, et le scénario se redirige vers la conspiration incarnée par Navarro, Cross et les mystérieuses têtes pensantes de l'opération. Le fameux switch narratif opéré en temps normal au douzième épisode de la saison se retrouve donc au pied du mur, avec seulement trois épisodes pour offrir un dernier grand huit à la neuvième saison. Avec l'espoir que Chloé, désormais affublée d'une relation amoureuse tordue, bien évidemment reliée à la mission de Jack, aura une vraie aventure à vivre dans Live Another Day.

Après la course-poursuite dans les rues de Londres de l'épisode 7, l'épisode 9 offre une nouvelle scène marquante : la mise à mort de Margot et son fils, jetés par la fenêtre du cinquième étage par Jack Bauer. Un délicieux moment qui rappelle la force du héros de 24 heures chrono, tout en mettant une nouvelle fois en lumière les défauts de la série. Car il y a quelques saisons, cette forme de justice sanguinaire aurait été un moteur narratif pour questionner les limites morales du héros. Une interrogation rebattue certes, mais nécessaire pour donner un semblant de chair et d'émotion à l'histoire. Ici, la séquence semble simplement offerte au spectateur avide de sensations, sans avoir une seule conséquence directe sur l'intrigue - personne ne s'inquiète de constater que Margot a atterri sur le bitume alors que Jack disait l'avoir en otage quelques minutes auparavant. Une nouvelle preuve que Jack Bauer est devenu un équivalent de MacGyver : une figure inébranlable en plastique, condamnée à vivre éternellement de nouvelles aventures dans un monde de moins en moins tangible.

 

 

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire