24 heures chrono saison 9 épisode 5 : Critique Live Another Day

Geoffrey Crété | 27 mai 2014
Geoffrey Crété | 27 mai 2014

Après quatre ans d'absence, 24 heures chrono est de retour dans une mini-série spectaculaire de 12 épisodes, intitulée Live Another Day. Après huit saisons mémorables, marquée par des années fantastiques et d'autres dramatiques, Jack Bauer va t-il renaître de ses cendres ou confirmer sa triste fin ?

 

ATTENTION SPOILERS

Critique épisode 5 :

Après quatre épisodes d'une mollesse dramatique, Jack Bauer reprend quelques maigres couleurs pour la simple et bonne raison que l'intrigue se débarrasse d'un coup de plusieurs éléments, et aère ainsi les différentes cellules narratives.

Adieu donc Naveed, source d'une intrigue peu inspirée du côté des Al-Harazi, qui semble donc nous éviter le basculement moral de la fille (beaucoup plus intéressante ainsi, il va sans dire). Adieu aussi l'attente des retrouvailles entre Jack et Audrey, réglées en une scène certes peu satisfaisante, mais qui a le mérite d'énoncer clairement la suite - Audrey refuse de répondre aux questions sur son mari, qui semble lui aussi sentir la fin approcher. Adieu à Adrian Cross, bloqué depuis quatre épisodes dans le rôle du cyber-terroriste sans coeur ni nuances, si ce n'est celle de donner une quelconque dimension humaine à Chloé. Adieu enfin à la criminalité absolue de Jack : Live Another Day arrive à ce stade de son histoire où le héros repasse du bon côté de la force, épaulé par les hautes instances pour mener à bien sa mission - jusqu'à ce qu'il désobéisse aux ordres pour y parvenir. Reste toutefois le mystère de cet homme dangereux qui permettra d'arrêter les Al-Harazi : pour la première vraie fois de cette neuvième saison, 24 heures chrono s'avance sur le terrain du suspense.

Un adieu manqué toutefois : celui de Navarro, incarné par l'insipide Benjamin Bratt, qui confirme la non-caractérisation de son personnage lorsqu'il décide, en bon directeur de la cellule londienne de la C.I.A., d'aller sur le terrain pour arrêter les terroristes. Une piètre manoeuvre pour mettre en scène un cliffhanger assez minable, qui n'a même pas la bonté de tuer ce personnage de mauvaise facture. 

 

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire