24 heures chrono Redemption : preuve qu'il ne faut pas de film Jack Bauer ?

Geoffrey Crété | 28 avril 2014
Geoffrey Crété | 28 avril 2014

Ecran Large lance le 24 news chrono : un marathon d'articles pour fêter le retour de Jack Bauer le 5 mai, dans la saison 9 intitulée Live Another Day. 24 jours et 24 news pour revenir en détail sur la série culte 24 heures chrono : sa naissance, ses héros, son évolution, ses moments marquants, mais aussi ses failles et ses polémiques. "Damn it !" 

J-8

 

Episode 17 : Redemption, preuve qu'il ne faut pas de film Jack Bauer ?

 

Lieu : Sanga, Afrique. Washington. 3 ans et demi après la saison 6.

Période : 15:00 à 17:00.

Menaces : Général Juma ; Jonas Hodge.

Moments clés : Jack refuse de venir répondre de ses actes devant les tribunaux américains depuis plusieurs années ; Allison Taylor a été élue présidente des Etats-Unis ; le général Juma prépare un coup d'état au Sangala ; Jonas Hodge, un proche de la Maison-Blanche, a financé Juma ; Roger Taylor, le fils de la présidente, est lié malgré lui à des preuves inculpant Hodge ; Jack accepte d'être arrêté et ramené aux Etats-Unis.

Baromètre Jack : Pour la première fois, Jack renie son Amérique et refuse d'assumer les conséquences de ses actes. Bien que très superficielle, cette épreuve l'oblige à reprendre position dans le monde réel, et enfiler une énième fois les habits du héros. Face à un ennemi commun (la dictature,ou le Mal dans tous ses états), Jack Bauer se réconcilie avec l'Amérique dans la douleur.

 

Audiences US : 12 millions.

Diffusion : 2008.

 

L'ironie a voulu qu'il faille une grève des scénaristes hollywoodiens pour que Jack Bauer ouvre les yeux sur un autre monde que le sien, et que la série quitte enfin son nombril de Los Angeles. Alors que le monde des séries, bouleversé par la grève, se partage en 2006-2007 entre les demi-saisons et l'absence pure et simple de l'antenne, 24 heures chrono trouve une autre option : d'une histoire conçue pour couvrir la première moitié de la saison 7, elle tire un téléfilm en temps réel, qui se déroule dans un pays imaginaire de l'Afrique.

 

Rédemption, dans un premier temps titré Exile, se déroule le jour de l'investiture du nouveau président des Etats-Unis, Allison Taylor (Cherry Jones), qui succède à Noah Daniels.

Après les événements de la saison 6, Jack Bauer a quitté son pays pour trouver la paix dans l'anonymat du monde. Installé depuis quelques temps au Sangala, un pays imaginaire d'Afrique, il aide son vieil ami Carl Benton (Robert Carlyle), un ancien militaire qui dirige désormais une école pour aider les enfants victimes de la guerre. Lorsqu'il est à nouveau retrouvé par un émissaire de l'ambassade américaine, chargé de le convaincre de revenir aux Etats-Unis pour répondre de ses actes de torture devant les tribunaux américains, Jack décide à nouveau de prendre la route. 

Mais le Sangala est déchiré par une guerre civile sanglante. Le général Juma prépare ainsi un coup d'état pour renverser le gouvernement de Motobo, et constitue une armée d'enfants soldats pour y parvenir. Quand il découvre que les hommes de Juma sont en route vers son école pour enlever les enfants, Benton demande à Jack son aide pour les repousser. 

A Washington, le président sortant Noah Taylor annonce à son successeur, Allison Taylor, qu'il a décidé d'évacuer l'ambassade américaine de Sangala face à la montée au pouvoir de Juma. Taylor ne partage pas sa vision des choses : pour elle, l'Amérique a un devoir moral et politique de s'interposer afin d'empêcher un génocide. Par ailleurs, Roger, le fils de la présidente, est contacté par son ami Chris Whitley qui a volé des informations susceptibles d'incriminer Jonas Hodge (Jon Voight), un homme d'affaires impliqué dans le coup d'état de Juma. Mais il est éliminé avant d'avoir pu les lui transmettre.

 

 

Après avoir sauvé les enfants lors de l'assaut de l'école, Jack accepte d'aider Carl à les emmener à l'ambassade américaine. Mais lorsque son ami pose le pied sur une mine, il se retrouve seul responsable du groupe. Arrivé aux grilles de l'ambassade après plusieurs fusillades, alors que le dernier hélicoptère s'apprête à décoller, Jack doit faire un choix : ils ne pourront pas quitter le pays sans un tuteur américain, mais s'il accepte de les accompagner, il sera arrêté puis jugé. Il accepte de sauver les enfants et est emmené, menotté, à bord de l'hélicoptère. L'appareil s'envole tandis que la panique gagne les rues de la capitale de Sangala sous ses yeux.

A Washington, Jonas Hodges, qui se révèle être très proche du pouvoir, demande à son homme de main de surveiller de près Roger, le fils de la présidente. Taylor prononce son discours d'investiture, consciente que sa mission sera à la fois noble et difficile.

 

EN BREF : Malgré une qualité honorable, Redemption rappelle que la vraie force de 24 heures chrono réside dans sa folle abondance d'intrigues entrecroisées, son rythme effréné et une urgence dramatique d'une puissance redoutable dans ses meilleurs moments. Avec ses deux pauvres heures fictives, écartelées entre l'Afrique et Washington, le téléfilm n'a donc pas les armes nécessaires pour se défendre face à son modèle.

Redemption étonne ainsi par sa simplicité narrative (aller d'un point A à un point B) et son manque d'ambition dramatique (la rédemption du héros sera incarnée par de pauvres enfants à sauver d'un génocide), loin de donner une raison d'être à ce super-épisode aux allures de web-série de luxe, lancée en préambule de la saison 7 comme une version spectaculaire de The Resistance ou The Face of the Enemy, les webisodes de Battlestar Galactica.

Néanmoins, Redemption n'est pas le seul responsable : en n'ayant qu'une heure et demie pour s'épanouir, le téléfilm prouve que 24 heures chrono repose moins sur la qualité que la quantité. Si la série déploie une somme d'intrigues colossales à chaque épisode, c'est bien pour noyer une mécanique archaïque dans une dynamique inébranlable, qui ne laisse le temps de s'attarder sur ses failles que dans ses pires moments. Combat perdu d'avance donc pour cette escale en territoire africain, qui aura au moins confirmé une chose : le projet d'un film 24 heures chrono a tout d'une très mauvaise idée.

 
 
Rendez-vous demain pour un nouvel épisode consacré à la saison 7.

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
AKETEKOU
01/02/2020 à 00:45

Très intéressant

bien
06/02/2016 à 17:59

Vraiment je suis content de jack et ses films

votre commentaire